Google sort un routeur Wi-Fi: que vaut-il ?

Par Mathieu Tamigniau dans Comparatif, IoT, Pratique, Test , le 2 juin 2020 08h16 | Ajouter un commentaire


On connait tous, régulièrement, des problèmes d’accès au réseau Wi-Fi d’une maison ou d’un appartement. Peu performants, les modems/routeurs fournis par Proximus et Voo peuvent être améliorés de différentes manières. Mais rares sont celles qui s’avèrent aussi efficaces que ce que propose Google, qu’on n’attendait pas forcément sur ce marché. Voici mon avis sur le Nest Wifi (159€ ou 259€ en kit avec son point d’accès supplémentaire et intelligent), que j’ai essayé durant deux semaines.

Je vous ai déjà parlé à plusieurs reprises des possibilités qui s’offraient à vous pour améliorer le réseau local d’une maison ou d’un appartement. Dans la majorité des logements, effectivement, la connexion internet initiale (celle qui « sort » du câble de Proximus ou Voo, habituellement) est d’environ 55 Mbps à la base, mais elle passe vite à 20 Mbps en réalité, donc sur votre smartphone ou ordinateur portable, car le signal du WiFi s’épuise très vite dans l’espace et n’aime pas certains obstacles.

Il y a de nombreuses solutions pour améliorer la situation et dernièrement, j’ai testé celle de Devolo (kit MagicMagic WiFi Mini ou LAN), celles de Lynksys et Synology et il y a plus longtemps celle de Fritz. La plupart d’entre elles fonctionnent relativement bien, mais j’ai chaque fois constaté des difficultés pour l’installation et la configuration, ainsi que des soucis récurrents dans l’utilisation (des petites pannes à droite ou à gauche, des dysfonctionnements avec certains appareils connectés, etc).

Un nouvel acteur vient de débarquer en Belgique, et il s’agit de… Google. Le géant américain du web conçoit et commercialise son propre matériel depuis quelques années: smartphones (pas encore en Belgique) et tablettes, enceintes intelligentes, boitiers pour connecter une TV (Chromecast) et manette de jeu vidéo. Avant la sortie d’un Chromebook, on a droit, dans notre pays, à un nouvel appareil dans la gamme Nest, donc celle qui concerne la maison connectée (thermostat, caméra, détecteur de fumée). Il s’agit donc, vous l’aurez compris, du Nest Wifi, un routeur vendu seul (159€) ou en kit (259€) avec un point d’accès supplémentaire faisant office d’enceinte connectée (avec le fameux Google Assistant). Ce point d’accès peut s’acheter individuellement (139€) pour étendre davantage votre réseau.

Il veut remplacer le Wi-Fi de votre modem/routeur

Contrairement aux autres solutions qui étendent (ou s’intègrent dans) votre réseau Wi-Fi actuel (celui émis par la Bbox de Proximus, par exemple), le Nest Wifi a l’ambition de le remplacer complètement. Rien d’obligatoire, cependant, mais vu qu’il faut placer le boitier principal (routeur) à portée de câble de votre modem, ce serait stupide d’émettre deux signaux sans fil à partir du même endroit.

De toute façon, sachez-le, l’une des grandes qualités de la solution Nest Wifi, c’est d’être assez beau et discret que pour être déposé sur un meuble (et non caché dans un tiroir), ce qui augmentera immédiatement ses performances sans fil (car il n’y a plus d’obstacle). Donc autant couper le réseau Wi-Fi de votre modem Proximus ou Voo.

L’installation est assez simple: une prise électrique (oui, encore une à trouver dans le même coin de votre maison, où se trouvent souvent déjà le modem, la télé, le décodeur, la console, etc) et une prise réseau à insérer, je viens de le dire, dans un des ports Ethernet du modem/routeur de votre fournisseur d’accès à internet.

Une application exemplaire

Comme toujours, la spécialité de Google, c’est la partie logicielle, soignée par son armée de développeurs répartie dans le monde entier. Tout est clair, simple, intuitif. Les informaticiens passeront leur chemin: il n’y a pratiquement aucun réglage technique possible, tout doit être compréhensible par tout le monde…

L’application Google Home est nécessaire pour installer votre réseau, mais ça ne prend que quelques minutes. C’est très basique et si vous avez déjà une maison intelligente contrôlable par l’assistant Google (ce qui est mon cas, forcément), le routeur apparait comme un objet connecté supplémentaire. On peut vérifier la connexion et lancer un test de débit, par exemple:

Bizarrement, il faut une autre application, Google WiFi, pour accéder aux options les plus intéressantes, parmi lesquelles Wi-Fi familial, qui permet de bloquer les contenus pour adultes (activation de SafeSearch), d’identifier les appareils connectés, et éventuellement leur restreindre l’accès à internet à certains moments de la journée. J’ai essayé et c’est diablement pratique et facile à mettre en place.

L’idéal serait que Google affine le filtrage, par exemple pour cibler l’accès: interdire Instagram et Netflix mais autoriser des recherches sur internet pour les ados, ça arrangerait beaucoup de parents. Tout cela est sans doute compliqué à mettre en place, mais ça rendrait la solution de Google diablement puissante :


Un point d’accès qui intègre un assistant vocal et donc une (petite) enceinte

Malin, Google propose un kit Nest Wifi à 259€ (celui que j’ai testé), qui intègre un « point d’accès » (photo ci-dessous) servant initialement à étendre le réseau Wi-Fi de votre maison. Il s’agira alors d’un réseau maillé (mesh), donc le nom de réseau émis par le point d’accès est identique à celui émis par le routeur de Google. Et vos appareils se connectent toujours, de manière transparente, au dispositif qui lui donne le meilleur accès au réseau. Contrairement aux autres solutions essayées auparavant, je n’ai remarqué aucune interférence avec les nombreux appareils connectés de ma maison (enceintes, ampoules, machines, prises, etc). Donc Google gère mieux, à nouveau, l’aspect logiciel qui structure le réseau maillé.

Je l’ai mis dans le coin opposé de ma maison par rapport au routeur initial (idéalement il faut le mettre plutôt au milieu pour mieux propager), donc à l’étage, dans un bureau. Et toute ma maison (environ 250 m2 sur 3 niveaux) est couverte avec du Wi-Fi à 65 Mbps, donc de la cave au grenier. C’est mieux que ce que j’ai pu observer avec toutes les autres solutions que j’ai déjà testées ces dernières années. Le test a été réalisé à partir d’une application (Fast) sur smartphone, dans différents endroits de ma maison.

Ces débits, je pouvais parfois, à certains endroits, les atteindre avec les autres solutions dont j’ai parlé plus haut. Mais pas de manière aussi stable. Et le routeur de base de Google est bien plus performant que votre Bbox ou votre modem Voo, même sans extension.

Remarque importante, pour ceux que ça intéresse (vous n’êtes pas encore très nombreux en Belgique), le point d’accès supplémentaire fait office de Nest Mini, donc de petite enceinte connectée. Le Google Assistant, à qui on peut demander un tas de choses (questions, tâches, commandes des appareils connectés, voir mon test) est présent, grâce à des micros multidirectionnels et un haut-parleur à la qualité très relative (le son n’est pas terrible pour profiter de sa musique préférée, mais pour la radio, ça passe).


Conclusion

J’étais plutôt sceptique par rapport au routeur de Google, qui existe déjà depuis quelques années dans d’autres pays. Mais le Nest Wifi, qui est la deuxième génération de ce produit, s’avère diablement efficace.

Tout d’abord, il s’installe très facilement, même le point d’accès supplémentaire. Il remplace alors (pour toujours, c’est sûr) votre Wi-Fi de base, donc celui du modem/routeur de votre fournisseur d’accès à internet. Il est tout simplement plus rapide et plus fiable, notamment parce que, élégant et discret, vous n’allez pas le cacher dans une armoire ou un bureau.

Ensuite, le nouveau réseau créé fait preuve d’intelligence. Premièrement, il peut effectuer un travail de filtrage, afin de verrouiller/programmer, via une application, la consommation internet des utilisateurs du réseau (c’est idéal pour les parents qui veulent garder le contrôle sur leurs ados). Deuxièmement, équipé d’un micro et d’un haut-parleur, le point d’accès (en option ou en kit) fait office d’enceinte intelligente exploitant Google Assistant, le fameux assistant vocal du géant américain.

Je n’ai trouvé qu’un défaut: l’absence de port réseau sur le point d’accès. J’ai un vieil ordinateur de bureau qui n’est pas équipé du Wi-Fi et qui aurait adoré se relier directement sur le point d’accès. Mais ce dernier est dépourvu de toute connectique.

Dans le commerce, vous trouverez le routeur seul (159€) ou en kit avec le point d’accès (239€, idéal pour les maisons). Ces points d’accès peuvent s’acquérir à la pièce pour étendre encore davantage votre couverture Wi-Fi au prix de 139€.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire