Un mois avec le prestigieux Xperia 1 II, que vaut le dernier flagship de Sony ?

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité, Pratique, Test , le 20 août 2020 06h02 | Ajouter un commentaire

Le géant japonais de l’électronique connait des années très délicates au niveau de sa division mobile, je vous en ai déjà parlé. Malgré tout, il ne veut pas lâcher le morceau, car il le considère, un peu comme LG, comme un marché incontournable pour tout bon géant de l’électronique grand public qui se respecte.

Mais l’équation de Sony est délicate. L’entreprise ne veut certainement par ternir son image premium durement acquise au fil des décennies, grand bien lui fasse. Ses divisions audio, caméras professionnelles, appareils photo, TV et jeu vidéo se targuent d’offrir le top du top, et elles ont généralement raison.

Cependant, le marché des smartphones et ultra concurrencé. Des acteurs chinois ont percé et, à l’image de Huawei ou de Xiaomi, ont bouleversé le modèle économique en offrant un rapport qualité-prix imbattable.

Sony essaie donc – mais les chiffres des ventes traduisent plutôt un échec – de se démarquer avec des caractéristiques très (trop?) spécifiques. Voyons ce que vaut son fleuron de 2020, le Xperia 1 II.

Un nom délicat, une fiche technique énigmatique

Pour évoquer le marché des appareils photo où Sony fait partie des meilleurs, le Xperia 1 est affublé de la mention II (comme Mark II, soit la 2e version d’un appareil). Hormis le clin d’œil vers la division ‘photo’ de Sony, il y a également l’idée d’une certaine stabilité: le Xperia 1 II est une évolution du Xperia 1 de 2019, dont je vous avais parlé à l’époque.

Je trouve cette idée assez saugrenue. Autant quand Apple sortait l’iPhone 6S l’année suivant la commercialisation de l’iPhone 6, cela avait du sens. Il s’agit de succès commerciaux indiscutables, et la stratégie d’Apple de chercher la stabilité, de ne pas révolutionner le design chaque année, peut se comprendre. Mais Sony n’a pas du vendre des millions de Xperia 1 l’an dernier. Donc sortir un Xperia 1 II comme s’il s’agissait d’un successeur attendu, cela me laisse perplexe sur la stratégie mobile de Sony.

Quoi qu’il en soit, le Xperia 1 II est là, et il est un peu différent de son aîné au niveau du design. Il a surtout une fiche technique un peu étrange. D’un côté, il a tout d’un très grand: le processeur le plus puissant de l’année (Snapdragon 865), un écran OLED très haute résolution (4K) élégamment allongé de 6,5″, 256 GB de stockage interne et 8 GB de RAM, quatre bons capteurs photos à l’arrière dont un qui enregistre en 4K à 60 images par seconde, le Wi-Fi 6, la prise casque, la belle batterie de 4.000 mAh, l’étanchéité IP68 et enfin, le prix: 1.199€.

Un prix élevé qui rend incompréhensibles certaines lacunes: l’écran ne bénéficie pas d’un taux de rafraîchissement plus élevé (entre 90 et 120 Hz) qui rend l’interface plus fluide et agréable à utiliser ; la charge rapide ne l’est pas assez (chargeur 18W ou 9V et 2A) comparée à la concurrence (souvent 30W, parfois 40 voire 65W). Surtout, il n’y a pas de capteur d’empreinte sous l’écran: il faut utiliser le bouton physique sur la tranche, et bien positionner son pouce (avec moi, il y avait souvent un problème). Il n’y a pas de déverrouillage via l’appareil photo frontale et votre visage. Je dois donc passer 2 fois sur 3 par le schéma, alors que j’ai déjà réenregistré mon empreinte à plusieurs reprises. Enfin, le design est d’une très grande sobriété: pas d’écran courbé, il s’agit d’une dalle plate à l’avant, avec des bordures de tous les côtés (pas besoin d’encoche, la caméra frontale est située dans la tranche supérieure, comme à la bonne époque).

Des photos un peu compliquées

Alors que Sony fait d’excellents appareils photo et caméras, qu’il fabrique et fournit les lentilles haut de gamme à tous les constructeurs de smartphone, il n’a en effet jamais été le meilleur pour ses propres téléphones.

Tout aurait dû s’arranger, m’avait promis Sony, car le géant chinois veut tirer profit de la collaboration entre tous les départements concernés pour être le meilleur. Mais au final, c’est assez compliqué. A nouveau, certains choix sont difficilement compréhensibles.

Les trois capteurs font 12 MP, ce qui empêche de facto la possibilité de « fusionner » des pixels pour capturer plus de lumière (ce que font les capteurs 48, 96 ou 108 MP de la concurrence). Impossible également de zoomer dans l’image pour un zoom numérique sans perte de qualité. Avec Sony, tout est fixe: un ultra grand-angle, un zoom x2 et un très grand angle. Le 4e capteur sert à calculer la profondeur pour réussir les portraits. Si les photos sont bonnes dans l’ensemble, elles ne cassent pas la baraque pour un appareil à 1.199€, et accusent un retard au niveau des clichés nocturnes, du zoom et de la macro (plan très rapproché).

Sony évoque des options « pro » sous la forme d’applications alternatives (Photo Pro, Cinema Pro), avec réglages manuels. Mais quand on voit les miracles que parviennent à faire les algorithmes de la concurrence en mode automatique (la fameuse intelligence artificielle de Huawei, ou AI, avec détection de scène et optimisation des réglages), on se demande qui a envie de passer des heures à régler à la main, sur un petit écran, pour un résultat qui ne sera de toute façon pas transcendant…

On se consolera avec le bouton ‘appareil photo’ présent sur la tranche: Sony est le seul fabricant à y penser, et c’est une bonne idée car il est bien positionné (près de l’index droit).

Conclusion

Le géant japonais de l’électronique, de l’audio et de l’imagerie est décidément très atypique. Son Xperia 1 II est un produit résolument haut de gamme, avec une puissance de calcul optimale qui permet de tout faire tourner avec fluidité.

Il est d’une sobriété totale, tant au niveau du look (pas d’écran de type ‘infini’ ni courbé, pas d’encoche) que du logiciel (une version proche de l’Android 10 de base, sans fioriture à part un menu rapide qu’on peut appeler à partir de la tranche). Cela peut plaire à certains – moi, personnellement, j’ai un faible pour ce genre d’appareils très « puristes »…

Mais à 1.199€, beaucoup de consommateurs sont en droit d’attendre quelque chose de plus spectaculaire. D’autant que Sony nous avait promis une partie photo au top, issue d’une collaboration avec ses divisions imageries. Au final, ça manque d’options, et ça plaira surtout aux professionnels qui aiment les réglages manuels.

Surtout, vu le prix, il manque une vraie charge rapide, un capteur d’empreinte digne de ce nom et un taux de rafraîchissement plus élevé que 60 Hz (même le OnePlus Nord à 399€ a réussi à insérer du 90 Hz).

Je crains donc que le Xperia 1 II n’aide pas Sony à augmenter ses parts de marché…


  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire