Archives du novembre, 2019

Comment choisir votre ordinateur portable sous Windows ?

Par Mathieu Tamigniau dans Pratique, Test , le 21 novembre 2019 14h14 | Ajouter un commentaire

Les ordinateurs sous Windows ne connaissent plus de bouleversements depuis quelques années. Raison pour laquelle faire son choix parmi toutes les offres des principaux constructeurs (en Belgique: Lenovo, HP, Acer et Asus) est assez complexe.

Généralement, le client regarde le prix, tout simplement. Ce qui est rarement une bonne idée si on ne veut pas générer des frustrations et d’inutiles déchets électroniques. Mieux vaut opter pour le juste prix et garder son ordinateur 5 ou 10 ans. Personnellement, j’ai encore un Mac de 2010 et il peut encore lancer un éditeur de texte et aller sur internet.

A quoi faut-il faire attention ?

Alors comment choisir ? Pour la réactivité et le démarrage, il faut obligatoirement un disque dur rapide, donc de type SSD. 256 GB est un bon compromis, si vous avez des usages normaux en termes de photographie, de téléchargement de vidéos, de jeu vidéo. Et surtout, ça n’est pas trop cher.

Pour la taille, ça dépend de vos habitudes, mais il est important de penser à la mobilité, car trop souvent encore, les Belges restent attachés aux grands 15 ou 17 pouces, des appareils sédentaires, difficiles à transporter ou à utiliser en déplacement. 13 ou 14 pouces, c’est le bon compromis car la surface de travail reste suffisante, tout en gardant une taille compacte. D’autant plus que les bordures d’écran s’affinent enfin, donc on a plus de surface d’affichage.

Pensez aussi à la finition et quelques détails qui ont leur importance. Un châssis en métal est toujours plus solide, mieux assemblé, il ne couine pas. Un clavier rétroéclairé est essentiel si vous travaillez parfois dans un environnement moins lumineux. Un lecteur d’empreinte digitale est vraiment idéal pour déverrouiller instantanément son ordinateur.

Le reste dépend de votre budget, bien entendu. Plus c’est cher, plus vous aurez des composants de qualité: processeur, mémoire vive (RAM), carte graphique éventuelle. Difficile de vous donner des conseils plus précis car les générations de processeurs se succèdent. Un processeur i5 est le minimum chez Intel pour jouer ou faire de l’édition vidéo (qui sera plus rapide avec une carte graphique dédiée). Hélas, les composants plus puissants sont toujours plus gourmands en énergie, or un ordinateur portable doit le rester… A vous de trouver l’équilibre qui vous convient, à essayer avant d’acheter, si c’est possible.

L’Envy 13 de HP a tout ce qu’il faut, mais il coûte 1.000€

J’ai écrit cet article avec le HP Envy 13 que j’ai pu essayer pendant deux mois, pour me faire une idée sur ce portable qui prétend être à la hauteur des Mac, au niveau de la compacité, de la rapidité et de l’autonomie.

Le pari est plutôt réussi. En fait, il reprend tout ce que j’ai dit plus haut sur les qualités que devait avoir un PC portable. C’est l’ordinateur Windows idéal, rapide et endurant, agréable à utiliser, qui se lance en quelques secondes et sort de veille dès qu’on l’ouvre. Il prouve également que Windows n’a plus grand-chose à envier à MacOS, au niveau de l’ergonomie et de la rapidité. Il ne lui reste que les interminables mises-à-jour et des applications maison préinstallées par les constructeurs, souvent plus encombrantes qu’utiles.

Il n’a que deux défauts. Tout d’abord, un prix élevé qui le rapproche trop du MacBook (qui selon moi, a priori, restera plus durable). Il existe d’innombrables versions des Envy 13 dans le monde, et quelques-unes en Belgique avec le clavier local, mais celles qui affichent des caractéristiques proches de ce dont je parle dans cet article (y compris le très pratique lecteur d’empreinte pour le déverrouillage) sont au-dessus des 1.000€.

Deuxième défaut: l’écran, qui affiche un angle de vision très restreint. Si vous n’êtes pas bien en face, tant verticalement que horizontalement, vous verrez de grandes zones d’ombre. C’est étonnant pour un ordinateur à ce prix.

Une révolution dans le monde du jeu vidéo: le streaming total est là

Par Mathieu Tamigniau dans Divers, Images et son, Jeu vidéo, Pratique, Test , le 20 novembre 2019 14h02 | Ajouter un commentaire

Le jeu vidéo fait sa révolution: Google Stadia est le premier à proposer le STREAMING total, on l'a essayé en avant-première

Les consoles de jeu et PC de gamer seront-ils bientôt des antiquités ? C’est possible: j’ai essayé en avant-première le tout nouveau service de streaming de jeu vidéo de Google, dont les serveurs font office de console, et c’est plutôt convaincant. Il suffit d’une manette et d’une connexion internet pour jouer aux derniers titres. Suivez le guide.

L’industrie du jeu vidéo ne s’est jamais aussi bien portée. Les chiffres qu’elle génère donnent le tournis: toutes plateformes et tous pays confondus, elle a généré en 2018 près de 120 milliards de dollars (108 milliards d’euros) de chiffre d’affaire. On estime à 2 milliards le nombre de joueurs: certains se contentent de jeux gratuits sur un smartphone, d’autres dépensent des fortunes en matériel informatique pour afficher les meilleurs graphismes.

Vous l’ignoriez sans doute, mais cette industrie est sur le point de vivre sa plus grande révolution depuis l’avènement du smartphone. Il faut l’oublier, comme la console, le PC ou la tablette: tout ce dont vous aurez bientôt besoin pour jouer aux plus grands titres du moment, c’est une connexion internet, un écran et une manette. Ce n’est pas de la science-fiction: je viens de tester Google Stadia, la première offre du genre accessible au grand public, en avant-première durant quelques jours. Et j’ai été agréablement surpris. Le service est disponible dès le départ en Belgique, soit le 19 novembre.

C’est quoi, le Cloud Gaming ?

Un tout petit peu de théorie avant d’entrer dans le vif du sujet. La solution choisie par Google pour se lancer dans le jeu vidéo est à ranger dans la catégorie Cloud Gaming, ou « jeu vidéo dans les nuages ». Cela fait référence au fait que la machine qui fait tourner le jeu sur votre écran (TV, ordinateur, etc), ce n’est plus une console de salon, mais un serveur, hébergé dans un data center. Les énormes progrès réalisés dans les vitesses de connexion, les puissances de calcul informatique et les logiciels optimisés rendent possible ce qui semblait être un miracle à l’époque: le streaming du jeu vidéo.

Vous allez me dire: Netflix et Spotify fonctionnent sur le même principe depuis des années. Sauf que la vidéo et la musique dématérialisées ne sont pas vraiment interactives, hormis play/pause. Le Cloud Gaming, lui, doit être suffisamment performant pour qu’un mouvement de pouce sur une manette se traduise immédiatement à l’écran par un mouvement du personnage. Alors qu’en réalité, il a parcouru une certaine distance pour être traité par un serveur qui a renvoyé la réponse instantanément sur l’écran de votre salon. En quelques millisecondes. Rien que ça.

Pour la petite histoire, dans le même ordre d’idées, l’entreprise française Shadow propose, elle, l’accès à distance à un PC de gamer sous Windows, donc pas uniquement aux jeux vidéo qu’il faut se procurer séparément (30€/mois). Une nouvelle offre (à partir de 15€/mois) arrive en 2020. Pour jouer sur une TV, il faut une « box » spéciale à 120€. Du côté de PlayStation, le service de streaming PS Now (aussi 9,99€/mois) est déjà dispo mais pour avoir accès au catalogue de jeux très volatile, il faut une PlayStation 4 ou un bon PC avec l’application dédiée. Microsoft prépare un xCloud pour 2020, qui a l’air puissant: on aura accès à un large catalogue sur tous les écrans.

Google Stadia: quand on part de rien et qu’on veut juste jouer…

Google est partout, ce n’est plus un secret. Le succès et l’omniprésence du géant américain effraient une partie du monde, mais rien ne l’arrête. J’évoquais il y a quelques jours son avance considérable dans le domaine des assistants vocaux avec les Nest Hub et Mini lancés en Belgique. Hé bien désormais, c’est au service du jeu vidéo que Google consacre son savoir-faire numérique et technique.

Depuis ce 19 novembre, Stadia, plateforme de streaming qui révolutionne la manière dont les joueurs accèdent et jouent à des titres aussi connus que le dernier Tomb Raider, Mortal Kombat 11 ou Read Dead Redemption 2, est disponible.

La révolution est surtout à chercher dans la simplicité du concept. C’est souvent quand tout a l’air intuitif et évident que se cachent des années de peaufinage du matériel et du logiciel. Avant il fallait acheter un disque, puis on a pu se contenter de télécharger le jeu sur notre disque dur. Désormais, tout est géré par les serveurs dédiés de Google, qui iront même jusqu’à mettre à jour les jeux en temps réel. Vous, vous devez juste appuyer sur le bouton d’une manette pour lancer une partie.

Cerise sur le gâteau: vous pouvez jouer sur une TV (il faut un Chromecast Ultra, qui est dongle HDMI inclus dans le pack de lancement comprenant la manette et 3 mois d’abonnement, je vais y venir), mais également sur un ordinateur équipé du navigateur Chrome, et sur les smartphones de Google (les Pixel qui ne sont pas encore commercialisés en Belgique), voire même sur d’autres smartphones en 2020.

Si vous ne possédez aucune console chez vous, c’est sans aucun doute le meilleur moyen de jouer facilement à des titres prévus de dernière génération sans devoir investir dans du matériel relativement cher. En revanche, si vous disposez de la toute dernière génération de console, l’intérêt est plus limité.

Comment ça marche ?

Le principe, vous l’avez compris, est simple: vous avez une manette et un écran, Google s’occupe du reste, à distance. Au lancement, il faut acheter cette manette (plus tard, d’autres manettes seront compatibles). Pour l’instant, il existe uniquement le pack Premiere Edition: pour 129€, vous avez une manette Stadia blanche, le Chromecast Ultra nécessaire pour jouer sur une TV (mais il sert à un tas d’autres choses: Netflix, Spotify, ‘cast’ de photos et vidéo, etc), et 3 mois d’abonnement à Stadia Pro.

Après une rapide configuration du Chromecast Ultra, il faut lancer l’application Stadia sur un smartphone, puis suivre les instructions pour la configuration. Une fois la manette liée, vous avez accès à l’interface Stadia sur la TV, et vous pouvez commencer à jouer comme si vous aviez allumé votre Xbox ou votre PlayStation.

L’installation m’a semblé très simple et je n’ai rencontré aucun bug.

controller

Des jeux à la pièce ou via un abonnement

Là où ça se complique un peu, c’est quand il s’agit du catalogue de jeux. Il est à diviser en deux catégories, liées au fait que vous souscriviez ou non à l’abonnement Stadia Pro (9,99€/mois).

Si vous ne payez pas d’abonnement, c’est Stadia Base, disponible en 2020 seulement. La qualité de l’image du jeu est limitée à du Full HD (1080p, 60 images par seconde) et le son sera stéréo. Vous devez acheter chaque jeu, et ils sont au prix plein, identique au prix de lancement sur les consoles (par exemple, 59€ pour le dernier Mortal Kombat). Il y a 22 jeux au lancement (voir la liste dans le bas de l’article). Pour utiliser la plateforme, c’est gratuit. Aussi étonnant que ça puisse sembler, Google « offre » ses serveurs qui font tourner les jeux, même s’il est évident qu’il se prend une commission sur les 59€…

Si vous payez l’abonnement (trois mois sont inclus pour la Premiere Edition, après ce sera 9,99€/mois), vous avez accès à Stadia Pro. Tout d’abord, la qualité de l’image et du son passe à 4K et audio 5.1, ce qui est important pour les grandes TV et les home cinema. Si vous jouez sur une tablette ou un ordinateur portable, c’est moins important. Mais surtout, on se rapproche du modèle de Netflix: vous avez accès à un catalogue de jeux vidéo à tout moment. Des jeux qui restent accessibles tant que vous payez votre abonnement. Au lancement, il n’y aura que deux jeux « gratuits »: Destiny 2, un très riche jeu de rôle et de tir à la première personne et Samurai Shodown, un jeu de combat en 2D. Bien d’autres jeux devraient rejoindre ce catalogue dans les semaines/mois à venir.

Quelle est la qualité de l’expérience ?

J’ai essayé Mortal Kombat 11 et Destiny 2 pendant plusieurs heures ces derniers jours. L’état de service de Stadia est encore en rodage, mais sans doute proche de ce que connaîtront les premiers joueurs qui auront payé 129,99€ et recevront dans les prochains jours leur pack Premiere Edition.

Sur une TV récente 4K, j’ai connecté le Chromecast Ultra de Google qui est obligatoire. Vu que mon routeur est proche de ma TV, j’ai mis un câble réseau dans le petit transfo qui alimente le Chromecast. Ma connexion internet est de bonne qualité: environ 70 Mbps. Allons droit au but: on est très, très proche d’une expérience de console du genre Xbox One ou PlayStation 4. En jouant à ces deux jeux, j’ai remarqué seulement une ou deux fois quelques très légers ralentissements, mais jamais de quoi perturber la session de jeu. Pourtant, les deux titres que j’ai essayés ont besoin d’une réactivité optimale (jeu de combat ou de tir à la première personne). En réalité, l’expérience globale est même meilleure que sur une console car la dernière fois que j’ai allumé ma Xbox, j’ai du faire une mise-à-jour de 4 GB de la console, et de 1 GB pour le jeu (quasiment une heure d’attente en tout). Autre avantage: il suffit d’appuyer sur le bouton Stadia de la manette pour allumer le Chromecast et la TV. 10 secondes plus tard, le logo Stadia s’affiche, avec le choix du profil. 5 secondes de plus et vous pouvez choisir votre jeu. Puissant.

stadia011
Sur un ordinateur portable en Wi-Fi, ça reste jouable

Sur un PC Windows relativement récent, en Wi-Fi dans un bureau situé au premier étage, l’expérience fut satisfaisante. Il faut utiliser le navigateur Chrome et se rendre sur stadia.google.com. La manette doit être connectée avec un câble USB Type-C (il y en a un dans le pack, tout comme un chargeur) à l’ordinateur. Dans un avenir proche, ce pourra être sans-fil. Bien entendu, ma connexion sans-fil à l’étage est moins bonne (21 Mbps au moment du test) que celle du câble réseau relié au Chromecast Ultra du salon. Dès lors, j’ai pu remarquer quelques pixellisations de l’image, de temps à autre. Rien de rédhibitoire: on peut jouer à Mortal Kombat 11, mais l’expérience est meilleure avec la première configuration dont j’ai parlé.

Sur un vieux Macbook Pro de 2010 qui fonctionne encore, il vaut mieux oublier. J’ai pu me connecter sur la plateforme via Chrome, mais l’expérience est une succession de saccades et jouer s’avère impossible.

Je n’ai pas essayé sur une tablette, ni sur un smartphone (de toute façon, dans un premier temps, seuls ceux de Google, les Pixel, sont compatibles).

google-stadia-debits

Conclusion

Le jeu vidéo est bel et bien en train de faire sa révolution. Google Stadia est la première plateforme du nouveau genre accessible au grand public, celui où des serveurs distants (peut-être ceux des data centers de Google à Mons, qui sait ?) font office de console en faisant tourner des jeux de dernière génération, qui sont affichés sur un écran au domicile des utilisateurs. Finalement, c’est logique que Google se lance dans l’aventure: il a une grande et longue expertise en tant que fournisseur de services internet (recherche, vidéo YouYube, maps, etc), et depuis longtemps, il possède d’immenses data center dans le monde, dont quelques uns à Mons, où il a peut-être placé ses serveurs dédiés à Stadia pour une partie de l’Europe (car oui, la distance compte et plus elle est réduite, meilleure est l’expérience).

Tout passe par internet, il faut donc une connexion aussi bonne et stable que possible pour profiter d’une expérience très proche d’une Xbox, d’une PlayStation ou d’un PC de gamer. Google laisse le choix d’un abonnement payant (Stadia Pro, 9,99€/mois) avec une meilleure image (4K) et quelques jeux en libre accès. Ceux qui ne s’abonnent pas (uniquement en 2020) auront une image moins bonne (1080p, ça reste correct), et devront acheter tous les jeux auxquels ils veulent jouer, à des prix identiques à la concurrence (exemple: 59€ pour le dernier Mortal Kombat).

Durant mes tests, je n’ai jamais été confronté à une interruption. Jouer à des jeux aussi gourmands que Destiny 2 ou Mortal Kombat 11 est un bonheur. La configuration idéale est l’utilisation du Chromecast Ultra relié avec un câble réseau à mon routeur (vitesse: 70 Mbps). Obligatoire pour jouer sur une TV, il est compris dans le prix de l’unique pack de lancement de Stadia, la Premiere Edition (129€). Sur un PC portable, en Wi-Fi dans le bureau avec une vitesse de 21 Mbps, l’expérience est légèrement moins fluide (des saccades peuvent survenir), mais on peut vraiment jouer.

Dans cette boîte du pack de lancement, vous aurez une manette qui n’a rien à envier à celle de la Xbox ou de la PlayStation. Notez qu’elles seront bientôt en partie compatibles et utilisables avec Stadia. Quant au multijoueur en ligne, il est compris dans le prix de Stadia Pro, mais j’ignore si les joueurs Stadia Base, en 2020, y auront accès. Devant votre TV, 4 manettes peuvent être connectées pour du multijoueur local.

Le service n’a que des avantages à mes yeux: il offre la puissance de calcul des consoles, sans les inconvénients que représentent les mises-à-jour, les longs téléchargements de jeu, etc. Avec Stadia, vous appuyez sur le bouton et 15 secondes plus tard (littéralement), vous pouvez jouer.

Deux bémols pour le lancement: la liste des jeux est actuellement limitée à 22 titres, dont 2 accessibles gratuitement pour les abonnés Pro (9,99€ par mois). C’est assez restreint mais le catalogue devrait s’enrichir dans les prochaines semaines. Autre bémol, technique celui-ci: sans internet, vous êtes complètement perdu. Et si votre connexion est lente, l’expérience ne sera pas au top. Google explique que 10 Mbps est le minimum, et que 35 est le débit recommandé. Faite donc le test sur leur site avant de craquer.

Sachez enfin que le xCloud de Microsoft s’annonce un très solide concurrent en 2020, tandis que le service PS Now de PlayStation existe déjà, mais est moins souple que Stadia et privé des jeux les plus récents.

Les jeux disponibles sur Google Stadia au lancement:

Assassin’s Creed Odyssey

Attack on Titan: Final Battle 2

Destiny 2: The Collection (gratuit via Stadia Pro)

Farming Simulator 2019

Final Fantasy XV

Football Manager 2020

GRID

Gylt

Just Dance 2020

Kine

Metro Exodus

Mortal Kombat 11

NBA 2K20

Rage 2

Rise of the Tomb Raider

Red Dead Redemption 2

Samurai Shodown (gratuit via Stadio Pro)

Shadow of the Tomb Raider

Thumper

Tomb Raider

Trials Rising

Wolfenstein: Youngblood

Ce smartphone Motorola mise tout sur le zoom, est-ce une bonne idée ?

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité, Test , le 4 novembre 2019 09h49 | Ajouter un commentaire

La stratégie de Motorola (une marque d’origine américaine mais contrôlée par le chinois Lenovo depuis quelques années) est surprenante. Ne sachant pas trop comment se démarquer, Motorola a opté en 2019 pour une déclinaison de smartphones ayant une particularité propre liée à la photographie.

Je vous ai parlé il y a quelques semaines des One Vision et One Action: l’un se concentrait sur les belles performances d’un capteur 48MP et l’autre sur une stabilisation accrue de vidéo 16:9 que l’on peut réaliser avec le smartphone à la verticale.

Place cet automne au One Zoom. Cette fois, Motorola monte un peu gamme et atteint les 429€, prix de lancement. Puce Snapdragon 675 (moyenne supérieure), 128 GB de stockage interne, écran OLED de 6,39″ et 2340 x 1080 pixels, 4 GB de RAM, 4 capteurs photo à l’arrière et grosse batterie de 4.000 mAh. Sans oublier le capteur d’empreinte sous l’écran, pour un déverrouillage confortable.

Une fiche technique très honorable, pour un appareil tournant sous une version très proche d’Android, même si Motorola a perdu l’appellation ‘Android One’ pour des raisons d’intégration d’Alexa (l’assistant vocal intelligent d’Amazon) aux Etats-Unis. Mon modèle de test est équipé d’Android 9 (alors que la version 10 existe depuis quelques semaines), et son correctif de sécurité remonte au 1er juillet. Peut mieux faire, donc.

Un vrai zoom 3X

Vous l’avez compris, la vraie particularité de ce smartphone, c’est son capteur supplémentaire dans le dos, un téléobjectif de 8 mégapixels avec zoom optique 3X, doté d’un stabilisateur d’image. Les autres lentilles renferment un bon 48 MP, un grand-angle 117° et un capteur de profondeur pour mieux gérer les effets ‘portrait’.

Motorola tient ses promesses et effectivement, le zoom 3X fonctionne bien, on ne remarque pratiquement aucune perte de qualité. Pour un smartphone à 429€, c’est plutôt rare.

Pour le reste, la qualité des photos est tout à fait correcte, et la technologie de Quad Pixel utilisée par Motorola permet effectivement de faire entrer plus de lumière, ce qui évite de rater les clichés en intérieur ou en soirée. Efficace et utile au quotidien. Un bon point pour Motorola.

Conclusions

Le Motorola One Zoom porte bien son nom. Un smartphone avec une fiche technique milieu de gamme (mais très flatteuse), qui est équipée d’un 4e capteur dans le dos pour zoomer sans perte de qualité (en 3X). A 429€, c’est rare de trouver cette option habituellement réservée aux smartphones premium, même si à 599€, le OnePlus 7T le permet.

Pour le reste, la stratégie de Motorola pose question. C’est le 3e smartphone dédié à un univers particulier de la photographie qui est lancé en quelques mois. Est-ce une bonne idée de fragmenter ainsi son offre ? Les utilisateurs sont-ils à la recherche d’une telle spécificité ?

Difficile à dire, mais Motorola a le mérite de se démarquer et, sur le One Zoom, de se concentrer sur l’essentiel: un appareil photo très polyvalent, un design original, une grosse batterie et un capteur d’empreintes sous l’écran. C’est une très bonne base ! Si 429€ est votre budget, vous ne prenez aucun risque…