CarAmigo: comment fonctionne ce nouveau concept de partage de voiture ?

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité , le 18 décembre 2014 12h37 | Ajouter un commentaire

Vous n’utilisez pas votre voiture tous les jours ? Elle traine dans la rue ou dans votre garage ? Depuis peu, une plateforme belge existe pour la louer à des particuliers, pour quelques heures ou quelques jours. Assurance, assistance: tout est prévu pour que cela se passe dans les meilleures conditions. Explications avec l’un des fondateurs de CarAmigo.be.

Mobilité, prix des carburants, pollution… se déplacer en voiture, en 2014, n’a plus rien à voir avec la situation d’il y a 20 ans.

Si les transports en commun sont sans doute l’inévitable solution, force est de constater qu’en Belgique, ils ne sont actuellement pas assez performants que pour être une alternative permanente à la voiture.

Mais on n’arrête pas le progrès: des solutions innovantes fleurissent depuis plusieurs années, principalement grâce aux nouvelles technologies.

Sites web et applications pour smartphone ont effet révolutionné notre manière de communiquer et d’interagir avec des entreprises, des bases de données ou d’autres personnes.

 

Location de voiture entre particuliers

CarAmigo est un bel exemple de cette nouvelle manière d’envisager la mobilité. Ce site belge a vu le jour à la fin du mois de novembre 2014, et se base sur l’idée d’un partage (payant) de voiture: des propriétaires particuliers louent leur véhicule à ceux qui en ont besoin, pour quelques heures ou quelques jours.

Ces propriétaires gagnent quelques dizaines d’euros par jour, et leur voiture est assurée (omnium) durant le prêt. Ceux qui empruntent le véhicule doivent bien entendu payer, et ils bénéficient d’une assistance dépannage de Touring.

Pour mettre ces deux catégories de personne en relation, il y a un site web, disponible également sur mobile, qui référence les voitures disponibles par lieu et par date. Une fois que le locataire a fait son choix, il entre en contact, avec le propriétaire. Puis il y règle sa note.

 

Comment les propriétaires sont-ils payés ?

« Nous avons une grosse base de données de voitures, et nous conseillons donc un montant au propriétaire, mais au final, c’est lui qui fixe le prix« , nous a expliqué Alex Gaschard, un des fondateurs de CarAmigo.

Dans le prix est prévu « 100 km par jour », et ensuite « on conseille au propriétaire de demander 30 centimes par kilomètre supplémentaire ». Mais à nouveau, c’est au propriétaire de mettre ses conditions.

Par exemple, sur les 22 voitures disponibles actuellement (c’est la phase de test avant le lancement des réservations en février prochain), il y a à Ixelles cette petite Peugeot 206+ de 2010, à 25€ par jour (mais tout ne va pas dans la poche du propriétaire, vous allez le voir).

Les conditions requises par CarAmigo sont mises en évidence sur le site. « Avoir 23 ans et 3 ans de permis minimum ; Avoir une carte de crédit au nom de la personne effectuant la réservation ; Faire un usage privé (non professionnel) du véhicule ; Rester en Belgique et dans les pays limitrophes (hors Royaume-Uni) ».

 

Un système d’étoiles et de commentaires

Pour ne pas tomber sur des conducteurs malveillants, « CarAmigo oblige les propriétaires à noter les conducteurs« , sinon ils ne reçoivent pas l’argent de la location. Il faut attribuer des étoiles et on peut laisser un commentaire, pour être plus précis.

Il est en effet essentiel que les locataires soient des gens soigneux et respectueux, sinon le système s’écroule.

« C’est comme pour AirBnB, quand on quitte l’appartement qu’on a loué à un particulier, on le laisse nickel« , a poursuivi M. Gachard. Sur cette célèbre application mobile qu’est AirBnB, on peut louer l’habitation d’un particulier, et il y a un système de notation à la sortie.

Car certes, il y a une assurance omnium. Mais si la voiture est couverte de boue au retour, ou si le locataire se présente avec une heure de retard aux rendez-vous… il n’y a pas grand-chose à faire.

Quant au modèle économique de CarAmigo, qui sert donc à mettre en contact des gens qui n’utilisent pas leurs véhicules tous les jours, avec ceux qui ont besoin occasionnellement d’une voiture, il est basé sur une petite commission. « Si la transaction est de 100€ sur deux jours, par exemple, celui qui prête son véhicule touche 70€, nous prenons 15€ et il reste 15€ pour l’assurance et l’assistance Touring ».

 

Le partage de voiture, une vieille histoire

Le « car-sharing » (partage de voiture ou « autopartage ») est assez vieux dans le principe, mais depuis les années 2000, il se généralise un peu partout dans le monde. Le leader mondial est Zipcar, qui comptait en 2012 730.000 membres, utilisant  11.000 voitures à travers les Etats-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l’Autriche et l’Espagne. En 2010, cela représentait 80% du marché de l’autopartage aux Etats-Unis, et environ 50% des utilisateurs mondiaux.

Son principe est plus proche d’une location intelligente de voiture que d’un réel partage. Vous payez un abonnement et vous recevez une carte magnétique. Vous réservez votre voiture à l’aide d’une application, qui sait où vous êtes et vous indique où sont les voitures les plus proches (l’idée est de s’y rendre à pieds ou en transport en commun).

Une fois que vous avez trouvé la voiture, elle s’ouvre à l’aide de votre carte magnétique, qui permet de savoir à la voiture que c’est bien vous qui l’avez réservée. Vous êtes ensuite facturé à l’heure d’utilisation (à partir de 10$), avec 180 miles gratuits.

 

En Belgique, il y a Cambio

Zipcar n’est pas (encore) disponible dans notre pays. Mais il y a des alternatives. La plus semblable est Cambio, où il y a également des frais fixes (abonnement) et des frais d’utilisation (à l’heure et au kilomètre).

Cambio est une initiative privée, mais soutenue par des partenariats solides avec les transports en commun. « Le projet pilote est né en 2002 à Namur, c’était une ASBL à la base, puis il y a eu des partenariats avec les transporteurs publics, qui sont désormais des actionnaires », nous a confié Frédéric Van Malleghem, directeur de Cambio Bruxelles.

Et ça fonctionne bien. « Nous sommes présents en Wallonie, à Bruxelles, en Flandre et en Allemagne. Et oui, nous sommes une société bénéficiaire, avec une croissance annuelle de 15 à 16%« .

Concrètement, les « 600 voitures présentes dans 30 villes » appartiennent à Cambio, et pour que « les 15.000 utilisateurs » puissent les réserver, « il y a un site web et des applications, qui permette également de localiser ou de signaler les dégâts« .

La concurrence de Cambio est à chercher dans plus directions. « C’est la petite citadine à moins 10.000€, qui pourrait faire réfléchir nos utilisateurs en ville. C’est l’arrivée de Uber, qui est aussi une alternative à la possession de voitures« , a conclu M. Van Malleghem.

Et bien, entendu, il y a désormais CarAmigo. Ce dernier ayant un gros avantage: les voitures sont chez les propriétaires (qui se trouvent un peu partout en Belgique), alors que celles de Cambio sont disponibles à des endroits stratégiques, et donc principalement dans les grandes villes.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire