Super, j’ai localisé mon MacBook volé: et après ?

Par Mathieu Tamigniau dans Pratique , le 7 mars 2013 18h10 | Ajouter un commentaire

L’informatique évolue de manière fulgurante, vous l’avez remarqué. Et les progrès concernent aussi la sécurité de vos données, voire de votre matériel. Il est désormais très simple, via un logiciel, de localiser un appareil et d’agir sur celui-ci à distance.

Une option intégrée d’office aux nouveaux appareils d’Apple, dont les ordinateurs portables. Sébastien s’est fait voler son MacBook samedi passé, à son domicile. « Ils ont fracturé la porte d’entrée en soirée. Ils ont tout retourné, tous les tiroirs et tous les vêtements. Ils ont pris deux ordinateurs portables et une bague« , nous a-t-il confié.

 

Verrouiller à distance

Ce que les voleurs ignoraient sans doute, c’est que iCloud, le service « dans les nuages » d’Apple qui permet de partager des photos, de sauvegarder des données, de synchroniser contacts et agenda, permet également de localiser l’appareil. Et d’intervenir, à distance, pour le verrouiller ou effacer son contenu.

Pour cela, il faut que les voleurs se connectent à internet, ne fut-ce que quelques minutes. « A 2h45, dans la nuit de samedi à dimanche, c’est ce qu’ils ont fait. Je pouvais faire apparaître un court message sur l’écran, j’ai mis ‘Dans tes dents’. Et ensuite, iCloud a verrouillé l’ordinateur« , a déclaré Sébastien.

L’ordinateur devient dès lors inutilisable. Sébastien a ensuite été au commissariat local pour faire une déposition.

 

Soupçonné par la police

« J’ai donné le numéro de série de l’ordinateur, l’heure de connexion et la localisation sur la carte« , qui est en réalité un point assez peu précis. Cela fonctionne à partir des réseaux Wi-Fi à proximité de l’ordinateur, peut-on lire sur le site d’Apple. « L’adresse est située à l’angle de deux rues. Il peut être dans plusieurs maisons« .

« On m’a dit que toutes ces informations étaient attachées au dossier, et transmises à la FCCU, la Computer Crime Unit. Au commissariat, ils n’avaient pas l’air de comprendre de quoi je parlais. Ils m’ont même soupçonné de quelque chose, car ils m’ont demandé comment je savais où se trouvait mon ordinateur… Je leur ai expliqué le principe du verrouillage via iCloud »

 

Quelle est la procédure ?

Est-ce utile ? Et cela peut-il accélérer le travail de la police ? Pour comprendre le cheminement de la procédure, nous avons contacté ce service de police « spécialisé dans l’analyse de systèmes informatiques et de télécommunication ».

« En effet, c’est une bonne chose de signaler lors de la déposition que l’on dispose de la géolocalisation de l’appareil volé« , nous a confirmé le commissaire Olivier Bogaert. « Mais il y a déjà un gros problème, c’est que la localisation n’est pas très précise. On a un périmètre déterminé, mais si c’est en ville, il y a beaucoup de maisons. Il est hors de question de rentrer dans toutes ses maisons pour vérifier si l’ordinateur s’y trouve. Si l’on enquête, on va affiner les informations, en trouvant notamment l’adresse IP« .

 

Si le Magistrat ordonne une enquête

Et le « si » du commissaire a toute son importance. Car localisation ou pas, il y a une procédure en Belgique. « Il faut que le Magistrat du Parquet ordonne une enquête, sur base du procès-verbal dressé par le commissariat. La FCCU en reçoit une copie à titre informatif uniquement. Nous sommes un appui technique avant tout« .

Et pour que le magistrat demande un travail d’enquête, il faut des éléments pour le convaincre de mettre des ressources humaines sur le dossier. « Si plusieurs ordinateurs ont été localisés à un même endroit, alors on peut soupçonner du recel. Si les policiers qui ont pris la déposition rassemblent des informations et soupçonnent des activités d’une certaine ampleur, ça peut éveiller l’intérêt du Magistrat. Mais pour un cas isolé, il y a peu de chance que des moyens soient mis en œuvre« , a poursuivi le commissaire.

C’est ce qu’on appelle « la proportionnalité ». On ne met pas de gros moyens humains et donc financiers pour retrouver un seul ordinateur portable…

 

Conclusion

Sébastien ne devrait donc jamais revoir son ordinateur portable, à moins que le Magistrat n’ordonne un devoir d’investigation, mais c’est peu probable. L’assurance va intervenir et il avait heureusement fait une sauvegarde de ses données.

Les voleurs, eux, se retrouvent avec un appareil verrouillé. Sur le site d’Apple, on peut lire qu’il est possible « de le faire déverrouiller dans un centre de réparation autorisé« .

Mais ils devraient dès lors, on l’imagine, prouver que l’ordinateur leur appartient, ce qu’ils ne pourront pas faire.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire