On a testé la tablette officielle de Google: faut-il craquer ?

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité, Test , le 21 janvier 2015 17h46 | Ajouter un commentaire

Cette fois, c’est HTC qui s’y colle. Le constructeur taïwanais, qui voit enfin ses comptes revenir dans le vert, a construit la Nexus 9, la tablette « officielle » de Google, tournant sous la version standard du dernier Android, Lollipop.

htc1

C’est HTC qui a eu l’honneur de fabriquer la « tablette officielle » annuelle de Google, baptisée Nexus 9. Il s’agit surtout pour le géant californien du web de montrer une version épurée de son nouveau système d’exploitation, baptisé Lollipop.

La version 5.0 d’Android, le système d’exploitation mobile le plus utilisé dans le monde, reçoit avec la Nexus 9 un écrin esthétiquement simple, mais avec des caractéristiques haut-de-gamme: écran 8,9″ de 2048×1536 pixels, grosse puce Nvidia Tegra K1 64-bits cadencée à 2,3 GHz, 2 Go de RAM, 16/32 GB de stockage interne, Wi-Fi, Bluetooth 4.0, NFC, GPS et 4G (en supplément à 80€).

Vous l’avez compris, Google a sauté un cran au niveau de la configuration, et du prix. Il faut débourser 399€ minimum pour sa tablette « officielle », alors que le positionnement était plutôt milieu de gamme les années précédentes.

La prise en main est agréable, même si on cherche un peu les boutons (volume et alimentation), cachés sur la tranche. Plastique mat, cerclage en alu, dalle en verre… on est bien dans le haut-de-gamme. Seul le petit capteur photo, hérité d’un smartphone entrée de gamme de la marque, est décevant.

htc2

Alors, Lollipop ?

L’intérêt de cette tablette, c’est surtout qu’elle nous fait découvrir Lollipop, la cinquième et dernière version du célèbre système d’exploitation mobile Android, développé par Google. Cet OS, commun pour les smartphones et les tablettes, est « en cours de déploiement » sur certains modèles (mais les constructeurs sont rarement pressés de faire ses mises à jour qui leur demandent beaucoup de travail).

Parmi les plus notables nouveautés, on note un design coloré et épuré, baptisé « flat design ». Il y a également une meilleure gestion des écrans de notifications et de raccourcis, que l’on fait apparaitre en glissant le doigt du haut vers le bas de l’écran.

Le multitâche, la manière de passer d’une application ouverte à l’autre, a également été refondu. D’une liste de vignettes, on passe à affichage d’onglet à la verticale. Utile également (ça existait déjà chez LG et Nokia): la sortie de veille de la tablette en tapotant deux fois l’écran.

On peut désormais avoir plusieurs comptes sur une tablette. Vu que c’est un objet familial dans de nombreux cas, il est important d’avoir des sessions différentes, y compris une « invité » pour un usage limité et temporaire.

Le menu des réglages a également été revu en profondeur, mais c’est plus pour les initiés qui aiment trifouiller dans les entrailles de leur machine.

Et avec la configuration qu’elle affiche, comptez sur la Nexus 9 pour être d’une fluidité exemplaire en toutes circonstances (jeu, vidéo haute résolution, multitâche, traitement photo, etc).

htc3
Conclusion

Rapide, efficace, bien finie… la Nexus 9 de HTC est certainement une tablette qu’on vous recommande, et l’un des premiers appareils disponibles tournant sous une nouvelle version rafraichissante d’Android, Lollipop (5.0)

Un seul bémol: son niveau de prix (minimum 399€) la place dans la catégorie des tablettes haut-de-gamme: l’iPad Mini 3 est au même prix, avec toutes les qualités qu’on lui connait. Le splendide iPad Air 2 démarre lui à 499€, tandis qu’on trouve l’excellente Samsung Galaxy Tab S à 379€ chez Krëfel (avec le « vieil » Android 4.4).

De plus, il existe une très grande diversité de tablettes Android, les prix allant de 50 à 500€. Difficile de se faire remarquer, donc, même si on est un excellent produit… à moins de mettre en place la machine marketing comme Samsung. Mais ce n’est pas prévu par HTC et Google en Belgique.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire