Archives du mars, 2015

HTC One: toi, je t’ai déjà vu quelque part…

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité, Test , le 31 mars 2015 16h21 | Ajouter un commentaire

htc1Le dernier fleuron du constructeur taïwanais ressemble comme deux gouttes d’eau à son prédécesseur. Est-ce une tare ? Nous l’avons essayé durant deux semaines.

Dans la guerre sans merci que se livrent chaque jour les très (trop) nombreux fabricants de smartphone sous Android, il devient de plus en plus difficile de se démarquer.

Alors que Samsung a opté pour un écran incurvé sur les côtés de son Galaxy S6 Edge qui sort dans quelques jours, un autre grand nom du smartphone est sur le point de mettre en vente un nouvel appareil haut-de-gamme: HTC.

Le Taïwanais n’a pas pris de risque, en reconduisant pratiquement à l’identique le design des versions précédentes de son célèbre One. Le M9 est donc facilement reconnaissable, avec sa carapace en métal, ses deux grilles de haut-parleurs et ses discrètes lignes blanches. Originalité: il y a deux tons dans le métal: sur notre exemplaire de test, le dos était gris, et les bords dorés. C’est qu’il soigne son apprence, ce nouveau One… HTC promet que ce métal est inrayable, tout comme l’écran.

Quoi de neuf ?

A part des performances forcément plus musclées, grâce à un processeur Qualcomm Snapdragon 810 et 3 Go de RAM, les principales nouveautés du cru 2015 d’un smartphone toujours aussi haut-de-gamme sont logicielles.

En effet, la surcouche « Sense » en version 7.0 est très réussie, et apporte son lot de nouveautés sous Android Lollipop (5.0.2), surtout au niveau de la personnalisation de l’interface. Cela passe par des thèmes à télécharger gratuitement, et qui modifient les icônes, les fonds d’écrans, les menus, etc. Ces thèmes eux-mêmes sont personnalisables, par exemple à partir d’un photo personnelle.

Il y a également ce groupe d’icônes d’applications sur l’écran d’accueil, qui varie en fonction de l’endroit où l’on se trouve (travail, maison et sortie). Les applis les plus utilisées s’affichent automatiquement, après quelques jours d’utilisation. Amusant mais loin d’être indispensable.

N’oublions pas « BlinkFeed », une petite exclu d’HTC. Il s’agit d’un écran supplémentaire, à l’extrême gauche de votre bureau, qui rassemble tous les contenus qui vous intéressent (articles thématiques à choisir, fil d’actus Facebook et Twitter, etc). Cela peut s’avérer pratique à l’usage, même si le contenu est essentiellement français. Pour les fainéants qui n’ont pas le courage de lancer plusieurs applis pour se tenir au courant de ce qu’il se passe dans le monde ou sur les réseaux sociaux, BlinkFeed pourrait devenir incontournable.

Quel son!

Le HTC One M9 parvient à encore améliorer le son produit par les haut-parleurs stéréo, qui sont par ailleurs sur le devant du téléphone. C’est pour cette raison qu’il y a encore de fameux « bords » en haut et en bas, pour accueillir le « BoomSound ». On sent même la spatialisation générée timidement par la technologie Dolby intégrée. Au final, si on tient bien le smartphone devant soi, on peut apprécier un vrai son stéréo, d’une qualité rarement atteinte sur un téléphone. Du très bon travail.

Quant à l’appareil photo, HTC a rangé l’optique supplémentaire qu’il y avait à l’arrière, et a mis un bon capteur de marque Toshiba de 20 MP. Là aussi, la qualité est au rendez-vous, sans bouleverser le genre. Quant à l’appareil photo frontal, il est de 4 MP, et permet de beaux petits selfies, même dans des conditions de lumières plutôt basses.

htc2


Conclusion

Le HTC One dans sa version M9 est un bien bel objet. Son châssis en métal (argent sur le dos, doré sur les côtés) est une prouesse technique qui demande beaucoup de travail pour l’assemblage, même si au final, cela passe assez inaperçu.

Le design n’a pas vraiment changé, mais la finition est proche de la perfection: solidité, assemblage, rigidité… C’est juste parfait à prendre en main.

On se pose alors la question: faut-il forcément modifier un style qui a fait ses preuves, même si c’était il y a trois ans ? Dans l’absolu, non. Pensez à Porsche et sa 911, qui peaufine une même silhouette depuis des dizaines d’années.

Mais dans le cas présent, on parle de smartphone, ces appareils que l’on remplace en moyenne tous les deux ans, et dont le nouveau modèle arrive chaque année…

Du coup, même si le HTC One M9 n’a aucun défaut apparent, on se demande s’il connaitra le succès promis au Galaxy S6 et à l’iPhone 6, surtout à cause de son prix: 749€ (32 GB de stockage interne). Il s’adresse avant tout aux puristes de HTC.

On a testé la réparation de smartphone à domicile

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité, Pratique, Test , le 26 mars 2015 09h29 | Ajouter un commentaire

Changer l’écran de son téléphone plutôt que d’aller en acheter un nouveau: vous êtes de plus en nombreux à le faire. Les boutiques se multiplient et pour se démarquer, une enseigne a décidé de réparer votre smartphone… chez vous. J’ai testé le concept pour vous.

t1Cela fait très longtemps que la plupart des gens changent de téléphone portable en moyenne tous les deux ans. Une batterie qui s’essouffle, un écran griffé, un gros coup dans le coin après une chute, une interface trop lente… les problèmes ne manquent pas.

Pour le « téléphone lent », il n’y a hélas pas grand-chose à faire : les systèmes d’exploitation et les applications se mettent très souvent à jour, pour exploiter l’évolution technique des nouveaux modèles, plus puissants et/ou avec plus de fonctionnalité. On n’arrête pas le progrès (même si parfois on aurait bien envie…)

Vous êtes de plus en plus nombreux à réparer

En revanche, pour les autres soucis que rencontrent de nombreux smartphones, il est possible de faire quelque chose pour éviter de le remplacer. Un principe très simple, finalement, qui s’appliquait à tous nos appareils il y a une vingtaine d’années: les faire réparer !

Ça n’est pas nouveau, mais visiblement les Belges se de plus en plus disposés à le faire. Le magasin iFixTech, qui ne comptait à l’origine qu’un seul réparateur (son fondateur…), a désormais plusieurs employés et a même investi dans des machines pour fabriquer lui-même la « vitre » qui compose les écrans.

« Cela a grandement réduit le coût des pièces, et donc la facture finale pour le client », nous a expliqué Jeremy Golender, qui nous a rendu une petite visite un peu particulière.

t2Un service à domicile

En effet, après un premier magasin à Overijse et un second Avenue Louise à Bruxelles, la petite société a lancé un nouveau service il y a quelques mois: la réparation de smartphone à domicile. Nous l’avons testée pour vous !

La première étape est de remplir un formulaire sur le site iFixTech.be, ou d’appeler la boutique (il sera bientôt possible de le faire via une application). Il faut expliquer le problème, donner ses disponibilités, etc…

Ensuite, un rendez-vous est fixé, et un technicien vous rend une petite visite. Il se déplace avec une voiture bien reconnaissable (surmontée d’un grand smartphone…), des petits outils et un grand buvard pour ne pas salir votre table et ni perdre de petites pièces.

S’il s’agit d’un simple remplacement d’écran cassé, cela peut aller très vite. Nous avons testé le service de réparation à domicile avec un Nokia Lumia 1020 complètement mort, tombé sur l’écran et qui ne réagissait plus à rien. La vitre était brisée sur toute sa surface.

« C’est souvent uniquement l’écran. Parfois, on peut se contenter de remplacer la vitre, le reste des composants étant encore fonctionnel. Mais ce n’est pas le cas avec tous les smartphones ».

t3Seulement 10 minutes

Dix minutes (et une dizaine de manipulations délicates) plus tard, l’appareil démonté puis remonté avec un nouvel écran se réveille. Ce n’était donc que ça… Test réussi !

Jusqu’à présent, « ce sont surtout les entreprises qui sont intéressées par ce service à domicile, qui est par ailleurs très répandu dans d’autres pays », selon Jeremy.

La facture dans notre cas s’élevait à 200€, hors frais de déplacement. Mais ce sont surtout les pièces de notre écran qui coutaient cher. A titre d’exemple, une telle réparation pour un iPhone 4/4S ne coûte plus que 65€ (alors qu’il fallait compter 140€ il y a deux ans).

Un forfait de 15 euros pour les déplacements

Le déplacement est facturé 15 euros au particulier, mais pour les entreprises, « nous envisagerons peut être un service à domicile gratuit en fonction du nombre d’appareils à réparer ».

L’avantage de la réparation à domicile ? Le gain de temps. Si vous allez en boutique avec votre appareil cassé, il n’y aura peut-être aucun technicien disponible pour le réparer directement. Vous devrez soit attendre, soit revenir le chercher quelques heures plus tard.

Or, être séparé si longtemps de son smartphone, c’est… difficile pour certains.

FixMeStick: la clé USB de la dernière chance pour réanimer votre PC

Par Mathieu Tamigniau dans Pratique, Test , le 19 mars 2015 16h15 | Ajouter un commentaire

f1FixMeStick pourrait devenir votre clé USB préférée: elle est capable de débarrasser votre ordinateur de tous ses virus dans devoir lancer Windows, souvent paralysé par ces logiciels malveillants.

C’est le mal du 21e siècle: des milliers de personnes, pour ne pas dire des millions, sont victimes chaque jour de l’infection… de leur ordinateur.

Certains vont même jusqu’à en acheter un autre, pensant que tout est perdu, que leur machine est trop lente parce qu’elle a « déjà » 4 ans. Souvent, c’est à cause de la présence de virus, ou plutôt de logiciels malveillants au sens large, qui monopolisent les ressources de l’ordinateur pour en analyser le contenu, transmettre des informations à des serveurs, lancer des fenêtres ‘pop-up’.

Dans la plupart des cas, ces ‘malwares’ sont tellement envahissants qu’ils paralysent les ordinateurs moins récents (et donc moins puissants), rendant également inutilisables les logiciels antivirus.

Impossible de scanner le disque dur, et donc d’isoler ces petits logiciels pour les empêcher de nuire.

Un antivirus qui n’a pas besoin de Windows !

Dans ces cas les plus désespérés, il devient alors nécessaire de réinstaller complètement Windows. Un processus long qui entraîne la perte de données personnelles… pour autant qu’on puisse retrouver le CD d’origine (ce qui pour la plupart des gens et un casse-tête).

Mais il y a une alternative, et elle permettra même conserver toutes les données personnelles: le FixMeStick. Il s’agit d’une clé USB qui contient plusieurs logiciels de sécurité (Kaspersky, Sophos et Vipre), et qui le gros avantage de tourner sous son propre système d’exploitation.

L’ordinateur n’a donc pas besoin de démarrer Windows (ou Mac OS) pour faire tourner les antivirus. Il démarre le propre OS du stick USB, une interface assez simplifiée qui vous permet d’analyser le disque dur, de repérer les logiciels malveillants et de les empêcher de nuire.

De plus, cela empêche les virus et autres spyware d’être actifs, car ils se lancent automatiquement au démarrage de Windows.

F2Et dans la pratique ?

Voilà pour la théorie. Nous sommes passés à la pratique en essayant de redonner vie à un ‘vieil’ ordinateur portable sous Windows Vista, qui mettait environ 10 minutes à démarrer, pour être ensuite pratiquement inutilisable. Nous avions auparavant essayé de supprimer les logiciels suspects et de faire tourner un antivirus, mais l’ordinateur se paralysait au bout de quelques tentatives.

Dans un premier temps, vue la lenteur de la machine, nous avons essayé la manière forte: forcer le démarrage immédiat à partir de la clé USB, en appuyant sur F8, F9, F10, F11 ou F12 juste après avoir allumé l’ordinateur.

Des options de démarrage ont fini par apparaître, mais jamais la possibilité de lancer immédiatement l’OS du stick USB. Une opération plus délicate, sans doute réservé aux experts.

Un peu de patience

Nous avons dès lors suivi la procédure standard: démarrer Windows normalement, puis dès que possible lancer le fichier « FixMeStick.exe » présent sur la clé USB. Comme l’ordinateur était très lent, cela a pris 15 bonnes minutes avant que le petit programme s’exécute.

Il a alors redémarré l’ordinateur dans le mode adéquat, à savoir l’OS du stick USB, qui a dès lors pu faire son job comme promis.

Après deux bonnes heures, le scan minutieux était terminé, et les (très nombreux) logiciels malveillants mis en quarantaine.

Quelques heures plus tard, l’ordinateur était mis à jour sans trop de souci, avec les dernières versions de Windows Vista, et à nouveau utilisable comme au premier jour (même si la batterie n’a plus que quelques minutes d’autonomie…).

Du bon travail, donc.

Le FixMeStick est dispo sur internet et chez Vandenborre au prix recommandé de 59€. Cependant, les antivirus qu’il contient seront véritablement efficaces durant 1 an: après, il faudra payer pour les maintenir à jour.

Ce petit appareil ne servira donc peut-être qu’une seule fois, mais cela vous évitera d’acheter un nouvel ordinateur ou de faire appel à un professionnel pour récupérer vos données privées.

Voici le nouveau Samsung Galaxy S6 (et son grand frère arrondi)

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité, Test , le 4 mars 2015 10h12 | Ajouter un commentaire

Le constructeur coréen, qui a perdu beaucoup de part de marché (sur les smartphones) en 2014, mise tout sur son Galaxy S6 et S6 Edge, deux smartphones présentés la veille du Mobile World Congress de Barcelone. J’ai déjà pu essayer l’appareil qui sortira à la mi-avril.

samAlors que le Mobile World Congress n’a pas encore commencé, quelques fabricants ont tenté d’être la star de l’événement en présentant leur nouvel étendard la veille de coup d’envoi du plus grand salon des technologies mobiles – et Dieu sait si elles sont nombreuses et diversifiées.

Alors que le taïwanais HTC a montré un One toujours aussi beau à voir (du magnifique métal brossé) et à utiliser (un surcouche Android parmi les meilleurs), Samsung a tenu, dimanche soir, son désormais célèbre « Unpacked », version 2015.

Avec un appareil qui doit aider le Coréen à regagner des parts de marché, après une « petite » chute en 2014 (de 34% à 20%): le Galaxy S6 (et le S6 Edge), qui est, vous l’aurez compris, la sixième itération d’un téléphone qui a fait rentrer Samsung dans la cour des fabricants « premium ».

Acheter cela comme un ordinateur

Avant d’entrer dans le vif du sujet, précisons une chose: comme pour le HTC One M9, on reste un peu sur sa faim en termes de nouveautés fracassantes. Il faut dire que depuis un certain temps, les smartphones se suivent et se ressemblent. En réalité, les constructeurs ont fait le tour de la question, et ne savent plus trop quoi faire pour se démarquer.

Il faut s’y faire, en choisissant son smartphone comme on choisit un nouvel ordinateur. Et ne pas attendre chaque année une nouvelle fonction, une nouvelle application incroyable. Après tout, on a acheté pendant 20 ans des ordinateurs qui n’avaient de nouveaux que la vitesse du processeur.

Pourquoi arrondir les bords de l’écran ?

Néanmoins, cette année, Samsung a confirmé son envie de vendre des smartphones avec des écrans arrondis sur les deux côtés verticaux de l’appareil. Après le Galaxy Note Edge, place au Galaxy S6 Edge, présenté en même temps que le « simple » Galaxy S6. Mais il lui a volé toute la vedette, du moins pour ceux qui cherchent des téléphones originaux.

Le S6 Edge est assez cher: 849€ pour la version 32 GB. Outre un design vraiment inédit (forcément avec un écran arrondi), le Edge a deux petites fonctions amusantes: vous pouvez assigner une couleur à 5 contacts différents, et lorsque l’un d’eux vous appelle, les bords arrondis clignoteront avec la couleur liée. De telle sorte que si votre smartphone repose sur l’écran, vous saurez qui vous appelle sans devoir le retourner, ou sans devoir aller le chercher s’il n’est pas tout près de vous.

L’autre intérêt de cette courbure est de faire office de petit réveil. Posé sur le dos, la nuit, il peut afficher l’heure sur sa tranche si vous le tapotez.

Vous l’avez compris, cette courbure est avant tout une question de design. Un design heureusement très réussi, Samsung ayant, de plus, opté pour de nouveaux coloris, dont un « vert émeraude » très réussi.

Une courbure qui a l’air d’un gadget, mais qui demande une solide maitrise de la fabrication d’écran. Seuls Samsung et LG, les deux plus grands constructeurs d’écrans au monde, peuvent se permettre de s’amuser à tordre nos smartphones. « Il faut chauffer les composants à 800 degrés pour pouvoir plier l’écran », a-t-on appris lors de la conférence de presse.

s1

Et à l’intérieur ?

Forcément, conférence de presse oblige, le S6 est « le plus beau smartphone de l’histoire de Samsung », et la preuve que pour le constructeur coréen, « le futur, c’est maintenant ».

Au final, en y regardant de plus près, à part le Edge courbé, le S6 de base est simplement une nouvelle version d’un smartphone haut-de-gamme, rapide et au design soigné.

Il faut oublier l’étanchéité du Galaxy S5, et le port microSD. Tout se passe désormais dans la mémoire intégrée qui va de 32 GB à 128 GB. Un espace minimum suffisant pour la plupart des utilisateurs, cependant.

On a appris que le processeur dernière génération était encore plus petit, plus puissant mais moins gourmand en énergie.

L’écran de 5,1 pouces est « quad HD Super Amoled », ce qui veut dire en langage Samsung: avec beaucoup de pixels, des couleurs très criardes et un contraste extraordinaire.

Quelques petites nouveautés

Le S6, qui ne diffère du S6 Edge que par les courbures de l’écran, est prêt pour la recharge sans fil. Il est compatible avec les deux normes les plus courantes. Le socle de recharge sans fil est hélas vendu en option à 49€ (mais offert pour les précommandes).

Samsung a également fait un gros effort sur l’appareil photo, qui ferait (mais c’est à vérifier) des miracles en conditions de basse luminosité. De plus, et ça on a pu le vérifier: lorsque le smartphone est verrouillé, il ne faut que 0,7 seconde pour utiliser l’appareil photo, en appuyant deux fois sur le bouton d’accueil.

Enfin, toujours selon les dires de Samsung, la batterie du Galaxy S6, d’une capacité classique, pourrait être rechargée « en 10 minutes pour une durée d’utilisation de 4H », et serait « deux fois moins longue à recharger entièrement qu’un iPhone 6 ».

En conclusion, ce S6, qui était baptisé « project 0 », a pour ambition de faire oublier le S5, qui n’a pas convaincu le public, et de revenir en force dans la lutte contre l’iPhone 6 d’Apple. Le design est là, la qualité Samsung aussi (écran, finition, surcouche logicielle). Les nouveautés ne sont pas extraordinaires mais à part la taille, l’iPhone 6 n’avait rien de renversant par rapport à la génération précédente. La lutte s’annonce donc serrée.

deux