Archives du janvier, 2020

Sonos annonce la fin des mises à jour de certains produits: voici vos options

Par Mathieu Tamigniau dans Images et son, Pratique , le 21 janvier 2020 15h23 | Ajouter un commentaire

Le fabricant (et inventeur) de l’enceinte connectée et de l’audio multiroom, Sonos, a toujours vanté la durée de vie de ses produits, commercialisés depuis plus de 10 ans. 92% d’entre eux sont d’ailleurs encore utilisé, ce qui probablement inédit pour du matériel audio à destination du grand public.

Les enceintes Sonos ne sont effectivement pas les plus abordables (comptez 200 euros pour les petits formats, 500 euros pour les grands et plus encore pour le caisson de basses ou la barre de son haut-de-gamme), mais vous les garderez sans doute plus longtemps car ils sont bien conçus, bien construits et surtout, régulièrement mis à jour au niveau logiciel.

On rejoint le modèle d’Apple, finalement. Mais comme les plus vieux iPhone, les plus vieux appareils de Sonos commencent à atteindre leurs limites et n’évolueront plus. « Ces anciens produits ont atteint leurs limites techniques au niveau de la mémoire et des capacités de traitement, donc les processeurs intégrés ne sont plus assez puissants« , m’a confié un responsable Sonos pour le Benelux.

Pour autant, ils continueront à fonctionner comme avant. « On supportera encore l’utilisation actuelle, mais c’est fini au niveau de l’ajout de nouvelles fonctionnalités« .

Quels sont les appareils concernés ?

Les produits concernés ont été lancés il y a plus de 10 ans et construits, pour certains, jusqu’en 2015. Il s’agit des:

  • Zone Players originaux
  • Connect et Connect:Amp (vendus entre 2006 et 2015)
  • Play:5 (première génération, photo ci-dessus)
  • CR200 (télécommande)
  • Bridge (un boitier pour lier d’autres enceintes)

Une ristourne et un recyclage

Sonos est plutôt sympa et pour vous encourager à opter pour du matériel plus performant, offre une ristourne de 30% sur l’achat d’une nouvelle enceinte, et ce pour chaque produit remplacé.

Le fabricant vous propose alors de mettre l’appareil en mode recyclage à distance (effacement de toutes données personnelles), ce qui vous permet de le déposer à la déchetterie la plus proche. Ceux qui le souhaitent peuvent même demander un label à Sonos, qui paiera donc les frais de livraison pour récupérer et recycler les appareils de la liste ci-dessus.

Rappelons, c’est important, que ces appareils vont continuer à fonctionner parfaitement, mais qu’ils ne recevront pas les futures mises à jour de la gamme. Effectivement, celle-ci a évolué grandement ces 5 dernières années, se focalisant de plus en plus sur le streaming musical et sur la compatibilité avec les assistants vocaux.

La Renault ZOE double son autonomie, mais est-ce suffisant ?

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité, Test , le 21 janvier 2020 07h45 | Ajouter un commentaire

Les tests de Mathieu: la Renault ZOE a doublé son autonomie, mais cette petite voiture électrique tient-elle une semaine ?

Les voitures électriques font partie du paysage technologique en plein progrès, raison pour laquelle j’ai décidé de me pencher sur leur cas. Loin du concept cher et luxueux de Tesla (et a priori de Byton dont je vous ai parlé à Las Vegas), il existe la Renault ZOE, « la citadine électrique la plus vendue en Europe », d’après le constructeur français.

Fin 2019 est apparu la troisième génération de la ZOE, sept ans après son lancement. Si l’intérieur a été remis au goût du jour avec une planche de bord redessinée, plus de confort et un système d’infotainment grand, tactile et rapide (compatible CarPlay et Android Auto qui plus est), c’est sous le plancher qu’on trouve l’amélioration la plus sensible.

En effet, tout en conservant le même encombrement, l’espace dédié aux batteries est mieux rentabilisé car ces dernières années, les progrès ont été importants avec le lithium. Résultat: d’une grosse dizaine en 2012, à une grosse vingtaine en 2015, on est passé en 2019 à une puissance disponible des batteries chargées à 100% de 52  kWh. Dans sa finition basique et hors prime, elle coûte 32.600€ (avec achat et non location de batterie). Pour info, le Model 3 de Tesla (environ 50.000€) est équipé par défaut de batteries de 57 kWh.

Sachez également que le pole électrique de Renault est situé en France, près de Paris, et que c’est là que sont conçues et assemblées chaque année des milliers de Zoé (environ 50.000 en 2018).


Une semaine d’autonomie, vraiment ?

Sur le papier, les 52 kWh permettent de parcourir 395 kilomètres, selon le système de calcul WLTP (pour Worldwide Harmonized Light Vehicles Test Procedure), qui prévoit 57% des tests en trajets urbains, 25% en péri-urbains et 18% sur autoroute.

Mes mesures sont moins optimistes. J’ai testé la nouvelle ZOE durant une petite semaine de conduite, et j’ai roulé principalement sur le Ring de Bruxelles à allure très modérée (dépassant rarement les 100 km/h), avec le mode Eco activé autant que possible (pas sur l’autoroute car la vitesse est alors limitée à 90 km/h). Le mode Eco rend nettement moins sensible la pédale d’accélération et oblige à une conduite douce et souple.

Le mode de récupération d’énergie, qu’on sélectionne via le levier de vitesse (B), était également activé en permanence: dès que je relâchais la pédale d’accélération, la voiture « freinait » pour remplir la batterie autant que possible (voir sur les photos ci-dessous, les mentions ‘power’ et ‘charge’ qui indiquent si batterie donne son énergie lors des accélérations ou en reçoit lors des décélérations). C’est donc une nouvelle manière de conduire qui nécessite d’être attentif et d’anticiper les ralentissements pour éviter d’utiliser la pédale de frein. C’est amusant mais je me demande à quel point c’est efficace en terme de récupération d’énergie et donc de recharge de la batterie, au-delà la petite feuille verte qui grandit selon votre style de conduite (voir photo également).

Renault donne quelques conseils intéressants sur cette page.

Quoi qu’il en soit, au final, j’ai parcouru 218 kilomètres en trois jours et le tableau de bord me disait qu’il restait 79 km d’autonomie. Soit environ 300 km, ce qui est appréciable, même si on est loin des 750 km que la plupart des moteurs thermiques peuvent offrir. Notez qu’il faisait assez froid (environ 5 degrés) lors de ma semaine de test, mais que la voiture était rentrée dans un garage la nuit et en journée.

300 km, cependant, ça ne permet vraiment pas de tenir une semaine normale pour un travailleur lambda comme moi, qui doit effectuer 80 km par jour pour aller travailler.


Comment ça se recharge ?

En discutant avec un expert de chez Renault, j’ai compris que rouler en électrique, ce n’est pas qu’une nouvelle manière de conduire, c’est aussi une manière de « faire le plein ». En 20 ans de conduite traditionnelle, j’ai acquis l’habitude de remplir mon réservoir d’essence en 2 minutes, de rouler 750 km, puis de refaire le plein quand ma jauge me l’indique.

Ce genre de méthode ne convient pas du tout à la voiture électrique. En effet, si vous vous retrouvez avec 50 km d’autonomie, vous avez trois options, et elles ne sont pas forcément pratiques.

Soit vous rentrez chez vous rapidement et vous branchez votre ZOE à une prise, si vous avez une villa ou un garage (car avec une maison de rangée, c’est nettement plus compliqué). Mais sachez qu’un câble de recharge domestique n’est pas fourni, Renault conseille d’installer un « chargeur » spécial à la maison, pour que ça aille un peu plus vite et que ce soit plus sécurisé (les vieilles installations électriques pourraient ne pas trop apprécier la gourmandise de la Zoé de 2019). Durée de la recharge totale (à une puissance de 3,7 kW ou 2,3 kW, selon que vous ayez placé ou non une petite borne dans votre garage): entre 19 heures et 37 heures

Soit vous avez de la chance et votre employeur met des bornes de recharge (plus ou moins) rapides à disposition des employés. A RTL House, il n’y en a qu’une actuellement, et la place est toujours occupée.

Dernière option: la « pompe ». Le système de navigation de la ZOE permet de trouver facilement les bornes de recharge les plus proches. Certaines applications sur smartphone peuvent également indiquer lesquelles sont libres ou occupées.

Pour ces deux dernières options, la rapidité de la charge dépend de la capacité de la borne « publique » sur laquelle vous tombez. Cela varie de 7,4 kW à 50 kW (donc de 18h heures à 1 heure et demi) pour recharger entièrement la batterie. Vous n’êtes pas obligé de tout remplir à 100%, bien entendu, et les 80 premiers pourcents se chargent plus rapidement que les 20 derniers.



Rouler autrement

Bref, le mieux, comme me l’a expliqué Renault, c’est de recharger dès que possible. En faisant vos courses dans un centre commercial ou une grande surface récente, il est fort probable que vous tombiez sur des bornes accessibles parfois gratuitement. Si vous faites une pause de midi, cherchez un restaurant situé près d’une borne. Si par chance votre employeur en dispose d’une, essayez de vous y garer dès que possible.

En résumé, il ne faut jamais attendre que la jauge soit dans le rouge pour recharger sa voiture. Mais il faut le faire dès vous en avez l’opportunité. Il convient cependant de faire un peu attention à l’état de ses batteries et à la proximité des points de recharge. Le plus simple étant, évidemment (mais ça coûte à l’installation et à la consommation) de faire charger sa ZOE chez soi, dans un garage bien à l’abri du froid, une nuit sur deux. Ce qui n’est pas possible pour tout le monde.

Conclusion

La voiture électrique pourrait prendre son envol en 2020. La Renault ZOE est la preuve qu’une « simple » voiture peut vous offrir entre 300 et 400 km d’autonomie sans coûter les yeux de la tête. Une autonomie confortable au quotidien, à condition de garder quelques réflexes en tête (voir plus haut).

Elle reste cependant nettement plus chère qu’un équivalent essence, à finition identique. Il faut compter environ 24.400€ (hors remise) pour la dernière ZOE équipée de batteries cumulant 52 kWh de puissance disponible. Mais ça veut dire que vous avez opté pour le leasing des batteries (entre 79 et 129€ par mois). Si vous n’aimez pas cette formule d’abonnement qui vous promet un remplacement de batteries dès qu’elles deviennent moins performantes, la facture grimpe à 32.600€ (un peu plus de 37.000€ pour la finition haut-de-gamme de mon test) pour la ZOE en « achat intégral ». La coût des batteries est donc de 8.200€ chez Renault…

Tout est une question de temps, cependant. La concurrence s’annonce de plus en plus féroce et tous les constructeurs traditionnels européens ont eu le temps de mettre au point le centre de recherche et développement et leurs lignes de productions. La Peugeot e-208 est disponible, la première VW de la gamme électrique ID arrive en 2020, la Nissan Leaf est un best-seller mondial.

Cette concurrence pourrait faire baisser les coûts de fabrication des batteries, pousser les scientifiques à trouver d’autres chimies (on est encore très dépendant du lithium).

On arriverait alors à un parc électrique intéressant financièrement, ce qui ferait pousser comme des champignons les bornes de charge rapide, encore trop rares actuellement. On en reparle dans 5 ans, donc…


Acheter une chaîne hi-fi en 2020, cela a-t-il encore du sens ?

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 5 janvier 2020 14h33 | Ajouter un commentaire

Le streaming s’impose à tous les étages de nos consommations numériques: musique, vidéo et même jeu vidéo. Dès lors, une chaîne hi-fi « traditionnelle », non connectée, semble être un choix bien mal averti pour s’équiper en 2020. C’est du moins ce qu’on est tenté de penser. Dans les faits, le Kombo 11 de Teufel que j’ai essayé durant deux semaines s’avère bien plus pertinents que prévu.

Les moins de 30 ans ne s’en souviennent sans doute pas, mais il fut un temps où chaque adolescent ne rêvait que d’une chose: installer une chaîne hi-fi dans sa chambre. A l’époque, parvenir, sur un même appareil (parfois très encombrant) à avoir une radio FM, un lecteur CD et un (double) lecteur de cassette était une petite révolution. Soufflait alors un sentiment d’indépendance et de liberté musicale…

La numérisation de notre société est passée par là et aujourd’hui, un smartphone et une petite enceinte Bluetooth ont remplacé tout ça. Mais pas pour tout le monde. A côté du ‘vinyle’ qui fait son grand retour, il y a encore des adeptes de la petite chaîne hi-fi, c’est-à-dire un élément central regroupant les lecteurs musicaux et l’amplificateur, et deux enceintes rectangulaires qu’on relie avec le câblage fourni.

Pour m’en convaincre et en comprendre l’intérêt, j’ai testé le Kombo 11 de Teufel, une marque audio allemande peu connue du grand public (et pour cause: elle ne vend que par correspondance depuis des dizaines d’années). Née en 1980 en développant des kits de construction d’enceintes, elle dit être « la première entreprise audio européenne de vente directe« . Cette filière de distribution atypique (la plupart des marques préfèrent passer par des grossistes importateurs qui fournissent les magasins spécialisés et les hypermarchés) est risquée mais le business semble stable pour cette entreprise berlinoise qui vend également des casques, des barres de son et des enceintes multiroom.

Un ensemble très compact et… le retour de la stéréo

Teufel a misé pour le Kombo 11 (299€) sur la compacité. L’ensemble mesure 17 cm (largeur) sur 8 cm (hauteur), pour une profondeur de 28 cm. Les enceintes mesurent 15 x 26 x 20 cm.

Bref, c’est très discret sur un buffet ou sur une étagère, et la finition est tout-à-fait correcte. Les enceintes sont placées traditionnellement dans un caisson en bois et recouvertes d’un cache en tissu acoustique amovible. Le tout est noir. A défaut d’être original, le design de ce kit est très passe-partout. Il y a un bouton pour à peu près toutes les fonctions et commandes possibles.

Une télécommande minimaliste est fournie et permet de diriger votre musique du doigt depuis votre divan. Son look a elle aussi sent bon les années 1990, mais à nouveau, ce n’est pas très important.

La puissance maximale des enceintes est de 80 watts. La qualité du son est irréprochable, propre, même si les basses manquent un peu de profondeur (mais c’est logique sur une gamme de prix si basse). Le plus important, c’est le retour de la stéréo, concept qu’on a tendance à oublier.

Effectivement, les enceintes réseau ou Bluetooth, le multiroom, c’est bien, mais c’est du mono. Or, la plupart des chansons sont en stéréo: certains détails de la musique ne s’entendent parfois qu’à droite ou à gauche, et cela influence sur l’expérience d’écoute.

Avec le petit kit abordable de Teufel, libre à vous de placer vos enceintes correctement (il y a 2 x 2 mètres de câbles). Idéalement, si vous avez une grande étagère dans le salon, vous mettrez la console au centre et les enceintes sur les extrémités. Assis dans le fauteuil, vous pourrez savourer la musique comme elle a été enregistrée.

Le CD et la DAB+

Le kit Kombo 11 se distingue également des toutes les enceintes intelligentes ou connectées par sa capacité à diffuser de la musique provenant de votre collection de CD ou des nouvelles antennes de la DAB+. Deux sources qui ne manquent pas d’intérêt…

Le CD, pour les plus jeunes qui me lisent, c’est ce disque brillant qui contient une quinzaine de chansons, dites parfois « plages ». Avant, c’était le seul moyen d’écouter facilement et rapidement la chanson qu’on voulait.

Le DAB+, c’est nettement plus moderne. C’est la radio « nouvelle génération », numérique et plus analogique. On ne capte pas mieux que la FM (j’ai pu le constater personnellement), mais en revanche c’est tout ou rien, ça ne « crachote » plus (il peut y avoir des coupures, par contre). On a un peu plus de choix de stations (voir les détails), mais hélas le petit écran type ‘réveil’ du Kombo 11 ne permet pas d’afficher les infos textes et images que la DAB+ permet pourtant d’envoyer.

Il y a également une connexion Bluetooth pour relier son smartphone et diffuser Spotify, par exemple. Et une entrée USB, pour ceux qui ont de la musique sur clé USB, donc.

Conclusion

La chaîne hi-fi a plus de sens qu’on l’imagine, même en 2020, même à l’heure de la dématérialisation (pour rappel, aux Etats-Unis, récemment, on a calculé que le streaming représentait 80% de l’écoute musicale).

Pourquoi ? Parce qu’une partie de la population a encore des CD chez elle. Qu’une autre partie a envie de capter la radio DAB+. Que certains tiennent à leur musique en stéréo. Que d’autres enfin préfèrent les boutons ou une bonne vieille télécommande, au lieu d’un smartphone, quand il s’agit de choisir une source musicale.

Quatre arguments que les enceintes Bluetooth, connectées ou intelligentes ne peuvent pas (ou rarement) offrir.

Alors certes, vous passerez sans doute un peu pour un « vieux » en montrant fièrement à votre entourage le Kombo 11 de Teufel. Mais quand vous leur aurez tout expliqué, ils ne pourront qu’obtempérer: la chaîne hi-fi, c’est cool…

Quant au prix de 299€, il me semble justifié vu les options, la qualité de fabrication et le rendu sonore très respectable du kit allemand.

Mon seul reproche: pourquoi ne pas avoir utilisé un écran plus lisible et plus clair ? Tout est limité à des caractères de type ‘réveil’ d’un autre âge, pratiquement illisible, et qui ne tirent nullement parti de ce que la DAB+ peut diffuser (texte et images).