Le Nikon AW1, premier COI qui peut aller sous l’eau

Par Mathieu Tamigniau dans Images et son, Test , le 4 octobre 2013 15h57 | Ajouter un commentaire

Depuis quelques années, les constructeurs, parfois en panne d’innovations, affublent nos gadgets électroniques d’une spécificité très intéressante: l’étanchéité et la résistance aux chocs.

Vous le savez: on dépense et on achète de plus en plus de matériel électronique, ceux-ci multipliant les écrans connectés, de la montre à la poche, en passant par le bureau.

 

Déjà protégé

Il est donc tout à fait logique de les protéger. Et au lieu d’investir dans des housses de protections parfois inefficaces et souvent encombrantes, il vaut mieux les acheter déjà protégés.

Le fabricant japonais d’appareil photo Nikon l’a bien compris. Si son AW1 n’est pas le premier appareil pouvant tomber et aller sous l’eau, il est le premier compact à objectifs interchangeables (COI, un mélange de reflex et de compact) du genre. Et – miracle – il n’est pas enrobé d’une couche de caoutchouc flashy.

Deux grandes spécificités permettent cette prouesse technologique:

  • L’étanchéité au niveau de la baïonnette (là où l’on fixe les objectifs) est réalisée par la présence d’un joint torique (en forme de donut) que l’optique écrase au moment du vissage.
  • Le déplacement du zoom est « interne »: on voit les lentilles bouger dans l’objectif, mais celui-ci est protégé par une vitre fixe, épaisse et résistante aux chocs. Pour être clair: il y a bel et bien un zoom mécanique, mais celui-ci est enfermé et protégé dans l’objectif.

 

Comme un J3

Sachez cependant que l’AW1 reprend l’ensemble des caractéristiques du J3, un modèle moyen de gamme: un capteur 1″ de 14 MP, un processeur Expeed A3 qui autorise une rafale à 15 images par seconde avec autofocus jusqu’à 22 vues. Le mode vidéo est de la partie, avec un enregistrement HDTV 1080 60i.

Même le flash est de la partie: il est étanche et peut être utilisé sous l’eau. En parlant de prise de vue sous-marine, notez la présence d’une mode « sous-marin » qui prend en compte les conditions spécifiques de ce type de photographies.

Tout ça pour dire qu’en plus d’être étanche (norme IPX8) à 15 mètres pendant 60 minutes, de résister à des chutes théoriques de 2 mètres (je n’ai pas essayé de laisser tomber le prototype qui m’a été confié quelques jours), à des températures de -10°… il prend aussi de bonnes photos et de bonnes vidéos.

 

Moins bien équipé, mais bon…

Ce baroudeur, est moins bien équipé au niveau des boutons de contrôles (c’est assez sommaire), et peut profiter d’une interface simplifiée qui peut se commander avec des secousses du poignet. Idéal pour les prises de vue sous-marines.

Il a également moins d’options: les professionnels exigeants passeront leur chemin, et opteront pour d’encombrants boitiers étanches dans lesquels placer leur reflex.

Mais l’amateur averti, en haut d’une montagne ou au fond de l’eau, va généralement faire du « point and shoot » (« viser et appuyer », si vous préférez). Et pour faire cela sans se ruiner en équipement de plongée ou de protection, l’AW1 est vraiment celui qu’il leur faut.

Cette belle initiative de Nikon, qui devrait être rapidement copié par la concurrence, a forcément un prix: 799€ en Belgique pour le kit avec objectif 1 NIKKOR AW 11-27,5 mm (zoom 2,5 x). Il n’existe pour l’instant qu’un seul autre objectif compatible: le 1 NIKKOR AW 10 mm (319 €).

 

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire