Faut-il craquer pour le Nokia Lumia 920 ?

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité, Test , le 26 janvier 2013 16h59 | Ajouter un commentaire

Le dernier bijou de Nokia coûte 599€. Il n’arrivera qu’à la fin février en Belgique, et sera livré avec un chargeur sans fil au début de sa commercialisation. Pour autant, Windows Phone 8 est-il le système d’exploitation qu’il vous faut ?

On le dit depuis près de deux ans, mais cette-fois, c’est la bonne: « Ça passe ou ça casse pour Nokia ». Depuis un « abandon » des OS maison et une « union » médiatique avec Microsoft en 2010, Nokia mise son avenir dans le monde du smartphone sur Windows Phone.

Le Lumia 920 est le dernier né de cette union qui n’a rien de privilégiée. D’autres constructeurs misent sur cet OS, comme HTC et bientôt Samsung.

 

Grand format

Doté d’un écran de 4,5 pouces (1280 x 768 pixels), ce Nokia est plutôt encombrant (1,08 cm d’épaisseur, 13 cm de long, 7 cm de large) et lourd (185 gr). Il a pourtant un design irrésistible. Rarement un smartphone n’aura autant donné l’envie d’être manipulé, montré, possédé. Les courbes, la prise en main, l’excellente finition, la coque monobloc de couleur vive, les boutons en céramique noir et l’écran en verre ‘Corning Gorilla’ y sont pour quelque chose.

Passée cette prise en main magnétique, attardons-nous directement sur l’argument principal de l’appareil: sa stabilisation optique (et même mécanique) extraordinaire. Comprenez par là que le capteur de 8,7 MP peut prendre des photos et des vidéos même si votre bras tremble ou que vous courez.

Le résultat est impressionnant. D’autant que l’objectif Carl Zeiss (f: 2,0, longueur de focale: 26,0 mm) fait de belles photos, même dans de faibles conditions de luminosité. C’est l’un des meilleurs smartphones dans ce domaine, si l’on met de côté le Nokia 808, un OVNI invendable.

 

Windows Phone 8, toujours aussi propre

Ces caractéristiques techniques sont donc exploitées par Windows Phone 8, la dernière version d’un OS à l’esthétique alléchante. Les icônes des applications ou des fonctionnalités peuvent désormais être redimensionnées et certaines d’entre elles sont dynamiques.

En fonction de leur taille, elles affichent plus ou d’informations sur votre écran d’accueil. Par exemple, l’application « New York Times » fera dérouler le dernier titre et la dernière photo. Le calendrier affichera votre prochain rendez-vous, etc. C’est pratique et plutôt joli.

De belles spécifications, un bel écrin, une interface fluide et très personnalisable… le Lumia 920 a, en plus, des applications exclusives de Nokia, comme le GPS et des logiciels de retouche, de partage et de capture originale de vos photos.

 

La meilleure alternative ? Oui, mais…

Est-ce dès lors la meilleure alternative à l’iPhone 5 et au Samsung Galaxy SIII ? Oui, sans aucun doute. Si Apple et Google ne vous intéressent pas, foncez. Mais – et ce n’est pas la faute de Nokia – Windows Phone a encore de sérieuses limites.

La première d’entre elles, c’est le manque d’applications. La plupart des entreprises désirant une présence sur les appareils mobiles se concentrent sur iOS et Android, qui ont déjà deux architectures différentes. Et elles n’ont pas forcément envie de consacrer encore plus de temps et d’argent à une troisième version, qui touchera de toute façon moins de 2% du public cible.

Exemples embarrassants: pas de Spotify, pas d’application de banque belge pour gérer son argent et faire des virements, pas d’applis pour les caméras IP que vous venez d’acheter, nettement moins de jeux intéressants, etc… Sans oublier les nombreuses et très riches applications de Google, qui a jugé que Windows Phone était trop anecdotique pour s’y attarder.

La deuxième limite, c’est la piètre qualité de certaines applis, même les plus populaires. Facebook et Foursquare, deux réseaux sociaux désormais incontournables, ont été tellement mal conçus que des versions développées par des tiers sont plus téléchargées que celles issues de Facebook ou Foursquare eux-mêmes…

 

Du gâchis

C’est bien dommage, car Windows Phone 8 a tout pour être un concurrent honnête d’iOS et d’Android. Prenez cette exclusivité de l’OS de Microsoft: l’interface originale permet de décortiquer les applications, et d’en épingler certaines fonctions/options sur l’écran d’accueil.

Exemple: TuneIn permet d’écouter des radios via internet. Au lieu d’avoir un raccourci vers l’application, puis de choisir sa radio, vous pouvez épingler votre station préférée sur l’écran d’accueil. C’est rapide, simple et ça personnalise encore plus votre smartphone.

Mais pour que la sauce prenne, pour que tous les développeurs exploitent ce beau potentiel, il faut du monde, des parts de marchés plus conséquentes, des millions de téléchargements…

 

Conclusion: l’oeuf ou la poule ?

On est donc au stade de l’antique question: « Qui est venu en premier ? L’œuf ou la poule?  »

Les développeurs disent: « Quand il y aura du monde sur Windows Phone, on fera aussi des (bonnes) applications pour cette plateforme ».

Les clients potentiels disent: « Quand il y aura assez de bonnes applications sur cette plateforme, on achètera des Windows Phone ».

2013 nous donnera de gros indices sur la réponse. Et espérons qu’elle soit positive: cet OS est rafraichissant, et Nokia fait de gros efforts pour sortir de bons appareils.

Le Lumia 920 sera disponible fin février pour 599€. Dans les premiers mois, il devrait être livré avec un chargeur sans fil d’une valeur de 70€. Il vous suffira de déposer le smartphone dessus pour le recharger !

Si vous êtes impatient, son petit frère, le 820, moins musclé et moins cher, arrive à la fin du mois de janvier.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire