Archives du juillet, 2018

Samsung sort enfin un smartphone avec un bon rapport qualité/prix

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité, Test , le 18 juillet 2018 10h32 | Ajouter un commentaire

Vous cherchez un smartphone Samsung pas trop cher? Le Galaxy A6+ est le meilleur rapport qualité-prix de la marque, nous l'avons testé (PHOTOS)

J’ai déjà répété plusieurs fois que les smartphones de Samsung étaient devenus un peu chers pour ce qu’ils étaient. Le géant sud-coréen vient de me prouver le contraire: pressé par une concurrence chinoise qui ne cesse faire baisser les prix, Samsung a sorti un Galaxy A6+ disponible dans certaines grandes enseignes belges pour 322€ actuellement. Un des meilleurs rapports qualité-prix de cet été.

2018 est une année assez délicate pour Samsung, au niveau de la téléphonie mobile. Certes, les chiffres sont bons et le géant sud-coréen reste en tête en Belgique et sur d’autres marchés importants. Mais à trop tutoyer les sommets, Samsung se repose-t-il sur ses lauriers ?

C’est l’avis de certains analystes, qui lui reprochent un manque d’audace alors que la concurrence chinoise ne se contente plus de copier, mais innove (regardez le P20 Pro de Huawei). Ce qui pousse d’autres à estimer que les prix en hausse continuelle des fleurons de la gamme (Note 8, S9) sont difficiles à justifier tandis que ceux-ci, à l’instar des iPhone d’Apple, ne sont que des mises-à-jour des modèles précédents.

A6plus007

La qualité Samsung à 322€

Réaction de Samsung: un renouvellement intelligent du milieu de gamme. Le A6+ est arrivé à la rédaction de RTL info et nous l’avons testé. On le trouve à 322€ chez Vandenborre, l’enseigne s’alignant généralement sur le prix le plus bas des magasins belges.

La première réaction en manipulant l’A6+, c’est la qualité de la finition. Ceux qui n’apprécient pas trop la tendance actuelle au verre brillant et salissant se réjouiront de constater que l’A6+ est en métal poli, avec un tracé d’antenne original à l’arrière, qui lui donnerait presque un look « rétro ». L’assemblage est très bon, la prise en main aussi, grâce aux arrêtes arrondies.

Étonnamment vu le prix, l’A6+ arbore un grand écran 6″ AMOLED, dont seul Samsung a le secret: des noirs profonds, des couleurs riches. Il est au format 18.5:9 avec angles arrondis et affiche 2220 x 1080 pixels.

Notons également qu’au niveau du logiciel, le coréen ne zappe plus une version pour son milieu de gamme. Le A6+, sorti après le S9, tourne sous Android 8.0, la (presque) dernière version de l’OS de Google. Ce dernier est largement retravaillé pour intégrer la version 9.0 de Samsung Experience, l’imposante surcouche logicielle qui est certes encombrante par moment (l’assistant Bixby n’est jamais loin), mais qui est graphiquement intéressante et qui assure une continuité pour les fans de la marque.

Même la partie photo est de très bonne facture au regard du prix. A l’arrière, il y a deux capteurs: le principal est un 16 MP à ouverture f/1.7 tandis que le second est de 5 MP mais n’est utilisé que pour trouver la profondeur de champ dans le mode portrait (et permettre donc un ‘flou’ artistique en arrière-plan). Les photos de jour sont très bonnes: c’est dans la pénombre que l’appareil montre ses limites. Le capteur frontal de 24 MP fait quant à lui des miracles: les selfies affichent bien les détails et ne sont jamais flous.

Quant à la batterie de 3.500 mAh, elle est bien optimisée et permet de passer une très grosse journée sans problème.

A6plus001

Des petits défauts vite oubliés

Vendu initialement à 369€ (un peu avant l’été), l’A6+ a rapidement baissé son prix. Il est pour l’instant à 322€ en Belgique, mais il s’agit peut-être d’un prix promotionnel temporaire. Quoi qu’il en soit, vu toutes les qualités qu’on lui a trouvées, on ne peut qu’accepter quelques petits défauts.

Le premier ne se voit pas vraiment: la puce principale est une Snapdragon 450 (couplée à 3 GB de RAM), soit une configuration pas très puissante. Pour toutes les tâches quotidiennes (réseaux sociaux, internet, etc), ça ne posera aucun problème. On a même essayé un éditeur vidéo performant (Quik) et tout s’est très bien passé durant le montage. En revanche, pour certains jeux vidéo très gourmands, il faudra se contenter de graphismes de qualité moyenne. Rien de bien grave, donc, pour la plupart des utilisateurs.

L’autre petit défaut est plus gênant (et étonnant): l’A6+ est équipé d’un vieux port microUSB. Il n’est pas réversible, le débit du transfert de données est moindre, et il ne permet pas la charge rapide:

A6plus013

Enfin, notons que la mémoire interne n’est que de 32 GB (22 GB effectivement disponibles), ce qui n’est pas énorme. On peut insérer une carte microSD, heureusement.

Bref, notre conclusion est sans appel: l’A6+ coûte plus de 2X moins cher que le S9 (environ 729€ désormais) voire le Note8 (environ 799€), mais il n’est clairement pas 2X moins bon. Si vous avez l’habitude d’acheter des Samsung, n’hésitez pas, vous en aurez clairement pour votre argent.









Les vidéoprojecteurs se démocratisent et se simplifient: à quoi faut-il faire attention ?

Par Mathieu Tamigniau dans Images et son, Test , le 3 juillet 2018 11h11 | Ajouter un commentaire

Les vidéoprojecteurs se démocratisent et se simplifient: à quoi faut-il faire attention ?Longtemps considérés comme des produits de niche inabordables, voire réservés aux professionnels de l’audiovisuel, le projecteur est de plus en plus populaire.

On ne parle pas ici des ‘picoprojecteurs’, ces appareils à la puissance très limitée qui ne peuvent finalement afficher que des images de petites dimensions vu le peu de lumière qu’ils fournissent. Mais bien des projecteurs dits ‘traditionnels’, avec une lampe intégrée de grande puissance capable d’afficher des images de plusieurs mètres des diagonales sans problème.

epson
Un encombrement réduit mais tout de même, il faut lui faire une place…

Moins de 600€

Pour illustrer notre propos, nous avons testé le modèle EH-TW650 d’Epson, N.1 mondial des vidéoprojecteurs depuis le début des années 2000. Il s’agit de l’un des modèles entrée de gamme de la marque japonaise. On le trouve à 549€ en Belgique, ce qui est peu pour du Full HD (voir plus bas). C’est un prix minimum pour avoir une expérience vidéo digne de ce nom.

L’EH-TW650 est d’un encombrement raisonnable pour un vidéoprojecteur (en centimètres: 30L x 25l x 10H), mais ça reste tout de même encombrant et il faut lui faire une place au milieu du jeu de quilles (ou l’accrocher au plafond, mais ce n’est pas un bel objet de décoration).

Sa lampe affiche une puissance de 210 W, ce qui permet une sortie de 3.100 lumen. Ce qu’il faut retenir de ces chiffres, c’est qu’une certaine pénombre est toujours nécessaire pour profiter de l’image. Nous l’avons essayé dans le garage d’une maison et il valait mieux, en plein jour, ferme la grande porte pour avoir un rendu correct. Trop de soleil, et l’image pâlit bien vite. Pas de miracle, donc: on est toujours loin de la luminosité d’une télévision LED de base.

L’image qui sort est FULL HD, c’est-à-dire 1920 x 1080 pixels, soit le format d’affichage devenu standard au fil des temps. Elle est de bonne qualité grâce à la technologie 3LCD d’Epson, et il faut se rapprocher de la toile pour apercevoir les pixels, si la source est correcte. Nous avons essayé avec la diffusion d’un match de Coupe du Monde, et l’expérience était très satisfaisante. Les amateurs de 4K qui parviennent, eux, à déceler les détails, se tournent vers le haut-de-gamme (où les prix s’envolent…).

Au niveau de la taille de l’image projetée, elle va selon Epson de 30 à 300 pouces, soit de 76 cm à 7,6 mètres. En réalité, tout dépend du niveau d’obscurité de la pièce. Au plus il fait noir, au plus vous pouvez éloigner le projecteur du mur. On a testé avec une diagonale de deux mètres et elle supportait une certaine luminosité dans la pièce. Et deux mètres, c’est déjà une belle diagonale pour un particulier. Sachez qu’un mur blanc fera très bien l’affaire: la toile de projection n’est pas forcément nécessaire.

Enfin, signalons que l’installation est on ne peut plus aisée. On allume, on branche la source, on règle avec la télécommande ou avec les outils d’ajustement mécaniques. En quelques minutes, c’est fait.

connect

Un défaut: le son…

L’EH-TW650 est équipé d’un petit haut-parleur mono de qualité très moyenne, ne sortant pratiquement aucune basse. C’est mieux que rien, et ça permet de profiter directement une source HDMI (décodeur, console de jeu, lecteur DVD/Blu-ray), mais les mélomanes repasseront…

Pour un match de foot dans le salon, ça passe. Mais si vous êtes nombreux et qu’il y a du bruit (nos conditions de test: un match des Diables Rouges entre amis…), on n’entend plus qu’un bruit de fond, et pas du tout les commentaires du match.

Pour une meilleure expérience, il faudra le relier à un ampli, avec un bon vieux câble coaxial rouge et blanc (voir ci-dessus). C’est sans doute le principal inconvénient de ce modèle: il n’y a pas d’option de sortie mini-jack permettant de diffuser le son sur une petite enceinte moderne. Et pas de Bluetooth non plus.

recul

A quoi faut-il faire attention ?

Il existe bien d’autres marques de vidéoprojecteur visant les particuliers. BenQ offre également un bon rapport qualité-prix et une large gamme, même s’il n’est pas très présent en Belgique. Au moment de faire votre choix parmi les modèles à prix raisonnables, gardez trois choses importantes en tête:

La qualité de l’image: minimum Full HD (1920 x 1080) si vous comptez diffuser des films ou la télévision. Evitez les configurations inférieures baptisées VGA, HD Ready, WXGA.

Le son: certains projecteur comme l’EH-TW650 intègre un petit haut-parleur, mais c’est rarement suffisant. Essayez de tester avant d’acheter. Ou veillez à ce qu’il y ait des options faciles pour diffuser le son ailleurs.

La durée de vie de la lampe: les prix ont baissé, heureusement (75€ pour notre projecteur de test), mais les lampes sont des consommables. Epson promet 4.500 heures minimum, ce qui fait déjà quelques années de soirées TV, mais ces lampes sont fragiles et elles peuvent casser en cas de mauvaise manipulation, ou tomber en panne.