Archives du mars, 2019

Le géant japonais Panasonic a sorti un casque à réduction de bruit

Par Mathieu Tamigniau dans Divers, Images et son, Test , le 20 mars 2019 08h32 | Ajouter un commentaire

Panasonic est l’un de ces grands groupes asiatiques actifs dans l’électronique, et qui diversifie depuis toujours les domaines d’activité. 270.000 employés sont ainsi répartis dans le monde entier, engrangeant 63 milliards d’euros de chiffre d’affaire.

Une stratégie parfois risquée car « Peut-on vraiment être bon dans tous les domaines ? ». La question est souvent posée, et Sony, par exemple, s’est débarrassé ces dernières années de plusieurs départements non rentables (pensez aux ordinateurs Vaio). Samsung, mastodonte sud-coréen, a jeté sa division « appareil photo » dans un même esprit, il y a quelques années également.

Le géant japonais Panasonic s’en sort plutôt bien, à en croire ses résultats 2018: le bénéfice net (236 milliards de Yens, donc 1,81 milliard d’euros) et les ventes sont en croissance. Il y a environ 5 ans, cependant, il a dû cesser de produire ses propres écrans plasma, la technologie tombant aux oubliettes, alors qu’il avait investi des milliards de dollars dans des usines.

Mais ce n’est pas ce que vous voyez de Panasonic qui lui rapporte de l’argent. Que du contraire. Les appareils à destination du grand public (télévision, téléphonie, électroménager, air conditionné, audio, photographie, etc) ne représentent que 30% du business total.

Davantage B2B

« Panasonic est une entreprise très B2B (business to business) », nous a confié Eric Novel, directeur général de Panasonic France, Belgique et Luxembourg. « On est très actif dans les technologies de broadcast (matériel pour les professionnels de l’audiovisuel), dans les solutions écologiques (panneaux solaires), dans l’automobile, les batteries ». Au Japon, « Panasonic construit même des maisons« .

En ce qui concerne la Belgique, le focus est également sur le  matériel à destination des professionnels. Pour les particuliers, on retrouve surtout les télévisions et les appareils photos (la gamme Lumix est réputée). Mais il y a beaucoup de croissance en vue dans la section « beauté » (tondeuse, soins, etc), « cooking » et « airco ».

Un casque à réduction active de bruit

On ne pouvait évoquer Panasonic, une marque assez discrète en Belgique pour les raisons qu’on vient d’évoquer, sans tester l’un de ses derniers produits à destination du grand public. Il s’agit d’un casque à réduction active de bruit, le RP-HTX90N. Prix recommandé: environ 139€.

Ce casque peut fonctionner sans fil (Bluetooth 4.2 et batterie rechargeable de 24h environ) ou avec un câble (fourni). Disponible en noir, bleu ou beige, il arbore un look assez rétro avec son arceau métallique en forme de rail et son câblage en partie apparent. Comme la plupart des casques de ce genre, il est principalement composé de plastique pour rester léger (208 grammes) et donc confortable. Équipé d’un micro et d’un bouton pour accepter un appel, il peut être garder sur les oreilles pour téléphoner. De multiples boutons (un peu trop que pour les repérer facilement) permettent de régler le volume, d’activer ou non la réduction active de bruit (économise la batterie) et un surplus de basse.

Soyons clair: si la qualité du son est tout à fait correcte (on l’a mesurée avec des vidéos et de la musique et il n’y a rien à dire), celle de la réduction active de bruit est loin des ténors, donc des Bose QC35 ou Sony WH-1000X M3. Mais ces deux casques sont vendus au-delà des 300€, donc la différence est logique.

Samsung Galaxy S10 Plus, nouveau roi d’Android ?

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité, Test , le 13 mars 2019 13h02 | Ajouter un commentaire

Les tests de Mathieu: deux semaines avec le nouveau Samsung Galaxy S10 Plus, nouveau roi d'Android ?

Comparé aux années précédentes, Samsung a bousculé ses codes pour la sortie de son 10e flagship. Le Galaxy S10 est l’un des meilleurs smartphones tournant sous Android, et intègre toujours plus l’écosystème du géant sud-coréen, qui passe cette année par un assistant personnel omniprésent qui parle désormais français. J’ai passé deux semaines avec le S10 Plus, variante haut-de-gamme à 999€.

Depuis quelques années, il est devenu très difficile de s’y retrouver dans la jungle des smartphones Android. C’est peut-être ce qui explique en partie le succès d’Apple: il suffit de changer d’iPhone (et d’avoir le portefeuille qui le permet) ; vous n’avez qu’à choisir un numéro et plus il est élevé, plus l’appareil est cher. Mais vous restez toujours en terrain connu.

Avec les innombrables fabricants de smartphone tournant sous Android, c’est nettement plus complexe. Il y en a pour tous les gouts et toutes les bourses, mais on ne sait pas toujours sur quoi on va tomber.

Samsung, N.1 mondial des vendeurs de smartphones (en nombre d’unités vendues annuellement), essaie de suivre la recette d’Apple. A savoir: créer un écosystème fort et complet qui vous rend dépendant, pour que vous n’ayez jamais envie d’acheter une autre marque.

Oubliez le Galaxy Fold, ce n’est qu’une vitrine technologique peu pratique et très chère. C’est bien le S10 qui reste le smartphone vedette du géant sud-coréen, celui qui se vendra le plus, et qui a bien l’intention de contrer la folle montée en puissance de la concurrence chinoise, Huawei en tête. J’ai pu essayer le S10 Plus (999€) pendant deux semaines. Il s’agit de la version la plus chère de la gamme qui inclut le S10E (749€), le S10 (899€). Il n’y a pas d’énormes différences entre les trois modèles: seules la taille de l’écran, la mémoire vive et la batterie changent.


Un écran plus que parfait

Le S10 Plus a un look ravageur, c’est indéniable. C’est l’un des plus beaux smartphones que j’ai pu manipuler. Son écran Infinity, qui n’a jamais aussi bien porté son nom, y est pour beaucoup. Difficile de trouver mieux en terme de pourcentage d’occupation de la face avant par la dalle de 6,4″ Super AMOLED, certifiée HDR10+, et avec 3.040 x 1.440 pixels (19:9). On est à près de 94% !

L’effet d’immersion est bien là, et il y a beaucoup d’espace d’affichage dans la paume de la main. C’est un travail d’orfèvre de la part de Samsung, qui en a profité pour réduire la lumière bleue qu’on dit mauvaise pour les yeux. Malgré tout, l’écran affiche des couleurs sublimées, d’excellents contrastes et une forte luminosité maximale.

Impossible de ne pas évoquer le « double trou » dans l’écran, au niveau du coin supérieur droit. C’est là que Samsung a décidé de loger ses deux caméras frontales dédiées aux selfies (normal et grand angle). Ce trou ne m’a pas dérangé dans l’absolu, cela donne un look original et dans la plupart des applications, on ne le remarque pas. Des petits malins ont même adapté des fonds d’écran pour que le ou les trous soient bien intégrés (les yeux de Wall-E par exemple).

Mais quand on joue ou qu’on regarde une vidéo, on se rend compte que ce n’est pas forcément pratique. Selon l’application, le contenu sera zoomé (on aura alors un « trou » dans le contenu affiché) ou coupé (l’affichage de l’application s’arrête en ligne droite sous la zone avec les caméras). Rien d’alarmant, mais le fait de placer la ou les caméras dans l’écran n’est sans doute pas la meilleure idée. D’autres constructeurs travaillent sur des caméras rétractables, on devrait en voir une sur le OnePlus 7 d’ici quelques semaines.

Ajouter à cet écran un dos en vert (toujours à la mode malgré les risques de griffes et les traces de doigts), et un cadre en aluminium poli, et vous avez un S10 Plus à la finition définitivement haut-de-gamme.

Enfin une nouvelle interface, avec du Bixby en français

Sans doute par peur de brusquer son public, Samsung n’a pas beaucoup touché à son interface maison, assez imposante, qui vient en surcouche à Android. Jusqu’au Galaxy S10, du moins. Car on a désormais droit à « One UI », qui rebat les cartes, intégrant un « nouveau Bixby » qui parle enfin français (même si c’est en beta):bixby

Pour être honnête, je ne suis pas fan des surcouches logicielles imposées par les constructeurs. Pour moi, elles alourdissent l’interface, font doublon avec tout ce que proposent Google et Android nativement. Leur but est souvent de vous « emprisonner » dans une marque en utilisant le Samsung Cloud (sauvegarde des fichiers), Samsung Pass (gestionnaire de mot de passe), SmartThings (la maison connectée de Samsung), l’assistant maison Bixby, le magasin d’applications parallèle de Samsung, etc… Huawei tente de faire la même chose, et je trouve ça tout aussi inutile. On peut bien entendu désactiver tout ça, et utiliser un maximum d’applications et services de Google, mais alors ça ne sert sans doute à rien de payer 999€ pour un Samsung.

Ceci étant dit, One UI de Samsung est rafraichissant et très paramétrable au niveau graphique. Les thèmes modifient l’apparence en profondeur. L’assistant Bixby, accessible via un bouton sur la tranche, s’illustre régulièrement sous forme de routines que vous pouvez configurer vous-mêmes (ou attendre que le smartphone le fasse pour vous). Exemple: la nuit tombée (à une heure précise, donc), la luminosité diminue fortement, le fond d’écran des menus devient sombre, le mode silencieux est activé, etc. Ça en deviendrait presque pratique, mais ça reste un peu gadget et il faut le dire, parfois un peu envahissant.

Durant deux semaines, j’ai donné quelques ordres à Bixby et il m’a bien compris. L’avantage, c’est qu’il contrôle la partie matérielle du smartphone, donc on peut juste appuyer sur la touche et lui dire, par exemple, de couper le volume, allumer la torche, baisser la luminosité, etc. A ce niveau, c’est pas mal. Pour le côté « Assistant vocal », on est loin de la polyvalence de celui de Google, nettement plus intelligent et capable de contrôler la plupart de vos objets connectés (c’est limité du côté de Bixby pour le moment).

Performances au top, tout comme les photos

Sans surprise, dans cette gamme de prix, les performances sont au top. L’Exynos 9820 fait des merveilles au quotidien, épaulé par 8 GB de RAM, 128 GB de stockage interne, l’étanchéité certifiée et une flopée de caméra. Celles à l’arrière incluent un capteur très grand angle, toujours pratique pour avoir plus d’image dans le plan. Il y a aussi un grand angle à l’avant pour mettre tous vos copains dans vos selfies.

Les photos sont pratiquement toutes réussies, quelles que soient les conditions lumineuses. On est dans la même veine que le Mate 20 Pro de Huawei, une des références en la matière.

Je tire mon chapeau à l’optimisation de la batterie. Samsung est parvenu à faire rentrer au chausse-pied une grosse batterie de 4.100 mAh, bien épaulée par un logiciel affuté au fil des ans. Tenir deux jours n’est pas du tout un problème, et la charge rapide est… rapide. A l’instar du Mate 20 Pro, on peut le charger sans fil et inversement, utiliser la batterie du S10 Plus pour charger sans fil d’autres smartphones ou accessoires (notamment les nouveaux écouteurs et smartwatches de Samsung).

Bref, c’est du très bon boulot.

J’ai noté deux petits défauts ergonomiques: le capteur d’empreintes digitales intégrées sous l’écran est trop bas (il oblige une gymnastique du pouce parfois désagréable), et il n’est pas toujours évident à trouver (il ne se met pas assez vite en surbrillance quand on manipule le smartphone). Notez cependant que ce capteur dit ultrasonique n’a pas besoin de s’allumer pour regarder votre empreinte, contrairement à la concurrence (mais ça ne le rend pas plus performant). Parallèlement, j’ai trouvé que le bouton physique principal (ON/OFF, verrouillage) était quant à lui trop haut sur la tranche droite du téléphone: il ne tombe pas naturellement sous le pouce, ce qui est toujours ennuyeux :chargeur

Conclusion

Le S10 Plus de Samsung est sans conteste l’un des meilleurs smartphones Android de l’année 2019, même si elle ne fait que commencer. Beau, élégant, étanche, performant, il est accompagné des fonctionnalités dignes des smartphones haut-de-gamme, comme le capteur d’empreinte intégré, la charge sans fil et inversée, l’écran splendide, les photos au top. Rien de surprenant dans cette gamme de prix (999€).

C’est au niveau de l’interface que Samsung a fait le plus de changement. One UI donne un coup de frais à l’écosystème sud-coréen, désormais épaulé par un Bixby qui comprend le français. Il faut aimer les assistants vocaux ‘propriétaires’ (c’est-à-dire non compatible avec d’autres marques de smartphone), mais celui de Samsung est de plus en plus pertinent. On reste cependant dans une politique « fermée » similaire au Siri d’Apple, contrairement à Google Assistant ou Amazon Alexa, qui sont intégrés par la plupart des fabricants d’objets connectés.

Donc en conclusion, si vous aimez Samsung et que vous avez 999€ à consacrer à un smartphone, vous ne serez pas déçu, que du contraire. Si vous vous en fichez de l’écosystème Samsung, ou si vous cherchez le meilleur rapport qualité-prix de l’année, passez votre chemin: il y a mieux (et moins cher) ailleurs. Il y a notamment un OnePlus 7 qui sera présenté dans quelques semaines, et on l’espère, le Xiaomi Mi 9, présenté à Barcelone.

Le Galaxy S10 Plus n’est pas spécialement le nouveau roi d’Android, car sa surcouche logicielle est tellement présente qu’on peine à voir du Google là derrière. Il y a d’autres marques qui mettent bien davantage Android à l’honneur, notamment Nokia et Motorola, n’ajoutant qu’une ou deux applications ou fonctionnalités maison. On attend toujours que Google prenne la peine de commercialiser ses Pixel chez nous, ce sera peut-être pour 2019…

Le S10 Plus est en revanche le meilleur concurrent de l’iPhone, au niveau des ambitions et de l’écosystème complet.