Arrêtez de faire des smartphones pour géant !

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité, Test , le 21 septembre 2013 11h20 | Ajouter un commentaire

Alors que tout le monde grandit ou veut grandir, certains constructeurs pensent encore à ceux qui n’ont pas des mains de géants, ou qui veulent simplement pouvoir mettre le téléphone en poche sans se casser le bassin.

C’est le cas de HTC, qui a choisi de décliner une version plus petite de son porte-étendard, le HTC One. Il l’appelle donc le HTC One Mini. Pour environ 400 euros, vous aurez un téléphone élégant, rapide et dont la surcouche (l’interface Sense 5) enjolive brillamment Android 4.2.2.

 

Pas mal de différences avec le « Maxi »

Les différences par rapport au One « normal » ?

L’écran 4,7 pouces 1920 x 1080 pixels est remplacé par une dalle HD IPS 4,3 pouces en 1280 x 720 (d’une qualité rarement observée sur un smartphone);

Le processeur Qualcomm Snapdragon 600 (quadri-cœur à 1,7 GHz) et ses 2 Go de mémoire RAM sont remplacés par un Snapdragon 400 (double-cœur à 1,4 GHz) et 1 Go de mémoire;

La capacité de stockage est limitée à 16 Go (attention, 4,5 Go sont  réservés au système d’exploitation et il n’y a pas de port micro-SD).

 

Du haut-de-gamme

Pour 99% de la population, ces caractéristiques sont largement suffisantes et on est bel et bien dans du haut-de-gamme. La finition est exemplaire, le look très soigné et l’interface tout le temps fluide. Il y a même quelques petites exclusivités propres à HTC.

Par exemple: sur le « panneau de gauche », un flux d’informations mélangeant intelligemment des tweets, des statuts ou photos Facebook, des actus, votre agenda, etc… Tout ça est paramétrable et devient vite votre écran préféré quand vous avez 3 minutes à perdre.

 

Ça fait du bien

Le sujet de cet article, c’est la taille – enfin normale – de l’HTC One Mini. Un « downsizing » qui va à l’encontre de la tendance « photophone » lancée par le Samsung Galaxy Note il y a quelques années, et qui fait des émules (Nokia et Acer, par exemple, sont sur le point de commercialiser un smartphone XXL sous Windows Phone et Android).

Mais surtout, un downsizing qui fait du bien. Depuis quelques années, je teste en moyenne un smartphone pas mois. Et chaque fois, je constate que la taille de leur écran grandit. Dans mon entourage, les gens sont unanimes: « C’est bien, c’est beau mais… c’est beaucoup trop grand« .

Personnellement, j’ai pris l’habitude des diagonales de 4,5 pouces, et je pensais même avoir du mal à me passer de ce confort de lecture…

 

Plus facile à manipuler

En testant le HTC One Mini, cependant, je me rends compte combien la taille « standard » des smartphones est plus discrète, plus facile à prendre en main, à manipuler, à mettre en poche.

Sur un grand smartphone, il est souvent impossible d’accéder à l’icône située dans le coin supérieur opposé avec une main. Il faut habituer son poignet à des torsions parfois désagréables.

Avec un format « Mini », qui est équivalent à celui des iPhone 1 à 4S, ça n’arrive jamais. Ça parait bête, mais à l’usage, ça change tout.

 

Le haut-de-gamme devient rare

Hélas, la plupart des constructeurs, sauf HTC (et Apple), ne veulent plus sortir des « flagship » (porte-drapeau, vitrine de leur technologie) dans ces tailles pourtant raisonnables. Nokia 1020, Samsung Galaxy S4, Sony Xperia Z1… il s’agit, à chaque fois, de smartphones pour géant.

Les seuls avantages que je vois à ces appareils XXL: regarder un film est plus confortable, parcourir des sites web mal redimensionnés n’est plus un problème, et certaines applications gagnent en clarté.

C’est plus ou moins tout… Car s’il y a plus de place pour mettre une plus grande batterie, celle-ci est davantage sollicitée par l’écran de grande taille et par la configuration souvent boostée (processeur, mémoire, etc).

Conclusion: arrêtez de faire des smartphones haut-de-gamme pour géant, et faites comme HTC: prévoyez des vraies versions « de poche », et pas des Mini qui sont des Maxi appauvris…

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire