Quand Samsung se la pète à New York

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité , le 15 mars 2013 11h51 | Ajouter un commentaire

Files incroyables sur le trottoir, devant la Radio City de New York, jeudi soir. Un concert de Léonard Cohen? Non, il vient en avril, lui.

En fait, il s’agissait du « Samsung Unpacked 2013 », qui était supposé être, à la base, une conférence de presse pour annoncer le dernier smartphone, le Galaxy S4. Des journalistes du monde entier étaient d’ailleurs invités par le géant coréen dans l’une des plus grandes salles de spectacles de New York. Mais sur les 3.000 personnes présentes, il n’y avait qu’un dixième, sans doute, de journalistes. Le reste ? Des partenaires, des employés, et quelques célébrités.

Ce n’était donc plus vraiment une conférence de presse, mais un show de présentation, à l’américaine. Devoir se battre pour assister à un « event », c’était une première, pour moi. D’autant que, rappelons-le, il s’agissait de la présentation d’un remplacement de smartphone (le S4 au lieu du S3), pas du lancement d’une nouvelle série ou d’un nouveau produit.

Bref, Samsung cherchait le « buzz ». Il cherchait à créer l’évènement, à faire parler de lui, comme Apple l’a fait à l’époque – mais plus sobrement et subtilement – avec les premiers iPhone et iPad.

 

Un vrai show

Pourquoi pas, me direz-vous? L’idée de faire du bruit autour d’un produit, à grands coups de marketing, tient la route. Les ingrédients ? Une foule sur le trottoir ; la télévision locale qui demande, avant de rentrer, d’où nous venons ; une salle de spectacle mythique, des acteurs et un orchestre de Broadway sur la scène ; une présentation humoristique qui n’oublie pas, heureusement, de rappeler les nouveautés du Galaxy S4.

Ça n’a pas tellement de sens pour l’utilisateur final, vous, qui lisez des articles pour vous faire une idée sur un produit avant de l’acheter (ou pas). Mais on est en 2013, et les marques ne se contentent plus des critiques des journalistes. Il faut d’abord être cool.

 

Et sinon, le S4 ?

Entre les interventions scriptées d’un maître de cérémonie (Will Chase, acteur américain et chanteur des comédies musicales) et d’un responsable produit de Samsung USA, on a pu voir les nouveautés du nouvel étendard de la marque, le Galaxy S4.

Extérieurement, pas de surprise: ça ressemble pas mal à l’ancien modèle. Les bords sont plus fins, il est moins épais, plus léger et « plus solide », a-t-on dit. Pas encore d’infos, étrangement, sur le processeur, qu’on annonce « plus puissant ». L’écran est de 5″ désormais, grâce aux bords raccourcis, et il a fallu trouver un nouveau nom: « Full HD Super Amoled ».

Il aura 2 GB de RAM, un stockage de 16 à 64 GB (plus un port MicroSD), un appareil photo de 13 MP à l’arrière, 2 à l’avant, et une batterie de 2600 mAh amovible. Rien d’extraordinaire.

Il aura de la 4G compatible avec un grand nombre de pays, et de nouvelles fonctions supposées vous rendre la vie « plus aisée, plus belle, plus riche ». C’est votre nouveau « Life companion ».

La plupart des nouveautés étaient, en fait, logicielles. Samsung a ajouté à Android 4.2.2 une flopée d’applications maison, qui le démarque de la concurrence. Mais elles sont plus ou moins utiles. On a l’impression, et Samsung n’est pas le seul, que les fabricants ne savent plus quoi inventer. Comme si un palier avait été atteint il y a quelques temps, et que maintenant, on peaufine.

 

Des applis « exclusives »

Quelques exemples au hasard:

  • « Dual camera », pour des vidéos utilisant les deux capteurs (avant et arrière) et intégrant deux images dans une vidéo. Un « père » est venu filmer son « gamin » qui faisait des claquettes sur scène.
  • « Drama shot », une option pour votre appareil photo. 100 images (oui, c’est ce qu’ils ont dit) sont prises 4 secondes pour en faire un mélange, une sorte de slow motion, mais sur une photo.
  • « S Translator », une application de traduction vocale. Vous parlez dans le smartphone en français, il énonce ensuite la traduction en chinois, que vous ferez écouter à votre interlocuteur. A tester, mais ça semble plus compliqué que la démo faite sur scène par des acteurs. Bon point: c’est intégré dans les mails, pour traduire directement un passage que vous n’auriez pas compris.
  • « Knox », un concept qui, à l’instar de la Balance de BlackBerry, sert à diviser le smartphone en deux « comptes »: un pro et un privé.
  • « Group play », partage la musique sur plusieurs Galaxy S4.
  • « S Health (Santé) », une série d’applications prenant soin de votre corps. Il y a même des accessoires prévus: une balance, un capteur de pulsations, un « S » bandeau.
  • « S-Voice Drive » permet de contrôler l’appareil avec la voix tout en conduisant roulant. Quand il est en mode GPS, le GS4 convertit automatiquement les textes en messages vocaux, pour vérifier vos messages sans devoir regarder l’écran.
  • « Smart Pause » met automatiquement une vidéo en pause lorsque vous détournez le regard de l’écran et recommence dès que vous le regardez à nouveau. « Smart Scroll », de son côté vous permet de faire défiler votre navigateur ou des e-mails sans toucher l’écran, uniquement grâce aux mouvements de vos yeux et de votre poignet.

Toute une série d’applications plus ou moins exclusives, plus ou moins intéressantes, vous en conviendrez. Et qui servent plus de vitrine que d’arguments de vente. Qui les utilisera, au final ?

 

Conclusion

En gros, Samsung s’est payé Broadway, comédiens et orchestre, pour se la péter. D’ailleurs, toutes les démos lors du show étaient préenregistrées et non « live », pour éviter le plantage.

Le Galaxy S4, qui débarquera en avril pour un prix estimé à 649€ (mais qui diminuera assez vite, contrairement à l’iPhone), n’en demeure pas moins un excellent smartphone sous Android. Sans doute le meilleur.

Le matériel est de bonne qualité, le logiciel a une base solide et des applications exclusives. On aurait aimé une caractéristique de plus, comme Sony qui a fait du Xperia Z un smartphone complétement étanche utilisable sous l’eau (ou sous la douche).

Il sera disponible en « Black Mist » et « White Frost ». En blanc et en noir, quoi.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire