Quelle tablette acheter en 2013 ?

Par Mathieu Tamigniau dans Comparatif, Mobilité, Test , le 31 octobre 2013 15h38 | Ajouter un commentaire

C’est loin d’être un scoop: les tablettes grignotent les parts de marché des ordinateurs portables depuis plusieurs années. Mais ce qui est nouveau, c’est qu’elles prennent des formes et des fonctions de plus en plus variées. Petits tests de quelques appareils qui démontrent que les tablettes ne sont plus de simples outils de divertissement. 

Un succès grandissant ces derniers mois, pour une raison bien simple: elles deviennent des outils de travail autonome.

De l’iPad qui servait à montrer les photos de vacances ou à jouer au « Village des Schtroumpfs », on est passé, en caricaturant à peine, à une Surface 2 de Microsoft, véritable « ordinateur ».

Port USB 3, couverture qui fait office de clavier rétro éclairé, suite Office complète intégrée… La nouvelle tablette du géant américain des logiciels a de plus en plus d’arguments en sa faveur.

Avantage: on peut passer en mode « bureau » classique – on peut même choisir de démarrer chaque session de cette manière – et retrouver les réflexes d’un PC traditionnel.

 

Surface RT ou Pro ?

Attention, cependant: avec la version RT (429€, 32 GB), vous ne pourrez installer que les applications du « store » (le magasin d’applications officiel de Windows 8), et pas n’importe quel .exe. Pour avoir cette souplesse supplémentaire, il faut opter pour la version Pro (879€, 64 GB), nettement plus costaude, mais également plus chère, et un peu plus encombrante. Mais elle est équipée d’un Windows 8 « normal ». Pour voir les différences entre les deux Windows, consultez cette page de Microsoft.

Une distinction un peu spéciale, d’ailleurs: avec la modeste tablette d’Acer (Iconia W3-810, 299€, 64 GB), on dispose d’un Windows 8 « normal » et non RT. Bien entendu, il y a de nombreux ralentissements, car le processeur Intel Atom ne fait pas le poids. La finition n’est pas top et l’affichage plutôt médiocre. Mais au moins, on installe ce qu’on veut, pour un prix limité.

 

Windows 8.1 manque encore d’application

On en vient donc au gros défaut de la Surface 2: les applications sous Windows 8. Elle se veut une tablette mais manque cruellement d’applications spécifiques disponibles via le store officiel.

Un manque certainement lié au problème de positionnement de Windows 8, qui oscille entre OS pour tablette et OS pour PC traditionnel. De quoi refroidir les développeurs, qui ont trouvé dans l’App Store des iPad et iPhone une plateforme très riche et surtout, très utilisée. Difficile de connaître les chiffres de téléchargement des applications Windows 8 via le store, mais on doit être à des années lumières d’Apple.

A titre d’exemple, sachez que Facebook, l’une des applications les plus téléchargées tous OS confondus, vient de faire son arrivée dans le store de Windows 8 ! Et que Twitter n’y est pas encore.

Bien entendu, il est possible d’épingler un raccourci du site sur l’interface moderne (celle avec les tuiles). Mais les fenêtres et les boutons des navigateurs sont nettement mois adaptés aux doigts.

Bref, il reste du travail, mais la Surface 2, à 429€, est une tablette d’excellente qualité, très fluide et avec la suite Office intégrée. Pendant deux ans, vous disposez également de 200 GB de stockage sur SkyDrive (le cloud, pour accéder de n’importe où à vos documents), et pendant un an, des appels internationaux illimités avec Skype.

 

Et pourquoi pas un ordinateur/tablette sous Android ?

Si les tablettes sous Windows ne vous tentent pas, pourquoi ne pas vous orienter vers un concept original signé HP. Le constructeur américain, qui connait toujours de grosses difficultés financières, ne peut plus se contenter de vendre des ordinateurs classiques. Il doit aller sur d’autres terrains, qu’il ne connait pas.

Le Slatebook X2 de HP va dans ce sens. Il s’agit d’une tablette sous Android que l’on peut fixer solidement sur un clavier. Ce qui donne trois avantages:

–          Position de travail et confort similaires à celui d’un ordinateur portable

–          Extension de l’autonomie grâce à la batterie supplémentaire contenue dans le clavier

–          Présence d’un ‘touchpad’ (une souris tactile), et donc d’un curseur à l’écran.

Ajoutez à cela une finition made in HP (donc très bonne), un stockage interne de 32 GB, le nouveau processeur NVIDIA Tegra 4 cadencé à 1,8 GHz, 2 GB de RAM et vous avez, pour 449€, un bonne alternative à l’iPad et à la Surface 2.

On regrettera tout de même un poids important (600 g ou 1,2 kg avec le clavier), qui peut faire basculer en arrière le Slatebook s’il n’est pas posé à plat. L’affichage est en retrait par rapport à l’iPad ou la Surface 2: le 10,1 pouces de 1920 x 1200 pixels (IPS) manque de lumière en extérieur, est trop brillant et ses noirs ne sont pas très impressionnants.

On voit également que HP n’en est qu’à ses débuts sous Android: la surcouche logicielle est pratiquement inexistante, et les quelques applications propres à HP très sommaires.

Ajoutez à cela un appareil photo de très mauvaise qualité (2 MP à l’arrière, 1 à l’avant), comme c’est trop souvent le cas sur les tablettes Android, et un clavier externe qui pose parfois soucis (le shift lock qui se bloque), et vous obtenez un sentiment mitigé. Disons que HP est la bonne voie en diversifiant son offre, mais qu’il y a du travail.

 

Conclusion

En automne 2013, quelle est la meilleure tablette? Si on s’en tient au sens initial d’un appareil mobile destiné à rester dans le salon pour divertir la famille, le nouvel iPad d’Apple est certainement la meilleure tablette du moment, voire de tous les temps.

Mais si vous pensez à quelque chose de plus productif, de plus original ou de plus souple, alors les tablettes sous Windows 8 peuvent être une alternative intéressante. Bien entendu, vous risquez de vous perdre entre les versions RT, les différentes configurations des constructeurs, etc… Mais cela devrait s’éclaircir.

Quant aux différentes tablettes sous Android, elles sont, à mon avis, le moins bon choix. Android 4.2 est encore trop adapté aux smartphones, surtout au niveau des applications courantes (Facebook, Twitter), et on ne peut s’empêcher de trouver un aspect brouillon, compliqué, à l’interface et aux paramètres.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire