Archives du septembre, 2019

Sonos sort pour la première fois de votre maison avec son enceinte « Move »

Par Mathieu Tamigniau dans Images et son, Mobilité, Test , le 25 septembre 2019 07h20 | Ajouter un commentaire

Les tests de Mathieu: Sonos sort pour la première fois de votre maison avec son enceinte intelligente Move

Inventeur de l’enceinte réseau à destination du grand public, l’américain Sonos, pour la première fois, ose mettre un pied dehors. Sa Move (399€) est conçue pour fonctionner parfaitement au fond de votre jardin, même s’il pleut. Et si sa puissante antenne ne capte plus le Wi-Fi, il est possible de passer en Bluetooth. Voici mon verdict après une semaine d’utilisation.

On ne présente plus l’entreprise américaine Sonos. Son slogan « listen better » (« écoutez mieux ») résume bien la philosophie du fabricant d’enceintes qui, depuis plus de 15 ans, tente de rendre aussi facile et agréable que possible l’écoute de la musique dans une maison.

Une chose restait constante dans tout le matériel (enceintes, barres de son, amplificateur, sub-woofer) de Sonos: la nécessité de le connecter à un réseau local, donc généralement votre routeur internet, à l’aide d’un câble ou en Wi-Fi. C’était le concept de base, les fondations de toute la technologie de Sonos, au niveau matériel et logiciel.

Et tandis que des dizaines de concurrents, petits et grands, s’engouffraient dans le marché des enceintes Bluetooth, Sonos les regardait de loin, riant sans doute de tous les désavantages de cette technologie de liaison directe entre une source musicale (un smartphone, souvent) et son moyen de diffusion (l’enceinte Bluetooth). Parmi les défauts, rappelons-le, il y a la nécessité de rester dans un périmètre restreint (quelques mètres), le lien constant entre les deux appareils, la musique coupée par les notifications ou tout autre son émanant du smartphone, etc.

Mais Sonos a changé son fusil d’épaule. La raison officielle, on ne la connait pas. Mon avis: la technologie Bluetooth a évolué, devenant plus performante (fiabilité, portée) et moins gourmande en énergie. Les batteries au Lithium ont également fait des progrès en termes de compacité et de performance.


Avant tout, une enceinte réseau (robuste) avec un Wi-Fi boosté

Sonos n’a pas jeté le bébé avec l’eau du bain, loin de là. En réalité, sa Move (un verbe qui signifie ‘bouger’ en anglais) est avant tout une enceinte réseau qui s’ajoute à l’écosystème des autres appareils du constructeur. Elle s’installe comme les autres, à l’intérieur de votre réseau Wi-Fi et à l’aide de l’application qui vient de subir un petit lifting. Bien entendu, elle peut être bougée un peu partout dans la maison, ce qui peut s’avérer bien pratique.

Particularité: la Move est dotée de la meilleure antenne Wi-Fi jamais intégrée par Sonos. Elle peut capter du réseau même dans le fond du jardin, j’ai pu le constater. A environ 15 mètres de la maison (et donc une bonne vingtaine du routeur), elle restait connectée et fonctionnait comme une enceinte réseau autonome, et non une enceinte Bluetooth.

Et dans le fond de votre jardin, elle s’y sentira très bien, même si vous l’oubliez toute la nuit. La Move a été conçue pour supporter l’humidité, le froid, les éclaboussures de piscine, la pluie, les tâches de moutarde. Mais aussi une journée en plein soleil. Bref, elle est très robuste et d’ailleurs certifiée IP56, la plus haute catégorie avant d’être classée ‘submersible’. Donc elle ne peut pas prendre un bain, mais résiste à un jet d’eau: si elle est très sale, vous pouvez passer une lavette savonnée puis la rincer sans risque. Sachez également que la base de l’enceinte est renforcée à l’aide d’un caoutchouc très solide. Sonos dit avoir testé des chutes d’une hauteur d’1,80m, et que tout fonctionnait encore après…

Donc la notion de ‘Move’ est liée à la capacité de l’enceinte à être transportée facilement dans la maison et le jardin, et à résister parfaitement à la vie en plein air…

Du Bluetooth, au cas où (ou pour profiter de YouTube et Netflix)

Mais Sonos, pour que sa Move soit vraiment utilisable n’importe où (dans un grand jardin hors de portée du Wi-Fi, au parc, en vacances), a ajouté la connectivité Bluetooth. Elle doit s’activer à la main, en appuyant sur le petit bouton situé à l’arrière, entre les deux gros. Le LED d’état passe alors du blanc au bleu, pour bien indiquer que la Move ne doit plus chercher du Wi-Fi mais se concentrer sur le Bluetooth (voir photos ci-dessous). Votre smartphone ou tablette peut alors être relié (la première fois, il faut le faire à la main, ensuite c’est automatique, comme toujours avec le Bluetooth).

Dès ce moment, votre smartphone doit se débrouiller pour lui envoyer du son. Il faut donc lancer une application comme Spotify (si vous avez de la 4G ou téléchargé des playlists à l’avance) ; ou jouer les MP3 stockés localement sur votre appareil, pour peu que vous en ayez encore.

Corollaire de cette liaison Bluetooth: on peut désormais utiliser une enceinte Sonos pour profiter d’un son de qualité quand on regarde un film (par exemple sur Netflix, photo ci-dessous) ou un clip (par exemple sur YouTube) sur un smartphone ou une tablette. C’était possible avec AirPlay pour ceux qui avaient un iPhone ou un iPad, c’est désormais possible pour tous les utilisateurs Android grâce au Bluetooth.

Autre corollaire, moins pratique: si vous recevez un message, un appel ou si vous lancez un jeu vidéo, c’est fini la musique…




Une autonomie raisonnable, mais la veille est gourmande

Qui dit sans fil, dit batterie. La Move en contient une dont on ignore les détails techniques, si ce n’est qu’après trois ans, Sonos vous encourage à la remplacer (c’est « facile » à faire mais sans doute pas soi-même car l’assemblage est précis et il n’y a aucune vis) pour qu’elle continue être suffisamment performante. Cela s’inscrit dans la politique de durabilité qui a toujours caractérisé Sonos, depuis ses débuts. Les premières enceintes sorties il y a 10 ans fonctionnent encore, et l’entreprise fabrique et vend toujours des modèles sortis il y a plusieurs années (Play:5, Playbar, Sub, etc).

L’autonomie de la Move est bonne en écoute continue: environ 10 heures, d’après le constructeur. Autre mesure communiquée: après 6h d’écoute au volume 50%, il restait 28% de batterie. De quoi vous donner une certaine idée.

Le « problème », c’est que la Move, si elle dans votre maison et capte le Wi-Fi, va y rester connectée, même si elle se met en veille après 30 minutes (on peut également appuyer sur le bouton ON/OFF). La Move sort en effet de veille très rapidement, dès que vous lancez l’application. C’est très pratique pour le confort et la facilité d’utilisation, mais ça consomme pas mal de batterie. C’est comme si vous laissiez tourner le moteur de votre voiture toute la nuit en hiver pour qu’elle démarre mieux le matin.

Donc en « veille » à l’intérieur de la maison, la Move tient environ 5 jours, même si vous n’écoutez pas de musique.

Heureusement, Sonos fait bien les choses et la Move est livrée avec un socle de recharge. Très discret, il accueille facilement l’enceinte, il suffit de la déposer. Il y a également un port USB Type-C pour recharger l’enceinte à l’aide de n’importe quel chargeur de smartphone (Android, pas iPhone) :

sonos006

Un son plus grave que la One

L’encombrement (24 x 16 x 13 cm) du Sonos Move et son poids (3 kg) sont nettement plus imposants que ceux de la One, son best-seller qui parait tout petit à côté. Et ce n’est pas dû uniquement à la batterie (voir photo ci-dessous).

En effet – passons à la qualité du son, essentielle tout de même – la Move est mieux équipée: il y a deux amplificateurs numériques, un tweeter pour les hautes fréquences, et un mid-woofer intégré pour des fréquences vocales moyennes et des basses étonnamment riches et profondes. Et Sonos, on le sait, soigne la qualité des composants et la cohérence de l’assemblage: le constructeur a consacré plus de deux ans à la Move dans ses laboratoires (dont celui que j’avais visité à l’époque).

Le son de la Move est surtout impressionnant, vu sa taille qui reste raisonnable, au niveau des graves et de la puissance globale de sortie. Il surclasse facilement la One et de la Beam, et se rapproche de ce que l’énorme Play:5 peut sortir.


Conclusion

Difficile de prendre en défaut la Move (399€) de Sonos, première enceinte du constructeur à être conçue pour être bougée dans et en dehors de la maison. Mais c’est avant une nouvelle option pour écouter intelligemment de la musique chez vous, car la Move a une antenne Wi-Fi plus puissante que la moyenne et même à plus de 20 mètres de mon routeur (une simple Bbox-3 de Proximus), elle accrochait le réseau sans souci. Elle tient quelques jours sur batterie, puis il faut la déposer sur son très discret socle de recharge.

La Move peut donc être déplacée un peu partout chez vous et si vous voulez aller plus loin, il y a l’option Bluetooth. Ça doit rester « au cas où », car il faut appuyer sur un bouton au dos de l’enceinte, attendre que votre smartphone la détecte, puis supporter toutes les interruptions (notifications, appels, messages, etc) qui en émaneront parallèlement à la musique diffusée. Quand on passe de l’un à l’autre, on se rend compte à quel point une enceinte réseau qui va chercher sa musique comme une grande sur internet est bien plus pratique à utiliser.

Et comme si ça ne suffisait pas, Sonos va vous faire oublier une bonne fois pour toutes les réglages manuels de l’égaliseur. En effet, il y a sur la Move une version automatique et continue de True Play (alors que sur les autres enceintes il faut utiliser un iPhone): grâce à ses micros, elle se rend compte de la réverbération (on non) du son sur des murs ou des plafonds, et adapte ses réglages en fonction.

Petit détail: si j’ai réussi à configurer Google Assistant sur la One et la Beam, je n’ai pas réussi à la faire sur la Move. Donc cet assistant vocal, pourtant officiellement disponible en Belgique, ne fonctionne pas, pour l’instant, sur l’enceinte mobile de Sonos. 






DJI Osmo Mobile 3: filmez comme un pro avec votre smartphone pour 100€

Par Mathieu Tamigniau dans Images et son, Pratique, Test , le 6 septembre 2019 09h54 | Ajouter un commentaire

Les smartphones ont beau devenir de plus en plus performants au niveau de la photographie, ils n’en restent pas moins peu évidents manipuler pour ceux qui veulent en faire un remplaçant quotidien de leur appareil photo ou leur caméscope.

Les modèles haut-de-gamme ont une taille d’écran gigantesque, sont très fins et n’ont plus vraiment de bordure: on touche donc souvent des zones de l’écran sans le vouloir, déclenchant parfois des actions de manière accidentelle.

Le recours à un stabilisateur s’avère dès lors judicieux, et bonne nouvelle: DJI, géant chinois du drône,  vient de rendre son célèbre Osmo Mobile encore plus pratique à utiliser.

Pliable, l’Osmo Mobile 3 se range désormais dans une petite trousse de voyage tout en gardant toutes ses qualités. Son système de balancier articulé est la plus grande nouveauté de cette 3e mouture. Il est dès lors plus compacte, tout en étant plus léger (405 grammes contre 485) et moins encombrant (il a perdu 3 cm au total).

Des vidéos toujours fluides

Le principe de base, rappelons-le, est de fixer le smartphone dans l’encoche (à la verticale ou à l’horizontale). Dès lors, vous pourrez faire des travelings (bouger pour suivre une scène ou un sujet en vidéo) tout en douceur. Il n’y a pas d’à-coups ni de mouvements brusques, tout est fluide et c’est bien plus agréable à regarder. Si vous ne touchez à rien, la caméra va lentement suivre la scène qui se passe devant vous. Si vous effectuez un virage rapide à 90°, l’Osmo Mobile va vous suivre, mais moins vite et vous pouvez donc perdre de vue le sujet. Il faut donc un petit temps d’adaptation, mais on comprend vite le principe.

Il faut utiliser l’application DJI Mimo, très bien faite et qui comprend des tutoriels et des options de montages, de paramètres pour mieux contrôler le smartphone et l’Osmo Mobile 3.

Quelques autres nouveautés

Le stabilisateur se présente toujours sous la forme d’un joystick avec un bras articulé. Il y a des boutons (par exemple pour passer du mode photo au mode vidéo), et un curseur circulaire pour bouger l’angle de vision du smartphone. Si vous ne touchez à rien, la caméra va lentement suivre la scène qui se passe devant vous. Si vous effectuez un virage rapide à 90°, l’Osmo Mobile va vous suivre, mais moins vite. Il faut donc un petit d’adaptation, mais on comprend vite le principe.

Les autres nouveautés ? Plus d’espace sous le smartphone lorsqu’il est stabilisé à la verticale, ce qui est utile si vous utilisez un casque ou un micro. La présence d’un bouton pour faire pivoter le smartphone du mode paysage au mode portrait très facilement. L’option Active Track (v3) qui tente de suivre le sujet principal de la scène filmée, pour le laisser au centre du cadre (dans la mesure du possible, donc si vous êtes « doux » dans vos déplacements). Et une molette de zoom pour profiter des capacités de plus en plus performantes des smartphones dans ce domaine.

Bonne nouvelle: son prix n’a pas augmenté. L’Osmo Mobile 3 de DJI est disponible au prix de 109€. Une version avec trépied compact inclut existe aussi, à 129€.

Le robot-tondeuse 4×4 et ultra-connecté d’Husqvarna grimpe tout

Par Mathieu Tamigniau dans IoT, Pratique, Test , le 5 septembre 2019 08h44 | Ajouter un commentaire

On voit de plus en plus de robot sauter sur un banc ou décapsuler une bière. Mais les seuls espèces qui rencontrent un succès commercial sont celles qui remplacent l’homme dans des tâches jugées ingrates: laver la vaisselle ou le linge, passer l’aspirateur et… tondre la pelouse. J’ai donc laissé ma tondeuse au garage cet été pour essayer le dernier né de la gamme Automower d’Husqvarna, le 435X AWD (4.999€). Une machine redoutable capable de franchir les plus grosses bosses. Mais qui s’avère aussi très connecté et équipé pour le futur. Explications.

Le marché des robots de tonte est en forte croissance depuis quelques années. On parle d’une évolution de plusieurs dizaines de pourcents en 2018 (par rapport à 2017), et d’après nos informations, 2019 devrait battre à nouveau des records. En partie grâce… à notre pays.

« La Belgique est un des pays leaders en matière de tonte robotisée, et les tendances sont en nette hausse, que ce soit au niveau de ceux qui achètent leur première maison et optent pour un robot, ou pour ceux qui ont toujours utilisé une tondeuse thermique et qui se tournent vers la robotisation« , m’a expliqué Bart van Hal, responsable du marketing d’Husqvarna pour le Benelux.

Les robots tondeuses (appelons-les comme ça) ont le vent en poupe. J’en profite donc pour publier mon premier test d’un appareil de ce genre ; et pour ce faire, j’ai pris le dernier modèle de Husqvarna, qui est un des leaders sur ce secteur, en Belgique et dans le monde. Si j’ai choisi ce modèle haut-de-gamme, c’est entre autre car il est bourré de connectivité et qu’il est compatible avec la domotique.

Il s’agit de l’Automower 435X AWD, vendu juste sous la barre des 5.000 euros, ce qui en fait un des modèles les plus onéreux du marché. Mais aussi l’un des plus capables, voir le plus capable: c’est le premier robot tondeuse grand public équipé de quatre roues motrices et d’un corps à deux éléments articulés. Ce qui lui permet de gravir des pentes de 70%, une prestation unique en son genre, et utile pour tous ceux dont la maison est bâtie sur une butte (avec gros dénivelé de jardin, à l’avant par exemple), ou simplement dont le jardin présente différents niveaux, avec des portions abruptes entre ceux-ci.

Nettement plus grand que la moyenne, et articulé, il a besoin de plus d’espace pour manoeuvrer (© RTL INFO)

Installation: il a toujours besoin d’un câble périphérique

Outre ses capacités inédites de franchissement, le dernier robot d’Husqvarna se veut plus intelligent que la moyenne. Mais à quel niveau exactement ? Commençons par l’essentiel: la tonte de votre jardin. Et dans ce domaine, des performances et de la fiabilité, mais pas vraiment de rupture technologique…

En effet, un câble périphérique doit toujours être installé pour délimiter votre jardin, ainsi que les zones de votre jardin à éviter (un parterre de fleur, un trampoline, un potager, une souche). Husqvarna utilise également un ou plusieurs ‘câbles guides’, qui permettent au robot de rentrer plus rapidement à sa station de recharge. Bref, les robots tondeuses ne semblent pas près de couper le cordon…

« Le câble périphérique est la meilleure solution actuellement pour les jardins privés et les usages professionnels: une fois installé, il garantit les meilleures performances. Et on pense que le câble restera l’option la plus pratique pour les années à venir: c’est la barrière de protection la plus fiable pour la tondeuse et pour le jardin. De plus, le câble permet d’optimiser l’énergie nécessaire. N’importe quelle solution fonctionnant uniquement à partir d’une puce GPS n’est pas assez précise pour opérer sur une pelouse normale, il faudra toujours un moyen de guidance supplémentaire. Cependant, Husqvarna expérimente sans cesse de nouvelles solutions, dans tous les domaines« , se justifie le responsable de la marque suédoise.

L’installation initiale est plutôt simple à réaliser soi-même. Le mode d’emploi est détaillé, et il « suffit » de fixer le câble périphérique au sol avec les pieux en plastique fournis, et de brancher quelques câbles avec les connecteurs, reliés à la station de recharge.

installation

Husqvarna distribue cependant ses tondeuses via des dealers spécialisés: pour les grands jardins (terrain de prédilection du 435X AWD qui peut couvrir jusqu’à 35 ares), ils sont recommandés, car équipés d’une machine à enterrer le câble (photo).

Attention à bien veiller aux distances minimales nécessaires pour les zones plus restreintes (contournement d’obstacles, îlots, etc), car ce robot est plus grand que la moyenne et a besoin de plus d’espace pour manœuvrer, ou pour ne pas perdre le nord dans un ‘couloir’ qui serait trop étroit (moins de deux mètres).

Tonte: plus d’intelligence dans la navigation ?

Les premiers jours, le robot semble un peu perdu dans le jardin. Ses déplacements ont l’air hasardeux et il tourne parfois en rond dans des zones restreintes. Logique: il navigue principalement à l’aide d’un algorithme. Un genre de petit logiciel de routine installé dans ses circuits électroniques, pour faire simple.

« Chaque Automower a un algorithme aléatoire qui guide la machine. Grâce au câble périphérique, il comprend où il se situe dans le jardin. Les modèles de la série X montrent d’ailleurs dans l’application où ils ont tondu récemment« , explique l’employé d’Husqvarna.

Sa puce GPS ne sert cependant pas qu’à le localiser en cas de vol (voir plus bas). Couplée à la mémoire interne, elle donne un peu d’intelligence artificielle au robot en ajustant l’algorithme, si certaines zones sont oubliées ou s’il n’y tond pas assez régulièrement l’herbe.

Autre forme d’intelligence: s’il n’y pas de caméra comme sur les robots-aspirateurs, on trouve néanmoins deux petits sonars qui anticipent le choc avec un obstacle inattendu (une cabane d’enfant, un seau). Le robot ralentit donc avant la « collision », ce qui préserve le pare-choc. Attention, cependant: sa puissance de franchissement est telle avec ses quatre roues motrices qu’il pourrait facilement rouler par-dessus un obstacle plus petit. Dans mon jardin, il a même essayé de grimper une souche, provoquant une erreur de collision, et même une détection de soulèvement, ce qui a entraîné le déclenchement de l’alarme. Alarme qui ne peut pas s’éteindre à distance avec l’application: une intervention humaine sur place est nécessaire…

Ces options de sécurité peuvent être paramétrées et assouplies via l’application. Il faudra cependant être à distance de Bluetooth (quelques mètres) pour accéder à ces paramètres spécifiques. Le reste des réglages et des commandes peut se faire depuis l’autre bout de la planète.

appli
Une application « interface homme-machine » qui pourrait être plus intuitive à utiliser

Connecté et compatible avec la domotique du futur

Car en réalité, le vrai surplus d’intelligence est à chercher au niveau de la connectivité et de sa compatibilité avec les assistants vocaux de Google et d’Amazon.

En effet, l’Automower 435X AWD est presqu’aussi bien connecté qu’un smartphone. Il est équipé d’une carte SIM pour être connecté à internet en permanence, et d’une puce GPS.

Cette connexion à l’internet mobile justifie en partie le prix élevé du robot. Mais elle est essentielle pour pouvoir contrôler et vérifier en permanence l’état de la machine. Où que vous soyez et ou qu’elle soit (au bout du jardin, par exemple), vous pouvez contrôler la tondeuse depuis l’application pour smartphone ou tablette (Automower Connect).

Un contrôle manuel qui n’est pas obligatoire, car il est bien sûr, via l’application, de programmer des périodes de tonte. Selon la taille de votre jardin, il faudra plus ou moins de temps au robot pour entretenir votre pelouse. Via l’application, véritable cerveau commandeur du robot, on peut également configurer des « zones », pour qu’il démarre sa tonte (par exemple une fois sur deux) à l’autre bout du jardin. C’est utile si votre jardin est complexe, s’il entoure la maison, s’il y a des zones plus isolées, etc. L’application permet également de régler la hauteur de coupe, entre 1 et 9 mm.

Via le Google Assistant, vous pouvez également connecter votre compte Husqvarna, auquel est relié le robot. Dès lors, vous pouvez « converser » avec le robot. Soit vous dites « Ok Google, parle avec Automower » pour lancer un genre de conversation de messagerie avec quelques commandes (« garer », « tondre »), soit vous pouvez directement dire à votre enceinte réseau compatible ou à votre smartphone: « Ok Google, demande à Automower de vérifier l’état de fonctionnement » ou « … de tondre la pelouse ». Même genre d’histoire avec Alexa d’Amazon.

ass

Cette compatibilité n’est pas vraiment un argument de vente: peu de gens en Belgique utilisent ces assistants vocaux, qui viennent d’arriver officiellement dans notre pays, et qui sont encore inconnus du grand public. Pourtant, et c’est bien le but de ces assistants, il y a moyen de gagner pas mal de temps si on s’habitue à utiliser correctement les commandes. Dire « Ok Google, demande à Automower de tondre la pelouse pendant 3 heures sur la zone secondaire », ça va effectivement nettement plus vite que de lancer l’application (en devant parfois entrer le code PIN) pour ordonner la même chose en appuyant que 4 ou 5 boutons.

Très sécurisé

Certains diront que les options de sécurité de l’Automower 435X AWD sont aussi une preuve de son intelligence. Car effectivement, de ce côté-là, il se défend bien.

Comme on a pu l’évoquer, par défaut, il faut entrer un code PIN dès qu’on touche au panneau de commande du robot (équipé d’un écran LCD couleur bien défini et d’une molette de commande). Impossible pour un quidam de le contrôler.

Si on soulève le robot à l’aide de la poignée (qui actionne le STOP manuel), afin de le déplacer, on a quelques dizaines de secondes pour le déposer et composer le code PIN. Si on ne le fait pas, l’alarme retentit, une sirène moins puissante qu’une alarme de maison, mais qui s’entend tout de même dans une bonne partie du quartier.

Enfin, la balise GPS intégrée permet, via l’application, de repérer à tout moment la position du robot sur une carte Google, à quelques mètres près. Intéressant pour le retrouver s’il est perdu dans votre grand jardin, ou pour prévenir la police si on vous l’a volé.

Sachez que le déclenchement automatique de l’alarme peut être désactivé, et même la nécessité d’entrer code PIN pour contrôler le robot à la main ; tout se configure via l’application.

eff
Les phares, c’est juste pour le show, car l’Automower n’a pas de caméra (© RTL INFO)

Efficacité redoutable

Je terminerai par l’essentiel: l’Automower 435X AWD s’occupe-t-il bien de votre pelouse ? Oui, indéniablement, son efficacité est redoutable car il est inarrêtable. Il supporte les côtes allant jusqu’à 70%, ce qui est énorme. Il doit cependant, dans une telle configuration, attaquer les montées et les descentes perpendiculairement, et non en oblique. Il y a donc, là aussi, quelques précautions à prendre au niveau de l’installation.

Dans un jardin standard comme le mien (500 m2), il n’a besoin que de 3 heures tous les deux jours pour avoir un gazon parfait. Après 1 mois d’utilisation, on remarque déjà une amélioration de la qualité de la pelouse. Logique: les petits brins découpés finement par les 9 lames (qu’il est conseillé de changer régulièrement pour un fonctionnement optimal) font office d’engrais naturel. L’herbe est plus verte et plus dense.

Et ce n’est pas tout: la mousse disparait, les pissenlits aussi. Même les taupes, parait-il, sont effrayées et changent de jardin.

Bien heureusement, il n’est pas nécessaire de débourser 4.999€ pour obtenir ce genre de résultat. Le 435X AWD est avant tout réservé aux grands jardins (jusqu’à 35 ares) où à ceux comportant de très fortes inclinaisons (jusqu’à 70%). Chez Husqvarna, il y a une entrée de gamme à 999€, avec des fonctions et des capacités de franchissement limitées, forcément. Les autres marques descendent parfois sous la barre des 500€, mais attention à la qualité et à la fiabilité.

Mes recommandations sont simples: basez-vous sur la surface et la simplicité de votre jardin. Un petit espace bien plat de 100 m2 n’a pas besoin d’un redoutable robot. Demandez conseil ou lisez bien le descriptif des tondeuses: la surface et l’inclinaison maximale sont logiquement indiquées.