Archives du septembre, 2018

Des coques de smartphone à la fois très protectrices et jolies, c’est possible ?

Par Mathieu Tamigniau dans Pratique, Test , le 21 septembre 2018 16h30 | Ajouter un commentaire

C’est ce qu’essaie en tout cas de faire Rhinoshield, une société taïwanaise qui s’étend de plus en plus à l’international. Le marché de la protection de smartphone est en hausse constante. Les gens achetant presque systématiquement une housse, un étui, une coque ou une protection d’écran pour cet appareil qui prend de plus en plus de place dans nos vies.

C’est en 2012 à Taïwan que deux frères ont fondé la société. Des ingénieurs spécialisés dans la science des matériaux. Ils ont réussi une belle campagne sur kickstarter pour un projet de coque de style bumper (un genre de cerclage du smartphone, qui ne recouvre pas les faces avant et arrière) très résistante aux impacts. Il y a dans le matériau utilisé (shockspread) une structure en nid d’abeille qui absorbe bien les chocs. Le smartphone résiste ainsi aux chutes d’une hauteur allant jusqu’à 3,5 m.

Solides mais pas moches

« Rhinoshield vient de rhino – rhinocéros – et shield – bouclier en anglais », nous a expliqué Ludovic Corvers, un Liégeois expatrié à Taïwan pour s’occuper du développement de la marque sur les marchés francophones, notamment.

Mais dans un marché aussi vaste, avec des rayons remplis de produits à bas prix, comment se différencier ? « On mise sur la qualité de la protection (on dépasse les standards militaires américains), mais on fait attention au design, car il faut que les coques soient également jolies ».

Raison pour laquelle la nouvelle gamme Mod NX a été mise sur pied. Ce sont des coques dites modulaires: on peut se contenter du bumper (cerclage) de la couleur de son choix, mais on peut ajouter une face arrière (il y a de nombreux motifs) et modifier la couleur des boutons de volume et de verrouillage. Prix de départ: 30€.

On a mis la main sur quelques modèles et on sent la qualité du plastique utilisé, qui devrait être plus résistant que la coque achetée 3€ sur un marché. « Les coques et protection anti-chocs en shockspread sont produites dans le sud de Taïwan » par une usine tierce, sous la supervision de Rhinoshield.

Deux bémols

Deux petits bémols: les coques de Rhinoshield, dont le but premier est de bien protéger vos smartphone, rappelons-le, sont assez imposantes. Plutôt épaisses, elles dénaturent un peu le design de plus en plus fin et élégant des smartphones haut-de-gamme.

Autre reproche, mais il est bien logique car il faut bien calculer son coup, la liste de smartphones compatibles est limitée: selon les modèles, ça se limite aux iPhone uniquement, ou bien ça englobe les flagships de Samsung et OnePlus. « On essaie d’anticiper le succès d’un nouveau modèle. Avec l’iPhone, c’est facile », mais pour le reste, ça dépend du marché. Or, Rhinoshield vend principalement à Taïwan, où les modèles les plus populaires ne sont pas les mêmes qu’en Europe.

Donc pour répondre à la question initiale: oui, il est possible de trouver des coques très protectrices et jolies. Mais, forcément épaisses pour rester efficaces, elles vont alourdir le design de votre appareil.

Coque modulaire Mod NX

 

Coque complète Solid Suit

Cette barre de son Sony en envoie dans tous les sens, même verticalement

Par Mathieu Tamigniau dans Images et son, Test , le 5 septembre 2018 15h29 | Ajouter un commentaire

Comme tous les appareils électroniques, les barres de son doivent se renouveler et proposer régulièrement des nouveautés. Alors qu’en réalité, ce qu’on leur demande n’a pas vraiment changé depuis le début: améliorer sensiblement le son médiocre qui sort des téléviseurs.

Sony a une réputation à maintenir dans le domaine du son. C’est lui qui porte la norme ‘Hi-res audio’ depuis le début, persuadé que le grand public est sensible à l’argument du son haut-de-gamme. Il a sorti récemment un nouveau kit barre de son avec caisson de basse, le HT-ZF9. C’est plutôt cher (environ 799€), mais il prétend imiter une installation avec… 8 enceintes (7 plus un caisson de basse). Et surtout, il pourrait projeter le son verticalement.

Pari réussi ?

La barre de son HT-ZF9 de Sony est le plus perfectionné des modèles de la gamme 2018. Il n’est pas très encombrant malgré un format un peu aplati. Il n’y a que trois haut-parleurs sur la barre, et un subwoofer inclus qui se connecte sans fil à la barre: vous pouvez donc le placer où vous le souhaitez dans la pièce.

Contrairement à ce qu’on peut croire, la puissance est bien là. Si vous aimez les films d’action ou d’aventure bien souvent fournis avec des formats audio dernier cri (Dolby Atmos ou DTS:X), vous serez comblé. On en prend plein les oreilles: ça va très fort, mais les voix restent bien distinctes malgré la profusion de basses, gérée à la perfection. On n’en demande pas plus.

Quant aux effets surround, on se demande comment Sony s’y prend, mais on est effectivement enveloppé et le son semble venir de partout, avec seulement trois haut-parleurs orientés dans la même direction.

On vous passe les détails, mais en appliquant un certain filtre, les ingénieurs parviennent à faire du son 3D, y compris verticalement. C’est bluffant: on entend vraiment les objets de déplacer de haut en bas…

Bien entendu, il faut que le contenu diffusé soit compatible, donc il faut idéalement un Blu-ray 4H UHD avec des formats audio de grande qualité, ou un streaming Netflix en qualité maximale (UHD, avec l’abonnement le plus cher). Si vous diffusez une chaîne de télévision, il est fort probable que ne profitiez pas vraiment de ces effets verticaux. Et le bouton ‘Vertical Sound’ qui amplifie cet effet ne nous a pas convaincus.

Trop complexe ?

Le grand problème actuel du home cinema, c’est la complexité des sources et des canaux de diffusion. Les formats audio/vidéo se multiplient alors que l’équipement des particuliers et leur mode de consommation (streaming ou support physique) n’a jamais été aussi éclaté.

Beaucoup utilisent encore des DVD à la qualité d’image déplorable sur les grandes télévisions, d’autres préfèrent louer des films via leur décodeur Proximus ou Voo, et une petite partie des utilisateurs est équipée d’un lecteur Blu-ray dernier cri. Impossible de savoir qui est capable de diffuser quoi et comment… Dans la plupart des cas, votre barre de son haut-de-gamme sera donc sous utilisée, même si elle fera forcément mieux que les haut-parleurs de votre télévision.

Quoi qu’il en soit, et on l’a remarqué en passant de l’application Netflix (UHD) de la télévision au lecteur Blu-ray UHD fourni par Sony, la multiplication des formats est trop complexe pour le grand public qui n’y comprend rien. Et  même la barre de son, qui peut faire office d’ampli en reliant les sources HDMI (deux maximum), est parfois perdue, jusqu’à ne plus pouvoir diffuser le son en provenance de la TV ou du lecteur.

On est loin, par exemple, de la simplicité d’utilisation d’une barre de son Sonos (reliée en optical audio ou HDMI ARC), qui n’évoque jamais la compatibilité des formats, mais qui mise tout sur l’expérience de l’utilisateur.

Une barre de son intelligente, tout de même

La barre de son de Sony ne démérite pas pour autant. Vu qu’elle peut être reliée en HDMI à la télévision, elle affiche une interface de configuration à l’écran, ce qui est plutôt pratique (pas besoin de bouton et d’un écran sur la barre). Cette interface vous permet d’utiliser tout le potentiel ‘connecté’ du HT-ZF9: Spotify Connect, Chromecast et même Google Assistant.

Les deux premiers permettent à un smartphone ou une tablette de diffuser des musiques de Spotify ou des vidéos provenant de certaines applications (sous Android surtout) sur la barre de son et/ou la TV.

Google Assistant, à l’instar des enceintes Google Home, permet de parler à la barre de son en commençant par « Ok Google ». Ça sert à poser des questions, mais également à contrôler les objets connectés de la maison et la musique de Spotify.

Trois fonctions qui peuvent être très utiles au jour le jour.

Conclusion

Sans aucun doute, la barre de son HT-ZF9 de Sony offre des prestations haut-de-gamme dans un format très contenu. Le prix est élevé (799€ au lancement) mais la qualité, le rendu et la spatialisation du son sont vraiment une plus-value lorsque vous regardez un film, une série ou simplement un programme TV (car les voix se détacheront magistralement du reste).

L’effet vertical est bien présent mais il faut être dans les bonnes conditions: une source vidéo de qualité (Blu-ray UHD), et un emplacement bien en face et au milieu de la barre de son. Cet effet vertical est amusant mais ce n’est qu’un détail.

Autre qualité du fer de lance de Sony: la connectivité. Que vous utilisiez l’application Spotify ou YouTube, vous pourrez diffuser le son ou la vidéo sur la barre de son et la TV en un ‘clic’. La ZF9 est également compatible avec Google Assistant, l’assistant vocal intelligent aux multiples fonctions.