Divers

Comment choisir le bon appareil pour refroidir une chambre en été ?

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 28 juillet 2020 08h50 | Ajouter un commentaire

Les tests de Mathieu - Ventilateur, rafraîchisseur, climatiseur: comment choisir le bon appareil pour refroidir une chambre en été ?

Entre 19€ et 679€, j’ai testé trois appareils qui prétendent vous rafraîchir en été. Un ventilateur, un rafraîchisseur et un climatiseur portable De’Longhi. Avec des résultats très, très différents.

Si l’été belge n’est pas (encore) caniculaire en 2020, nous subissons depuis quelques années de plus en plus de périodes de fortes chaleurs. Et très souvent, quand les prévisions météorologiques s’affolent, les Belges se ruent en magasin pour acheter de quoi rafraichir une pièce, généralement la chambre située à l’étage, voire dans le toit.

On le sait, la précipitation est rarement de bon conseil, et s’accompagne souvent d’un choix réduit en magasin, et de prix plus élevés…

Dès lors, j’ai testé pour vous 4 moyens de rafraîchir une chambre pendant la nuit, et vous allez le voir, le prix est souvent proportionnel à l’efficacité. Au moins, vous saurez avant d’acheter, et idéalement vous achèterez AVANT l’annonce d’une canicule.

1. Le bon vieux ventilateur, (DOMO, 19€)

On commence par les petites bourses. En dessous de 20 euros, difficile de trouver autre chose qu’un ventilateur. Rappel important: il ne rafraichit PAS l’air, il ne fait PAS baisser la température. Il vous donnera une simple impression de fraicheur grâce à son souffle constant, et ça pourrait vous aider à vous endormir. Généralement, le ventilateur est plutôt silencieux et souffle assez fort, même au niveau de puissance minimale. Privilégiez un modèle avec rotation automatique, car il n’est pas très agréable d’avoir un souffle continu quand on s’endort.

Si vous avez une prise connectée chez vous, utilisez-là pour, par exemple, éteindre automatiquement le ventilateur après 2h. En espérant qu’entretemps, la nuit ait pu rafraichir votre chambre via une fenêtre ouverte…

  • Rapport prix-prestation: EXCELLENT, c’est bon marché et ça donne une impression de fraicheur (tant que ça tourne)
  • Rapport bruit-prestation: BON, le petit moteur qui fait tourner l’hélice est discret
  • Refroidissement de la pièce: INEXISTANT, fatalement


2. Le rafraichisseur d’air, (DOMO, 99€)

C’est sans doute la moins bonne idée de ce comparatif. Même si le nom est flatteur, le « rafraîchisseur d’air » n’est pas très efficace. J’ai utilisé un modèle moyen de gamme, et son fonctionnement est plutôt basique: il s’agit d’une soufflerie qui tente de refroidir l’air en utilisant un bac d’eau froide. Ce réservoir est situé dans le bas de l’appareil: on le remplit d’eau régulièrement et on pense, surtout, à placer les deux petits pains de glace dans le congélateur tous les matins. Car ce sont eux qui vont garder l’eau relativement froide. Quand on referme le réservoir, on se rend compte qu’un genre de petite pompe descend dedans pour faire remonter l’eau froide et faire passer l’air soufflé dans la pièce à travers un tampon qu’elle garde humide.

C’est un refroidissement « par évaporation »: le souffle qui assèche le tampon va chercher les calories pour faire passer l’eau à l’état gazeux, et donc ça « refroidit ». La fonction « rafraîchissement » est donc liée à une humidification de la pièce, il faut le savoir, ça n’arrange pas tout le monde (car chaud + humide = pénible).

Venons-en au fait: ça refroidit, ou pas ? Pas vraiment, non… En le faisant fonctionner 2h dans une pièce à 26,1 degrés, en début de soirée, la température est passée à 25,7 degrés. Vu que le soleil se couchait et que la température extérieure baissait automatiquement, on peut conclure que le refroidissement de la pièce est quasiment nul. Donc, comme pour le ventilateur, il faudra le faire fonctionner en permanence pour rafraîchir la pièce. Notez qu’il y a deux filtres pour capturer les poussières, l’air sera donc un peu assaini.

  • Rapport prix-prestation: MOYEN, ce n’est pas trop cher mais ça ne refroidit pas vraiment
  • Rapport bruit-prestation: MAUVAIS, même en mode « nuit », c’est plus bruyant qu’un ventilateur, alors que ça souffle moins fort
  • Refroidissement de la pièce: TRÈS, TRÈS FAIBLE



3. Le climatiseur portable, (De’Longhi Pinguino EL-92, 679€)

Bien entendu, quand on parle de refroidissement d’une pièce, il est logique de penser à la climatisation. Peu répandue dans les maisons belges (où habituellement, on n’a que quelques jours de forte chaleur par an), les climatisations sont très populaires dans les pays chauds (ou aux saisons plus marquées). J’ai réussi à me procurer pour ce test un exemplaire qui a tout son sens pour nos régions: un climatiseur portable, qu’on utilisera uniquement lors des journées très chaudes, et qu’on rangera le reste du temps. Il s’agit du De’Longhi Pinguino EL-92, qui a la particularité d’avoir un mode « silencieux », idéal pour une chambre.

Le fonctionnement d’un climatiseur, pour faire simple, est identique à celui d’un frigo. Il expulse l’air chaud et le remplace par de l’air froid à l’aide d’un gaz (en circuit fermé!) qui se compresse ou se décompresse à l’aide d’un petit « moteur ». Corollaire important: il faut, pour installer un climatiseur (même un portable comme celui de mon test) une sortie pour évacuer l’air chaud, sinon ça ne sert à rien. L’appareil est fourni avec un tuyau pour amener l’air chaud vers l’extérieur. En Belgique, contrairement aux Etats-Unis, il n’y a pas vraiment de fenêtre coulissant verticalement (c’est pourtant la meilleure manière de placer facilement l’évacuation du tuyau, à l’aide des accessoires fournis). Deux options s’offrent alors à vous: laisser la fenêtre entrouverte et y faire passer le tuyau à l’aide de l’embout affiné (c’est pas top, mais ça fonctionne), ou faire un trou. J’ai fait un trou vers un grenier très mal isolé, qui ne craint donc ni la chaleur ni l’accumulation d’humidité (ce n’est pas idéal, mais vu que ça ne sert pas souvent, ça n’a pas d’importance). Notez que le tuyau ne sert pas à aller chercher de l’air frais, mais bien à évacuer de l’air chaud. En hiver, ce trou peut être bouché à l’aide d’un capuchon fourni.

Le reste, c’est de l’électronique: choix de la température, etc. De par son principe de fonctionnement, et contrairement au rafraîchisseur d’air, le climatiseur assèche la pièce, car il expulse de l’air humide (jusqu’à 32 litres par 24h). A voir si ça ne vous posera pas de problème de confort, mais a priori, ça contribue au sentiment de fraicheur.

Sachez également que le climatiseur consomme nettement plus d’énergie qu’un ventilateur ou un rafraichisseur. Tout dépend de l’utilisation que vous en ferez: rafraîchir rapidement une chambre avant de dormir ne fera pas de tort à votre facture énergétique, contrairement au fait de maintenir 20 degrés dans une véranda en été toute la journée…

En parlant de refroidissement, on arrive enfin à quelque chose de sérieux. En moins de 30 minutes, une petite chambre est passée de 28 degrés à 24 degrés, température cible. Bien entendu, une fois la climatisation arrêtée, la température de la chambre va progressivement augmenter, mais en Belgique, les nuits sont souvent fraîches, donc le « coup de froid avant d’aller dormir » s’avère très efficace.

  • Rapport prix-prestation: MOYEN, la somme est importante, même si ça refroidit vite et bien (sachez qu’il existe des climatiseurs mobiles moins chers, on en trouve à 300€ mais j’ignore leur efficacité)
  • Rapport bruit-prestation: BON, le mode ‘silencieux’ ne change pas grand-chose et c’est globalement un appareil assez bruyant, mais le thermomètre chute très rapidement, surtout dans une petite chambre
  • Refroidissement de la pièce: EXCELLENT

Conclusion

Comme souvent, tout est une question de moyen. Si vous avez quelques centaines d’euros à consacrer, et la possibilité d’évacuer facilement l’air chaud, alors il faut opter pour un climatiseur portable si vous souhaitez, de temps en temps durant l’été, rafraîchir, par exemple, une chambre étouffante avant d’aller dormir. C’est le seul appareil qui refroidit réellement et rapidement l’air.

Les deux autres appareils ne font que vous procurer un sentiment de fraîcheur. Le rafraîchisseur d’air, pour une centaine d’euros, soufflera de l’air très légèrement refroidi grâce à un réservoir d’eau froide, mais devra fonctionner en permanence pour être utile (or il est bruyant et la nuit, on préfère le calme).

Pour les petites bourses (à partir d’une vingtaine d’euros), il y a le bon vieux ventilateur, qui a l’avantage de souffler fort sans faire trop de bruit. Il faudra bien entendu le faire aller en continu pour avoir une impression de fraîcheur.

Que vaut l’aspirateur balai de Miele ?

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 26 juin 2020 15h38 | Ajouter un commentaire

Le fabricant allemand Miele est un des grands (et rares…) noms de l’électronique grand public européen. Depuis une grosse dizaine d’années, en effet, des concurrents asiatiques comme Samsung, LG ou Haier sont venus prendre des parts de marché dans l’électroménager, domaine de prédilection de Miele.

Mais l’entreprise a une excellente réputation, et se targue, encore aujourd’hui dans le cas de son premier aspirateur balai baptisé Triflex HX1, de maintenir la fabrication de ses appareils en Allemagne. C’est un argument pour certaines personnes, mais sans doute pas pour le grand public. Son prix varie selon les versions, entre 449€ pour la basique (peu d’accessoires et 1 petite batterie) et 699€ pour la Pro (deux grosses batteries et plus d’accessoires).

Bien connu pour ses aspirateurs traîneaux reconnaissables (leur look n’a pas vraiment changé en 20 ans), Miele a donc décidé d’imiter Dyson, l’inventeur de l’aspirateur sans sac (aspiration cyclonique) et surtout de l’aspirateur balai sans fil (depuis 2015 déjà), qui est devenu un incontournable dans les foyers. Mais a-t-il bien fait ça ?

Esthétique discutable

Voyant que Dyson faisait un effort pour rendre ses aspirateurs balais (largement en tête des ventes) esthétiquement travaillés, Miele aurait du réfléchir. Le Triflex HX1 n’arbore pas un look très séduisant. Sobre, noir et marron avec une forme encombrante, je le trouve plutôt moche, en fait. Or, certaines personnes vont sans doute le laisser dans la cuisine ou le salon, car le but d’un aspirateur balai, c’est d’être accessible pour passer « vite un petit coup ».

Au-delà des considérations esthétiques et personnelles, l’aspirateur de Miele affiche une finition presque négligée. Plastics noirs et durs, qui semblent même cassants, occupent la majeure partie du Triflex HX1. Le « clipsage » du réservoir est approximatif, son vidage dans la poubelle n’est pas aussi pratique que chez Dyson, et le bouton de réglage de puissance n’inspire pas confiance. Bref, c’est très décevant au niveau de l’assemblage et du choix du matériel.

Une demi polyvalence

Le principal avantage du Triflex, c’est qu’on peut déplacer le bloc ‘moteur réservoir’, pour le mettre en haut ou en bas. Cela permet un passage traditionnel plus facile, moins fatiguant pour le bras, quand le centre de gravité est plus bas. On pourrait cependant avoir besoin de le remonter pour passer un coup en hauteur, ou lorsqu’on manque de place, mais la procédure est tellement contraignante que vous ne le ferez sans doute jamais (il faut déboiter plusieurs éléments et les ré-emboiter). C’est donc une « demi » polyvalence, rendue compliquée par la manipulation fastidieuse: l’aspirateur restera probablement toujours avec le bloc moteur en bas.

D’ailleurs, dans cette position, le Triflex a le gros avantage de tenir debout. On peut coincer le manche dans la large brosse, qui fera office de pied. Pratique. Autre avantage: il est assez silencieux et même en position 1 (sur 3), la puissance d’aspiration est suffisante, également sur les tapis où les crasses s’accrochent solidement. Quant à l’autonomie (2h annoncée pour la version Pro à 699€, une heure pour la version basique à 449€), elle est dans la moyenne.

Gros problème, cependant: les cheveux se bloquent systématiquement dans la brosse robotisée et tournante. Contrairement à Dyson, par exemple, Miele n’a pas prévu de système anti-emmêlement, il faut donc ouvrir la brosse pour retirer le cylindre, puis arracher les cheveux. Et il faudra le faire régulièrement, car en un seul passage dans deux chambres, voilà à quoi elle ressemble:

Conclusion

Je m’attendais à nettement mieux de la part de Miele. Son Triflex a un seul avantage: il est performant tout en étant silencieux (davantage que le Dyson V11). Pour le reste, le fait de pouvoir déplacer le moteur est une fausse bonne idée, le look & feel est décevant et il est moins pratique, dans l’ensemble, que son concurrent anglais. A prix équivalent (entre 449 et 699€), il vaut bien mieux opter pour Dyson…

 

 

Acheter une chaîne hi-fi en 2020, cela a-t-il encore du sens ?

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 5 janvier 2020 14h33 | Ajouter un commentaire

Le streaming s’impose à tous les étages de nos consommations numériques: musique, vidéo et même jeu vidéo. Dès lors, une chaîne hi-fi « traditionnelle », non connectée, semble être un choix bien mal averti pour s’équiper en 2020. C’est du moins ce qu’on est tenté de penser. Dans les faits, le Kombo 11 de Teufel que j’ai essayé durant deux semaines s’avère bien plus pertinents que prévu.

Les moins de 30 ans ne s’en souviennent sans doute pas, mais il fut un temps où chaque adolescent ne rêvait que d’une chose: installer une chaîne hi-fi dans sa chambre. A l’époque, parvenir, sur un même appareil (parfois très encombrant) à avoir une radio FM, un lecteur CD et un (double) lecteur de cassette était une petite révolution. Soufflait alors un sentiment d’indépendance et de liberté musicale…

La numérisation de notre société est passée par là et aujourd’hui, un smartphone et une petite enceinte Bluetooth ont remplacé tout ça. Mais pas pour tout le monde. A côté du ‘vinyle’ qui fait son grand retour, il y a encore des adeptes de la petite chaîne hi-fi, c’est-à-dire un élément central regroupant les lecteurs musicaux et l’amplificateur, et deux enceintes rectangulaires qu’on relie avec le câblage fourni.

Pour m’en convaincre et en comprendre l’intérêt, j’ai testé le Kombo 11 de Teufel, une marque audio allemande peu connue du grand public (et pour cause: elle ne vend que par correspondance depuis des dizaines d’années). Née en 1980 en développant des kits de construction d’enceintes, elle dit être « la première entreprise audio européenne de vente directe« . Cette filière de distribution atypique (la plupart des marques préfèrent passer par des grossistes importateurs qui fournissent les magasins spécialisés et les hypermarchés) est risquée mais le business semble stable pour cette entreprise berlinoise qui vend également des casques, des barres de son et des enceintes multiroom.

Un ensemble très compact et… le retour de la stéréo

Teufel a misé pour le Kombo 11 (299€) sur la compacité. L’ensemble mesure 17 cm (largeur) sur 8 cm (hauteur), pour une profondeur de 28 cm. Les enceintes mesurent 15 x 26 x 20 cm.

Bref, c’est très discret sur un buffet ou sur une étagère, et la finition est tout-à-fait correcte. Les enceintes sont placées traditionnellement dans un caisson en bois et recouvertes d’un cache en tissu acoustique amovible. Le tout est noir. A défaut d’être original, le design de ce kit est très passe-partout. Il y a un bouton pour à peu près toutes les fonctions et commandes possibles.

Une télécommande minimaliste est fournie et permet de diriger votre musique du doigt depuis votre divan. Son look a elle aussi sent bon les années 1990, mais à nouveau, ce n’est pas très important.

La puissance maximale des enceintes est de 80 watts. La qualité du son est irréprochable, propre, même si les basses manquent un peu de profondeur (mais c’est logique sur une gamme de prix si basse). Le plus important, c’est le retour de la stéréo, concept qu’on a tendance à oublier.

Effectivement, les enceintes réseau ou Bluetooth, le multiroom, c’est bien, mais c’est du mono. Or, la plupart des chansons sont en stéréo: certains détails de la musique ne s’entendent parfois qu’à droite ou à gauche, et cela influence sur l’expérience d’écoute.

Avec le petit kit abordable de Teufel, libre à vous de placer vos enceintes correctement (il y a 2 x 2 mètres de câbles). Idéalement, si vous avez une grande étagère dans le salon, vous mettrez la console au centre et les enceintes sur les extrémités. Assis dans le fauteuil, vous pourrez savourer la musique comme elle a été enregistrée.

Le CD et la DAB+

Le kit Kombo 11 se distingue également des toutes les enceintes intelligentes ou connectées par sa capacité à diffuser de la musique provenant de votre collection de CD ou des nouvelles antennes de la DAB+. Deux sources qui ne manquent pas d’intérêt…

Le CD, pour les plus jeunes qui me lisent, c’est ce disque brillant qui contient une quinzaine de chansons, dites parfois « plages ». Avant, c’était le seul moyen d’écouter facilement et rapidement la chanson qu’on voulait.

Le DAB+, c’est nettement plus moderne. C’est la radio « nouvelle génération », numérique et plus analogique. On ne capte pas mieux que la FM (j’ai pu le constater personnellement), mais en revanche c’est tout ou rien, ça ne « crachote » plus (il peut y avoir des coupures, par contre). On a un peu plus de choix de stations (voir les détails), mais hélas le petit écran type ‘réveil’ du Kombo 11 ne permet pas d’afficher les infos textes et images que la DAB+ permet pourtant d’envoyer.

Il y a également une connexion Bluetooth pour relier son smartphone et diffuser Spotify, par exemple. Et une entrée USB, pour ceux qui ont de la musique sur clé USB, donc.

Conclusion

La chaîne hi-fi a plus de sens qu’on l’imagine, même en 2020, même à l’heure de la dématérialisation (pour rappel, aux Etats-Unis, récemment, on a calculé que le streaming représentait 80% de l’écoute musicale).

Pourquoi ? Parce qu’une partie de la population a encore des CD chez elle. Qu’une autre partie a envie de capter la radio DAB+. Que certains tiennent à leur musique en stéréo. Que d’autres enfin préfèrent les boutons ou une bonne vieille télécommande, au lieu d’un smartphone, quand il s’agit de choisir une source musicale.

Quatre arguments que les enceintes Bluetooth, connectées ou intelligentes ne peuvent pas (ou rarement) offrir.

Alors certes, vous passerez sans doute un peu pour un « vieux » en montrant fièrement à votre entourage le Kombo 11 de Teufel. Mais quand vous leur aurez tout expliqué, ils ne pourront qu’obtempérer: la chaîne hi-fi, c’est cool…

Quant au prix de 299€, il me semble justifié vu les options, la qualité de fabrication et le rendu sonore très respectable du kit allemand.

Mon seul reproche: pourquoi ne pas avoir utilisé un écran plus lisible et plus clair ? Tout est limité à des caractères de type ‘réveil’ d’un autre âge, pratiquement illisible, et qui ne tirent nullement parti de ce que la DAB+ peut diffuser (texte et images).

Une révolution dans le monde du jeu vidéo: le streaming total est là

Par Mathieu Tamigniau dans Divers, Images et son, Jeu vidéo, Pratique, Test , le 20 novembre 2019 14h02 | Ajouter un commentaire

Le jeu vidéo fait sa révolution: Google Stadia est le premier à proposer le STREAMING total, on l'a essayé en avant-première

Les consoles de jeu et PC de gamer seront-ils bientôt des antiquités ? C’est possible: j’ai essayé en avant-première le tout nouveau service de streaming de jeu vidéo de Google, dont les serveurs font office de console, et c’est plutôt convaincant. Il suffit d’une manette et d’une connexion internet pour jouer aux derniers titres. Suivez le guide.

L’industrie du jeu vidéo ne s’est jamais aussi bien portée. Les chiffres qu’elle génère donnent le tournis: toutes plateformes et tous pays confondus, elle a généré en 2018 près de 120 milliards de dollars (108 milliards d’euros) de chiffre d’affaire. On estime à 2 milliards le nombre de joueurs: certains se contentent de jeux gratuits sur un smartphone, d’autres dépensent des fortunes en matériel informatique pour afficher les meilleurs graphismes.

Vous l’ignoriez sans doute, mais cette industrie est sur le point de vivre sa plus grande révolution depuis l’avènement du smartphone. Il faut l’oublier, comme la console, le PC ou la tablette: tout ce dont vous aurez bientôt besoin pour jouer aux plus grands titres du moment, c’est une connexion internet, un écran et une manette. Ce n’est pas de la science-fiction: je viens de tester Google Stadia, la première offre du genre accessible au grand public, en avant-première durant quelques jours. Et j’ai été agréablement surpris. Le service est disponible dès le départ en Belgique, soit le 19 novembre.

C’est quoi, le Cloud Gaming ?

Un tout petit peu de théorie avant d’entrer dans le vif du sujet. La solution choisie par Google pour se lancer dans le jeu vidéo est à ranger dans la catégorie Cloud Gaming, ou « jeu vidéo dans les nuages ». Cela fait référence au fait que la machine qui fait tourner le jeu sur votre écran (TV, ordinateur, etc), ce n’est plus une console de salon, mais un serveur, hébergé dans un data center. Les énormes progrès réalisés dans les vitesses de connexion, les puissances de calcul informatique et les logiciels optimisés rendent possible ce qui semblait être un miracle à l’époque: le streaming du jeu vidéo.

Vous allez me dire: Netflix et Spotify fonctionnent sur le même principe depuis des années. Sauf que la vidéo et la musique dématérialisées ne sont pas vraiment interactives, hormis play/pause. Le Cloud Gaming, lui, doit être suffisamment performant pour qu’un mouvement de pouce sur une manette se traduise immédiatement à l’écran par un mouvement du personnage. Alors qu’en réalité, il a parcouru une certaine distance pour être traité par un serveur qui a renvoyé la réponse instantanément sur l’écran de votre salon. En quelques millisecondes. Rien que ça.

Pour la petite histoire, dans le même ordre d’idées, l’entreprise française Shadow propose, elle, l’accès à distance à un PC de gamer sous Windows, donc pas uniquement aux jeux vidéo qu’il faut se procurer séparément (30€/mois). Une nouvelle offre (à partir de 15€/mois) arrive en 2020. Pour jouer sur une TV, il faut une « box » spéciale à 120€. Du côté de PlayStation, le service de streaming PS Now (aussi 9,99€/mois) est déjà dispo mais pour avoir accès au catalogue de jeux très volatile, il faut une PlayStation 4 ou un bon PC avec l’application dédiée. Microsoft prépare un xCloud pour 2020, qui a l’air puissant: on aura accès à un large catalogue sur tous les écrans.

Google Stadia: quand on part de rien et qu’on veut juste jouer…

Google est partout, ce n’est plus un secret. Le succès et l’omniprésence du géant américain effraient une partie du monde, mais rien ne l’arrête. J’évoquais il y a quelques jours son avance considérable dans le domaine des assistants vocaux avec les Nest Hub et Mini lancés en Belgique. Hé bien désormais, c’est au service du jeu vidéo que Google consacre son savoir-faire numérique et technique.

Depuis ce 19 novembre, Stadia, plateforme de streaming qui révolutionne la manière dont les joueurs accèdent et jouent à des titres aussi connus que le dernier Tomb Raider, Mortal Kombat 11 ou Read Dead Redemption 2, est disponible.

La révolution est surtout à chercher dans la simplicité du concept. C’est souvent quand tout a l’air intuitif et évident que se cachent des années de peaufinage du matériel et du logiciel. Avant il fallait acheter un disque, puis on a pu se contenter de télécharger le jeu sur notre disque dur. Désormais, tout est géré par les serveurs dédiés de Google, qui iront même jusqu’à mettre à jour les jeux en temps réel. Vous, vous devez juste appuyer sur le bouton d’une manette pour lancer une partie.

Cerise sur le gâteau: vous pouvez jouer sur une TV (il faut un Chromecast Ultra, qui est dongle HDMI inclus dans le pack de lancement comprenant la manette et 3 mois d’abonnement, je vais y venir), mais également sur un ordinateur équipé du navigateur Chrome, et sur les smartphones de Google (les Pixel qui ne sont pas encore commercialisés en Belgique), voire même sur d’autres smartphones en 2020.

Si vous ne possédez aucune console chez vous, c’est sans aucun doute le meilleur moyen de jouer facilement à des titres prévus de dernière génération sans devoir investir dans du matériel relativement cher. En revanche, si vous disposez de la toute dernière génération de console, l’intérêt est plus limité.

Comment ça marche ?

Le principe, vous l’avez compris, est simple: vous avez une manette et un écran, Google s’occupe du reste, à distance. Au lancement, il faut acheter cette manette (plus tard, d’autres manettes seront compatibles). Pour l’instant, il existe uniquement le pack Premiere Edition: pour 129€, vous avez une manette Stadia blanche, le Chromecast Ultra nécessaire pour jouer sur une TV (mais il sert à un tas d’autres choses: Netflix, Spotify, ‘cast’ de photos et vidéo, etc), et 3 mois d’abonnement à Stadia Pro.

Après une rapide configuration du Chromecast Ultra, il faut lancer l’application Stadia sur un smartphone, puis suivre les instructions pour la configuration. Une fois la manette liée, vous avez accès à l’interface Stadia sur la TV, et vous pouvez commencer à jouer comme si vous aviez allumé votre Xbox ou votre PlayStation.

L’installation m’a semblé très simple et je n’ai rencontré aucun bug.

controller

Des jeux à la pièce ou via un abonnement

Là où ça se complique un peu, c’est quand il s’agit du catalogue de jeux. Il est à diviser en deux catégories, liées au fait que vous souscriviez ou non à l’abonnement Stadia Pro (9,99€/mois).

Si vous ne payez pas d’abonnement, c’est Stadia Base, disponible en 2020 seulement. La qualité de l’image du jeu est limitée à du Full HD (1080p, 60 images par seconde) et le son sera stéréo. Vous devez acheter chaque jeu, et ils sont au prix plein, identique au prix de lancement sur les consoles (par exemple, 59€ pour le dernier Mortal Kombat). Il y a 22 jeux au lancement (voir la liste dans le bas de l’article). Pour utiliser la plateforme, c’est gratuit. Aussi étonnant que ça puisse sembler, Google « offre » ses serveurs qui font tourner les jeux, même s’il est évident qu’il se prend une commission sur les 59€…

Si vous payez l’abonnement (trois mois sont inclus pour la Premiere Edition, après ce sera 9,99€/mois), vous avez accès à Stadia Pro. Tout d’abord, la qualité de l’image et du son passe à 4K et audio 5.1, ce qui est important pour les grandes TV et les home cinema. Si vous jouez sur une tablette ou un ordinateur portable, c’est moins important. Mais surtout, on se rapproche du modèle de Netflix: vous avez accès à un catalogue de jeux vidéo à tout moment. Des jeux qui restent accessibles tant que vous payez votre abonnement. Au lancement, il n’y aura que deux jeux « gratuits »: Destiny 2, un très riche jeu de rôle et de tir à la première personne et Samurai Shodown, un jeu de combat en 2D. Bien d’autres jeux devraient rejoindre ce catalogue dans les semaines/mois à venir.

Quelle est la qualité de l’expérience ?

J’ai essayé Mortal Kombat 11 et Destiny 2 pendant plusieurs heures ces derniers jours. L’état de service de Stadia est encore en rodage, mais sans doute proche de ce que connaîtront les premiers joueurs qui auront payé 129,99€ et recevront dans les prochains jours leur pack Premiere Edition.

Sur une TV récente 4K, j’ai connecté le Chromecast Ultra de Google qui est obligatoire. Vu que mon routeur est proche de ma TV, j’ai mis un câble réseau dans le petit transfo qui alimente le Chromecast. Ma connexion internet est de bonne qualité: environ 70 Mbps. Allons droit au but: on est très, très proche d’une expérience de console du genre Xbox One ou PlayStation 4. En jouant à ces deux jeux, j’ai remarqué seulement une ou deux fois quelques très légers ralentissements, mais jamais de quoi perturber la session de jeu. Pourtant, les deux titres que j’ai essayés ont besoin d’une réactivité optimale (jeu de combat ou de tir à la première personne). En réalité, l’expérience globale est même meilleure que sur une console car la dernière fois que j’ai allumé ma Xbox, j’ai du faire une mise-à-jour de 4 GB de la console, et de 1 GB pour le jeu (quasiment une heure d’attente en tout). Autre avantage: il suffit d’appuyer sur le bouton Stadia de la manette pour allumer le Chromecast et la TV. 10 secondes plus tard, le logo Stadia s’affiche, avec le choix du profil. 5 secondes de plus et vous pouvez choisir votre jeu. Puissant.

stadia011
Sur un ordinateur portable en Wi-Fi, ça reste jouable

Sur un PC Windows relativement récent, en Wi-Fi dans un bureau situé au premier étage, l’expérience fut satisfaisante. Il faut utiliser le navigateur Chrome et se rendre sur stadia.google.com. La manette doit être connectée avec un câble USB Type-C (il y en a un dans le pack, tout comme un chargeur) à l’ordinateur. Dans un avenir proche, ce pourra être sans-fil. Bien entendu, ma connexion sans-fil à l’étage est moins bonne (21 Mbps au moment du test) que celle du câble réseau relié au Chromecast Ultra du salon. Dès lors, j’ai pu remarquer quelques pixellisations de l’image, de temps à autre. Rien de rédhibitoire: on peut jouer à Mortal Kombat 11, mais l’expérience est meilleure avec la première configuration dont j’ai parlé.

Sur un vieux Macbook Pro de 2010 qui fonctionne encore, il vaut mieux oublier. J’ai pu me connecter sur la plateforme via Chrome, mais l’expérience est une succession de saccades et jouer s’avère impossible.

Je n’ai pas essayé sur une tablette, ni sur un smartphone (de toute façon, dans un premier temps, seuls ceux de Google, les Pixel, sont compatibles).

google-stadia-debits

Conclusion

Le jeu vidéo est bel et bien en train de faire sa révolution. Google Stadia est la première plateforme du nouveau genre accessible au grand public, celui où des serveurs distants (peut-être ceux des data centers de Google à Mons, qui sait ?) font office de console en faisant tourner des jeux de dernière génération, qui sont affichés sur un écran au domicile des utilisateurs. Finalement, c’est logique que Google se lance dans l’aventure: il a une grande et longue expertise en tant que fournisseur de services internet (recherche, vidéo YouYube, maps, etc), et depuis longtemps, il possède d’immenses data center dans le monde, dont quelques uns à Mons, où il a peut-être placé ses serveurs dédiés à Stadia pour une partie de l’Europe (car oui, la distance compte et plus elle est réduite, meilleure est l’expérience).

Tout passe par internet, il faut donc une connexion aussi bonne et stable que possible pour profiter d’une expérience très proche d’une Xbox, d’une PlayStation ou d’un PC de gamer. Google laisse le choix d’un abonnement payant (Stadia Pro, 9,99€/mois) avec une meilleure image (4K) et quelques jeux en libre accès. Ceux qui ne s’abonnent pas (uniquement en 2020) auront une image moins bonne (1080p, ça reste correct), et devront acheter tous les jeux auxquels ils veulent jouer, à des prix identiques à la concurrence (exemple: 59€ pour le dernier Mortal Kombat).

Durant mes tests, je n’ai jamais été confronté à une interruption. Jouer à des jeux aussi gourmands que Destiny 2 ou Mortal Kombat 11 est un bonheur. La configuration idéale est l’utilisation du Chromecast Ultra relié avec un câble réseau à mon routeur (vitesse: 70 Mbps). Obligatoire pour jouer sur une TV, il est compris dans le prix de l’unique pack de lancement de Stadia, la Premiere Edition (129€). Sur un PC portable, en Wi-Fi dans le bureau avec une vitesse de 21 Mbps, l’expérience est légèrement moins fluide (des saccades peuvent survenir), mais on peut vraiment jouer.

Dans cette boîte du pack de lancement, vous aurez une manette qui n’a rien à envier à celle de la Xbox ou de la PlayStation. Notez qu’elles seront bientôt en partie compatibles et utilisables avec Stadia. Quant au multijoueur en ligne, il est compris dans le prix de Stadia Pro, mais j’ignore si les joueurs Stadia Base, en 2020, y auront accès. Devant votre TV, 4 manettes peuvent être connectées pour du multijoueur local.

Le service n’a que des avantages à mes yeux: il offre la puissance de calcul des consoles, sans les inconvénients que représentent les mises-à-jour, les longs téléchargements de jeu, etc. Avec Stadia, vous appuyez sur le bouton et 15 secondes plus tard (littéralement), vous pouvez jouer.

Deux bémols pour le lancement: la liste des jeux est actuellement limitée à 22 titres, dont 2 accessibles gratuitement pour les abonnés Pro (9,99€ par mois). C’est assez restreint mais le catalogue devrait s’enrichir dans les prochaines semaines. Autre bémol, technique celui-ci: sans internet, vous êtes complètement perdu. Et si votre connexion est lente, l’expérience ne sera pas au top. Google explique que 10 Mbps est le minimum, et que 35 est le débit recommandé. Faite donc le test sur leur site avant de craquer.

Sachez enfin que le xCloud de Microsoft s’annonce un très solide concurrent en 2020, tandis que le service PS Now de PlayStation existe déjà, mais est moins souple que Stadia et privé des jeux les plus récents.

Les jeux disponibles sur Google Stadia au lancement:

Assassin’s Creed Odyssey

Attack on Titan: Final Battle 2

Destiny 2: The Collection (gratuit via Stadia Pro)

Farming Simulator 2019

Final Fantasy XV

Football Manager 2020

GRID

Gylt

Just Dance 2020

Kine

Metro Exodus

Mortal Kombat 11

NBA 2K20

Rage 2

Rise of the Tomb Raider

Red Dead Redemption 2

Samurai Shodown (gratuit via Stadio Pro)

Shadow of the Tomb Raider

Thumper

Tomb Raider

Trials Rising

Wolfenstein: Youngblood

Le OnePlus 7T Pro, une mise-à-jour avant tout

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 15 octobre 2019 11h22 | Ajouter un commentaire

Les tests de Mathieu: le OnePlus 7T Pro, une mise-à-jour avant tout (vidéo)

L’entreprise chinoise a opté en 2019 pour une stratégie à deux smartphones, une version normale et une version Pro. Et comme elle en sort deux versions par an, on a droit cet automne au OnePlus 7T et au 7T Pro. Si le 7T m’a conquis il y a deux semaines, le 7T Pro est une simple mise-à-jour du modèle sorti au printemps. Explications.

Le gros coup de OnePlus cet automne, c’est bien la sortie du OnePlus 7T, qui n’est autre, à mes yeux, que le meilleur rapport qualité-prix d’Android de l’année (voir mon avis détaillé). Présenté fin septembre en Inde, un marché essentiel pour la jeune entreprise de Shenzhen, le 7T n’est cependant pas la seule nouveauté smartphone de OnePlus.

Effectivement, ce jeudi 10 octobre, la version Pro du 7T a été officialisée, lors de la présentation européenne de la série 7T, à Londres, où je me suis rendu. Il s’agit d’une version légèrement revue du modèle précédent. Rappelons qu’au printemps dernier, OnePlus avait changé ses habitudes en sortant deux smartphones différents, le 7 et le 7 Pro. Ce dernier était un sacré appareil, avec son plein écran, sa caméra selfie rétractable et son taux de rafraîchissement de 90 Hz, deux options inédites et spectaculaires. A ses côtés, la version de base du 7 était une copie un peu améliorée du 6T de 2018 (raison pour laquelle le Pro a rencontré plus de succès, malgré un prix plus élevé: 709€ contre 549€). OnePlus semble observer un rythme de deux smartphones « vraiment nouveaux » par an: le Pro au printemps et le T en automne.

Quoi de neuf ?

Revenons au OnePlus 7T Pro. D’abord, son prix: 759€, c’est une légère augmentation mais il y a 256 GB de stockage interne et non 128. Il est donc une petite mise-à-jour du 7 Pro. Extérieurement, difficile de faire la différence: la couleur a changé (on reste sur du bleu mais qui tend moins vers le mauve), mais c’est toujours une texture de verre poli, donc mate. Elle est moins glissante et attrape moins les traces de doigts. Autre différence, légère elle aussi: la présence d’un laser pour l’autofocus à l’arrière, à côté du bloc des trois capteurs, dont le dessin a été subtilement revu au niveau des contours :


A droite, le 7T Pro ; à gauche, le 7 Pro

C’est à l’intérieur que ça change, même si à nouveau, c’est très subtil. La puce principale est une Snapdragon 855+, qui n’apporte pas grand-chose de nouveau par rapport à la 855 du printemps. Pour la RAM et le stockage, il n’y a plus le choix: c’est 8 et 256 GB. Idéal pour les usages intensifs ou ceux qui filment en 4K. L’écran gigantesque de 6,67″ est toujours OLED de haute définition (3120 x 1440), et avec les 90 Hz, il est d’une fluidité sans égal.

Le 7T Pro est équipé d’Android 10, avec la surcouche OxygenOS. Tout cela débarque progressivement en mise-à-jour sur les autres OnePlus, mais elle est native sur le 7T Pro. Les nouveautés sont subtiles, là aussi. La navigation par geste (en option) a évolué et est plus intuitive: pour faire un « retour », il suffit de balayer du pouce le bord de l’écran (vers le centre). Il y a davantage d’options de personnalisation graphique et ergonomique de l’interface, ce qui plaira aux plus geeks d’entre vous. L’affichage des notifications a également été revu, tout comme leur gestion, devenue plus pointue: il est possible de restreindre les permissions (comme la localisation) des applications. Par exemple, vous pouvez dire à Twitter qu’il ne peut accéder à votre position que lorsqu’il est actif, et pas en arrière-plan: Android et OxygenOS prennent soin de votre batterie. A cela s’ajoute quelques petites fonctions utiles pour certains: un mode lecture plus confortable, plus d’options pour le mode « Zen » qui bloque l’usage de votre smartphone durant une certaine période, etc.

Un appareil photo plus souple

L’appareil photo subit également un petit lifting logiciel, en reprenant les caractéristiques dévoilées sur le 7T: un nouveau moteur de traitement de l’image, un mode ‘macro’ (prise de vue à 2,5 cm, voir ci-dessous), plus d’options dans les modes portrait et nuit (ils fonctionnent aussi en zoom et en grand angle). Ceux qui filment souvent apprécieront le ‘mode super stable’ qui est très efficace. Il y a aussi un nouveau laser pour un meilleur autofocus. A part ça, les trois capteurs sont les mêmes que sur le 7 Pro: un bon Sony 48 MP, un grand-angle 16 MP et un 8 MP pour le zoom 3X.

Quant à la batterie, elle est légèrement plus importante que sur le 7 Pro: 4.085 mAh au lieu de 4.000. Elle diffère surtout techniquement, car sa recharge baptisée Warp 30T est 23% plus rapide que sur le modèle précédent, alors que le transfo est le même. Vous le branchez le matin durant votre douche et 20 minutes plus tard, vous avez de quoi tenir une journée. Puissant. OnePlus atteint vraiment des sommets en termes de recharge rapide, preuve que l’entreprise chinoise, comme je le signalais dans mon test du OnePlus 7T, se concentre vraiment sur des améliorations tangibles et concernantes.

Conclusion

Si le OnePlus 7T, sorti fin septembre, est une vraie (et bonne) rupture par rapport au OnePlus 7, on ne peut pas en dire autant du OnePlus 7T Pro (759€). En effet, ce dernier est identique à 90% au OnePlus 7 Pro sorti au printemps dernier.

Le logiciel est revu et passe à Android 10, ce qui implique de subtiles améliorations par rapport à Android 9. Le logiciel de la caméra est plus souple et la batterie légèrement supérieure. Pour le reste, il s’agit du même smartphone XXL dit ‘plein écran’, avec des bords incurvés et une caméra frontale rétractable. C’est un des rares appareils à proposer une telle immersion, les autres étant pratiquement tous équipés d’encoche plus ou moins grande, ou de « trou » comme les Samsung.

Le OnePlus 7T Pro est donc un appareil tout-à-fait recommandable qui vous donnera pleine satisfaction durant quelques années, et l’une des expériences Android les plus inspirées. Cependant, son petit frère le 7T (599€) a mis la barre très, très haut il y a deux semaines, et les 160 euros de différence n’a pas vraiment d’intérêt, à part pour les 256GB de stockage et les bords arrondis du ‘plein écran’.

Pour les plus fans purs et durs de OnePlus, et Dieu sait qu’ils sont nombreux, le partenariat avec McLaren a été reconduit. Quelques retouches esthétiques uniquement (et 12 au lieu de 8 GB de RAM) qui font grimper la facture à 859€:

mclaren

D’autres photos du OnePlus 7T Pro :




Quand Sonos et Ikea travaillent ensemble, ça fait… baisser les prix

Par Mathieu Tamigniau dans Divers, IoT , le 9 avril 2019 06h29 | Ajouter un commentaire

Depuis quelques années, Ikea essaie d’intégrer des appareils de la vie de tous les jours dans sa vaste gamme de meubles et de décoration. On ainsi vu le meuble TV avec TV intégrée, une table d’appoint avec chargeur sans fil pour smartphone ou autre. Le géant suédois de l’ameublement et de la décoration entame sa mutation vers une maison plus intelligente, et non pas uniquement plus belle.

Ce lundi, Ikea et Sonos ont à nouveau évoqué la gamme Symfonisk, qui va être commercialisée à partir du mois d’août 2019. On sait désormais qu’il y aura deux appareils disponibles au lancement: une lampe dont on peut régler la chaleur de la lumière avec une molette intégrée, et une « étagère ».

Pour faire simple, on dira qu’Ikea s’est occupé de l’enrobage, et que Sonos y a placé une enceinte et de quoi la relier au réseau en Wi-Fi. Pour faire encore plus simple, on dira qu’il s’agit de Sonos Play:1 (la plus petite enceinte) déguisée en petite lumière de salon ou en étagère un peu épaisse sur laquelle on peut déposer des livres (ou autre, jusqu’à 3 KG), ou que l’on peut placer à côté de livres.

Des prix très contenus

Cependant, vu les prix annoncés, Sonos n’a probablement pas intégré toute sa technologie à l’intérieur. La lampe Symfonisk coûtera en effet 179€, tandis que l’étagère ne dépasse pas les 100€ (99,95€ pour être précis).

Ikea, on le sait, est connu pour ses prix contenus. Ceux des deux premiers objets de la gamme Symfonisk sont donc égaux ou inférieurs à la Sonos Play:1 (179€), entrée de gamme du constructeur américain (qui grimpe à 799€ pour une grosse barre de son).

Cela va sans dire que ces enceintes tunées seront utilisables à partir de l’application Sonos, un modèle d’ergonomie, comme s’il s’agissait d’enceintes Sonos. On peut même coupler deux lampes/enceintes pour en faire une paire stéréo.

Comment Sonos a-t-il consenti à une telle concurrence, surtout de la part de l’étagère à 99€? Sans doute en intégrant dans les enceintes Ikea une qualité de son un peu moins bonne que sa gamme propre (mais on ne les a pas encore entendues, un prochain test le confirmera).

On imagine en revanche que les assistants vocaux, présents sur la One et la Beam, ne seront pas de la partie (ils requièrent des technologies plus avancées, avec micros et « puces » intégrés). Et les marques n’ont pas mentionné cette fonctionnalité dans leur communiqué de presse commun.

Le géant japonais Panasonic a sorti un casque à réduction de bruit

Par Mathieu Tamigniau dans Divers, Images et son, Test , le 20 mars 2019 08h32 | Ajouter un commentaire

Panasonic est l’un de ces grands groupes asiatiques actifs dans l’électronique, et qui diversifie depuis toujours les domaines d’activité. 270.000 employés sont ainsi répartis dans le monde entier, engrangeant 63 milliards d’euros de chiffre d’affaire.

Une stratégie parfois risquée car « Peut-on vraiment être bon dans tous les domaines ? ». La question est souvent posée, et Sony, par exemple, s’est débarrassé ces dernières années de plusieurs départements non rentables (pensez aux ordinateurs Vaio). Samsung, mastodonte sud-coréen, a jeté sa division « appareil photo » dans un même esprit, il y a quelques années également.

Le géant japonais Panasonic s’en sort plutôt bien, à en croire ses résultats 2018: le bénéfice net (236 milliards de Yens, donc 1,81 milliard d’euros) et les ventes sont en croissance. Il y a environ 5 ans, cependant, il a dû cesser de produire ses propres écrans plasma, la technologie tombant aux oubliettes, alors qu’il avait investi des milliards de dollars dans des usines.

Mais ce n’est pas ce que vous voyez de Panasonic qui lui rapporte de l’argent. Que du contraire. Les appareils à destination du grand public (télévision, téléphonie, électroménager, air conditionné, audio, photographie, etc) ne représentent que 30% du business total.

Davantage B2B

« Panasonic est une entreprise très B2B (business to business) », nous a confié Eric Novel, directeur général de Panasonic France, Belgique et Luxembourg. « On est très actif dans les technologies de broadcast (matériel pour les professionnels de l’audiovisuel), dans les solutions écologiques (panneaux solaires), dans l’automobile, les batteries ». Au Japon, « Panasonic construit même des maisons« .

En ce qui concerne la Belgique, le focus est également sur le  matériel à destination des professionnels. Pour les particuliers, on retrouve surtout les télévisions et les appareils photos (la gamme Lumix est réputée). Mais il y a beaucoup de croissance en vue dans la section « beauté » (tondeuse, soins, etc), « cooking » et « airco ».

Un casque à réduction active de bruit

On ne pouvait évoquer Panasonic, une marque assez discrète en Belgique pour les raisons qu’on vient d’évoquer, sans tester l’un de ses derniers produits à destination du grand public. Il s’agit d’un casque à réduction active de bruit, le RP-HTX90N. Prix recommandé: environ 139€.

Ce casque peut fonctionner sans fil (Bluetooth 4.2 et batterie rechargeable de 24h environ) ou avec un câble (fourni). Disponible en noir, bleu ou beige, il arbore un look assez rétro avec son arceau métallique en forme de rail et son câblage en partie apparent. Comme la plupart des casques de ce genre, il est principalement composé de plastique pour rester léger (208 grammes) et donc confortable. Équipé d’un micro et d’un bouton pour accepter un appel, il peut être garder sur les oreilles pour téléphoner. De multiples boutons (un peu trop que pour les repérer facilement) permettent de régler le volume, d’activer ou non la réduction active de bruit (économise la batterie) et un surplus de basse.

Soyons clair: si la qualité du son est tout à fait correcte (on l’a mesurée avec des vidéos et de la musique et il n’y a rien à dire), celle de la réduction active de bruit est loin des ténors, donc des Bose QC35 ou Sony WH-1000X M3. Mais ces deux casques sont vendus au-delà des 300€, donc la différence est logique.

Vos présentations PowerPoint vous angoissent ? Essayez cette nouvelle télécommande…

Par Mathieu Tamigniau dans Divers, Mobilité, Pratique, Test , le 2 février 2017 21h01 | Ajouter un commentaire

La Spotlight de Logitech va enfin rendre un peu plus « smart » les télécommandes servant à faire défiler les slides d’une présentation. J’ai pu la tester en primeur…

Vos présentations PowerPoint vous angoissent ? Cette nouvelle télécommande intelligente devrait les rendre nettement plus agréables…

Logitech, et sa Spotlight (129€, disponible en mars), parvient à innover dans un secteur qui concerne surtout les étudiants et certaines catégories d’employés : la présentation style PowerPoint. Celles qui angoissent la plupart des orateurs, craignant le bug ou l’impossibilité de faire défiler les slides (diapositives).

Cette télécommande intelligente et élégante, fournie avec une housse de transport et fonctionnant sur une batterie qui se recharge très rapidement (avec un nouveau port USB Type-C), deviendra le meilleur ami de certains d’entre vous.

logi

Installation facile

L’outil de présentation Spotlight est équipé d’un mini stick USB qui se loge intelligemment dans le bas de la télécommande.

Il suffit de le brancher dans un ordinateur (on a essayé avec un PC sous Windows 7 et un autre sous Windows 10, mais cela fonctionne également avec un Mac), d’attendre quelques secondes pour l’installation automatique des pilotes (sous Windows 7), et la télécommande fonctionne automatiquement. La portée est de trente mètres.

Avec certaines machines, la connexion en Bluetooth peut se faire directement, sans passer par l’adaptateur USB inclus.

l3

Pour Google Slides, Power Point, Keynote, etc…

Lors de notre test, nous avons commencé par lancer un navigateur, avant d’aller sur le site de Google Slide. Il s’agit d’un outil de présentation simple et gratuit, pour créer des ‘diapositives’ qui, mises bout-à-bout, vont composer votre présentation.

Première surprise : avec Edge (le navigateur par défaut de Windows 10) et Chrome (celui de Google), la télécommande a directement rempli son rôle premier, à savoir de faire défiler en avant et en arrière les slides, à l’aide des deux boutons principaux.

Pas de configuration, pas de paramètres à régler… ça fonctionne, un point c’est tout. De plus, le bouton ‘avancer’ est plus gros que le bouton ‘reculer’, ce qui facilite la tâche dans le noir.

La télécommande fonctionne forcément avec PowerPoint, le logiciel payant de Microsoft qui fait partie de la suite Office, et qui intègre davantage d’options. Keynote (logiciel d’Apple vendu 19,99€ sur les Mac) et Prezi (outil de présentation plus original, payable avec abonnement) est également compatible, selon Logitech. Si un PDF est ouvert (y compris dans un navigateur), les boutons servent également à faire défiler les pages du document.

ff

Mieux qu’un pointeur

Tandis que certaines télécommandes intègrent un pointeur laser, la Spotlight fait nettement mieux et se transforme en souris lorsqu’on utilise sur le bouton du dessus.

En laissant son doigt appuyé sur ce bouton, on peut faire bouger le curseur de la souris en faisant simplement bouger sa télécommande (mais on ne doit pas spécialement  viser l’écran, si on fait tourner le curseur devant soi, cela fera également bouger le pointeur). Il y a sans doute un gyroscope intégré dans la Spotlight de Logitech. Et lorsqu’on relâche ce bouton et que le curseur s’arrête, on peut appuyer brièvement dessus et cela équivaut à un clic.

C’est étonnant, mais c’est diablement efficace et cette option ‘souris’ fonctionne avec l’OS en entier, pas uniquement avec les outils de présentation. On peut donc contrôler l’ensemble de l’ordinateur à distance, sans devoir retourner près de celui-ci.

Sachez également que couplée à une application (Mac OSX ou Windows), la télécommande peut éclairer une zone de la présentation tout en obscurcissant le reste. Elle fait office de lampe de poche, finalement. Cela aide à captiver l’audience sur un élément précis du slide. Nous n’avons pas pu essayer cette fonction, les applications n’étant pas encore disponibles au moment du test.

l4

L’ordinateur portable a-t-il enfin trouvé son remplaçant ?

Par Mathieu Tamigniau dans Divers, Mobilité, Test , le 8 juin 2016 13h46 | Ajouter un commentaire

tabpros007

Depuis peu de temps, il semble qu’on ait trouvé le successeur du bon vieil ordinateur portable. Les « 2 en 1 », ces tablettes sous Windows qui peuvent se clipser dans un clavier faisant office d’étui de protection et de transport, sont enfin arrivées à maturité.

La raison principale est, comme souvent, à chercher du côté des efforts consentis par les fabricants qui peaufinent année après année leurs appareils, quitte à perdre des millions d’euros avec les premiers modèles peu recommandables.

Si Microsoft a fait du bon travail avec sa Surface, Samsung a été un pas plus loin avec sa Tab Pro S, sous un Windows 10 adapté à ce genre d’appareils. Elle a tout d’une (grande) tablette à la sauce Samsung: un superbe écran (Super Amoled, comme les smartphones) une épaisseur minimale (6,3 mm), une relative légèreté (1 kg) et une belle finition.

La Tab Pro S, vendue 999€, a une taille de 12 pouces et une définition de 2160 x 1440 pixels, soit une belle surface de travail. Ajoutez à cela un processeur Intel Core m3-6Y30, et une puce graphique Intel HD Graphics 515, et vous avez de quoi faire tourner rapidement la plupart des applications de bureau (mais ne soyez pas trop gourmand au niveau de la retouche d’image ou de vidéo, et oubliez les jeux vidéo PC modernes). 

La bonne nouvelle par rapport à la concurrence, c’est que Samsung n’a pas été radin, en incluant la house/clavier (avec pavé tactile pour la souris) d’office. Chez les autres (Microsoft, par exemple), il faut ajouter 149€. Vu qu’elle est pratiquement indispensable pour un appareil sous Windows, c’est une excellente idée de la part du constructeur coréen. Cette housse/clavier aimantée ne se manipule pas très aisément, mais quand on a compris le truc, on peut l’ajuster dans deux positions différentes pour un angle de vue adéquat.

Ceux qui ont opté pour la Surface de Microsoft regretteront l’absence d’un stylet (utile pour certains professionnels), et la connectique assez limitée: il n’y a qu’un port USB Type-C, comme sur les smartphones récents, et il fait également office de port de recharge. Pour le reste, il faudra passer par des adaptateurs.
tabpros008 tabpros006 tabpros005 tabpros004

 

Enfin une solution concrète pour rendre sa maison connectée et intelligente

Par Mathieu Tamigniau dans Divers, Pratique, Test , le 12 janvier 2016 08h00 | Ajouter un commentaire

L’Allemand Devolo s’est lancé dans la course à la maison connectée avec de nombreux produits disponibles immédiatement, à des prix allant de 40€ à 100€. J’ai testé tous ces petits objets qui, une fois installés, doivent être intégrés dans des « Règles » que vous devrez définir vous-mêmes.

On dit que c’est LA grande technologie des 5 prochaines années: l’internet des objets (IoT) sera une nouvelle révolution dans nos habitudes numériques, n’importe quel objet pouvant être connecté au réseau, contrôlable à distance et donc, « smart » (intelligent).

Mais concrètement, où en est-on en cette fin d’année 2015 ? La situation avance timidement, il faut le reconnaître, du moins au niveau de l’offre pour le grand public. En cause, sans doute, la coexistence de plusieurs normes de communication entre les appareils, et la mise en place progressive d’un réseau mobile dédié à ces petits objets (Proximus vient d’annoncer son LoRa), qui ne devraient plus automatiquement être reliés à votre réseau, à votre modem.

vertDes stratégies différentes

Certains grands acteurs comme Nest (une société rachetée par Google il y a quelques années) proposent déjà des thermostats, des détecteurs de fumée et des caméras de surveillance pour le salon. Mais Nest ne se précipite pas, et chaque produit est mûrement réfléchi avant d’être commercialisé.

D’autres, comme l’inévitable géant de l’électronique Samsung, ont choisi la prudence. Après avoir acheté Smart Things, le Coréen prend le temps d’adapter cette technologie à nos marchés européens. Il veut également rendre compatible la plupart de ces nouveaux produits (du frigo à la télévision), et ils sont très (très) nombreux.

Devolo fonce, tête (presque) baissée

Et enfin, il y a d’autres acteurs qui décident de se lancer dans l’aventure pour être parmi les premiers. C’est le cas de Devolo, qui nous a présenté son kit ‘Home Control’ et nous a permis d’installer et de tester ses petits gadgets connectés.

De la vanne thermostatique au détecteur de mouvement, le constructeur allemand, qui s’est fait connaître avec ses boitiers CPL (une alternative au Wi-Fi faisant transiter le réseau via l’installation électrique), y a été franchement. Tous les produits sont déjà disponibles, notamment chez Media Markt.

Le système Home Control ne se configure pas à partir d’une application, mais à partir d’un page web, idéalement sur un ordinateur avec souris (sur une tablette, c’est possible également, mais certaines manœuvres seront plus délicates).

Pour l’instant, on ne peut pas parler d’une fonction d’alarme, car il n’y a pas de sirène pouvant s’enclencher si un détecteur de mouvement ou d’ouverture est activé. Au mieux, vous recevrez un SMS (les premiers sont gratuits mais après il faut payer) ou un email. On n’est donc pas dans de la sécurité, comme le kit iSmartAlarm dont nous vous avons déjà parlé.

Un kit de base à 219€

Le kit de démarrage à 219€ comprend le ‘hub’ (cerveau de l’installation, reliée à votre routeur), un détecteur d’ouverture et une prise intelligente.

devolo013
Le ‘hub’
 : c’est avec lui que communique tous les appareils de la gamme Devolo Home Control. Cette petite boite blanche se branche directement dans une prise murale, et n’a pas besoin d’être branchée avec un câble réseau à votre modem si celui-ci est déjà relié au réseau électrique par un boitier CPL (Courant Porteur en Ligne, quelle que soit la marque). Plutôt pratique et discret.

ddd
Le détecteur d’ouverture
 : comme son nom l’indique, il est composé d’un petit boitier blanc avec diode rouge à fixer sur l’encadrement, et d’un petit élément à placer sur la porte. Il sait quand elle est ouverte ou fermée. Il peut s’utiliser sur une fenêtre, une armoire, un tiroir… ou tout ce qui s’ouvre et se ferme, a priori. Son installation est simple, car tout est très léger : avec des morceaux de double-face ajustés (fournis) ou des petites vis (fournies également, avec les chevilles). Son rôle est celui de déclencheur d’une autre action au sein du système Home Control, comme l’allumage d’une lampe reliée à la prise intelligente. 49€ si vous l’achetez à part.

devolo012
La prise :
rien de bien compliqué, il s’agit d’un adaptateur à brancher dans une prise murale, qui sera donc contrôlée par le hub pour être allumée ou éteinte. On y branchera par exemple une lampe, qu’on laissera toujours allumée, et qui se commandera de manière intelligente via le système Home Control. 49€ si vous l’achetez à part.
Construire sa maison connectée

L’idée et le slogan de Devolo sont : « Construisez vous-même votre maison connectée » en y ajoutant progressivement de nouveaux appareils de la gamme, ceux dont vous pensez avoir besoin. Voici les autres gadgets disponibles que nous avons pu installer :

devolo011
Le détecteur de mouvement (69€) :
même principe que le détecteur d’ouverture / fermeture. C’est d’ailleurs un petit boitier au look et aux dimensions identiques. Nous l’avons placé dans un garage et il a parfaitement réagi, même lors de mouvements légers à 3 ou 4 mètres. Son but est également de servir de déclencheur à une action que vous devrez configurer.

devolo014
Le détecteur de fumée (59€) :
il est livré avec des petites vis pour un montage facile. Le plastique est de bonne qualité, et l’installation assez simple. Il est forcément équipé d’une petite sirène pour un déclenchement automatique, indépendant de votre système Home Control. En cas de problème, vous serez réveillé avant que n’importe quelle autre action ne puisse se déclencher. Via une règle à configurer, il pourrait déclencher, en cas de problème, l’allumage d’une lampe reliée à la prise intelligente.

devolo007
L’interrupteur (49€) et la télécommande (39€)
 : il s’agit simplement de dispositifs permettant de déclencher une action (il y a 4 boutons donc 4 actions que vous pouvez programmer). Leur intérêt : vous éviter d’ouvrir l’application ou la page web de votre système Home Control pour déclencher allumer une prise ou définir une température. Un bon gain de temps à la clé. L’interrupteur est très léger et peut donc se coller n’importe où avec le ‘double-face’ fourni. La télécommande est petite et prévue pour être utilisée en porte-clés.

devolo009
La vanne thermostatique (69€):
bel effort de Devolo, qui a pris la peine de mettre au point une vanne thermostatique intelligente qui ouvre et ferme la circulation d’eau chaude dans votre radiateur. La vanne est fournie avec deux bagues, le tout se serrant à la main, et puis de manière plus importante une fois que la vanne est connectée. Il y a un petit écran qui indique la température assignée à la vanne lorsqu’on pousse sur un bouton, et deux flèches pour modifier cette température. En aucun cas cette température sera transmise à votre thermostat de chaudière. C’est une température indicative : si vous la mettez sur 22 degrés, la vanne sera ouverte (laissant circuler l’eau chaude dans le radiateur si la chaudière ‘tourne’) tant que la température n’est pas atteinte. Dès qu’il fait plus de 22 degrés dans la pièce, elle ferme l’arrivée d’eau chaude.

devolo006
Le thermostat d’ambiance (99€):
c’est un simple outil d’indication (de la température ambiante) qui peut engendrer d’autres actions. Contrairement aux thermostats de Nest ou de Netatmo, on ne peut pas (pour l’instant) le relier à une chaudière pour qu’il active la circulation d’eau chaude dans les radiateurs, mais il peut par exemple être couplé à une prise intelligente de votre système Home Control qui commanderait un radiateur électrique. On pourrait alors créer un règle : si la température constatée par le thermostat est supérieure à 22°, alors la prise (et donc le radiateur électrique) doit s’éteindre. Le petit boitier se colle ou se fixe avec des petites vis fournies dans n’importe quelle pièce, et est équipé de boutons pour modifier la température désirée.
L’intelligence est… dans votre tête

Tous ces petits appareils de détection ou de contrôle ne servent à rien (sauf le détecteur de fumée) si vous ne créez pas de ‘Règles’ via la page web de gestion de votre système Home Control. Devolo a donc une approche inverse à celle de Nest, par exemple, dont le thermostat s’ajuste automatiquement, et dont le détecteur de fumée et la caméra s’intègrent dans votre maison Nest avec une ‘intelligence artificielle’ (vous ne devez pas leur dire ce qu’ils doivent faire).

Avec Devolo, c’est à vous d’imaginer des règles entre un détecteur (par exemple, l’ouverture de la fenêtre de la salle de bain) et un contrôleur (par exemple, la vanne thermostatique du radiateur de la salle de bain qui se couperait automatiquement en cas d’ouverture de la fenêtre).

Nous avons créé cette autre règle assez simple: lorsque le détecteur de présence placé dans le garage détecte du mouvement, la prise intelligente placée dans le garage, à laquelle est reliée une lampe, s’allume.

Les seules limites sont celles de votre imagination, même si on aurait aimé pouvoir ajouter une plage horaire à la règle de l’allumage automatique de la lampe du garage (uniquement la nuit, idéalement).

Comme vous le voyez ci-dessous, ces règles se configurent assez simplement via cette interface où vous faites glisser des éléments de votre système Home Control.
devolo004

Quelques couacs

Durant notre test, nous avons rencontré deux petits problèmes, qui sont peut-être dus à un mauvais numéro de série. La prise, qui permet d’allumer ou d’éteindre l’appareil connectée à cette petite prise murale, a été assez capricieuse. Dans la chambre, lors de notre premier essai (sur un bloc multiprises, mais ça n’est pas déconseillé), elle s’est allumée et éteinte intempestivement, parfois en pleine nuit, alors qu’elle avait pour consigne d’éteindre notre installation TV/Décodeur durant la nuit et une partie de la journée. Vu le petit « clic » qui va avec l’allumage ou l’extinction de la prise, cela a suffi à nous réveiller…

Placée dans le garage pour allumer une lampe qui y était reliée lors de la détection d’un mouvement, elle a fonctionné durant quelques jours avant de devenir « inaccessible » ou incontrôlable à distance, restant parfois allumé toute la nuit.

devolo005
L’autre appareil qui nous a posé problème est l’interrupteur. Nous n’avons pas réussi à l’installer, malgré le suivi de la procédure en vidéo. Pire : lorsque nous avons tenté de le réinitialiser en suivant une autre procédure, celle de l’aide en ligne, cela n’a pas fonctionné non plus. Un objet complètement inutilisable.

Deux couacs qui sont peut-être dus à un mauvais numéro de série, mais qui sont révélateurs de la précipitation de Devolo, qui n’a sans doute pas pris la peine de tester tous les appareils dans les moindres détails.

Conclusion

Devolo a beaucoup de mérite à se lancer aussi vite, et aussi fort, dans la course à la maison connectée, celle qui deviendrait intelligente car on lui ajouterait (facilement) un tas d’accessoires gérés par une application, et capables de communiquer entre eux.

Les petits objets proposés par la marque allemande sont nombreux, et leur finition est plutôt bonne. Leur installation ne nous a pas posé de problème, hormis celle de l’interrupteur (voir plus haut).

Mais Devolo a pris le pli de confier l’intelligence derrière sa maison connectée à l’utilisateur, qui doit créer des règles, sinon tous ces objets sont pratiquement inutiles. Si le site web est relativement fonctionnel (même si on retrouve des commandes en allemand par ci par là), il est assez révélateur que l’application ne puisse que contrôler les appareils : c’est assez lourd (et complexe) de configurer sa maison connectée quand on doit penser à tout.

De plus, dans la précipitation, il semblerait que certains appareils soient capricieux, et que certains bugs persistent. Si les prix étaient peu élevés, on le comprendrait. Mais pour couvrir les deux années de développement de la gamme, il faut débourser entre 40€ et 100€ pour agrandir son système Home Control. On n’accepte donc difficilement le moindre bug à ce prix-là, d’autant que les conséquences peuvent être fâcheuses (une lampe qui reste allumée, ou pire, un radiateur électrique). Pour notre « maison connectée », on veut être sûr de son matériel…

D’autres acteurs, comme Nest (Google), sont nettement plus prudents, et vendent nettement mois d’objet car ils entendent fournir l’intelligence qui contrôle ces appareils connectés, et veille à une fiabilité totale.

Nest s’adresse à Monsieur et Madame Tout le Monde, tandis que Devolo est davantage réservé aux geeks / bricoleurs, qui aiment doter leur maison de quelques gadgets, et dont les règles qu’ils devront imaginer eux-mêmes peuvent effectivement faciliter la vie, et rendre la maison plus « smart ».