Faut-il acheter Gran Turismo 5 ?

Par Mathieu Tamigniau dans Jeu vidéo , le 10 décembre 2010 18h21 | 6 commentaires

granGran Turismo 5 aura beaucoup fait parler de lui. Sans doute trop, et c’est pour ça que les critiques ne l’ont pas accueilli très favorablement. « Tout ça pour ça » se disent certains média. Il est vrai qu’on s’attendait à un gameplay modernisé, avec plus d’IA et la gestion des dégâts. A l’essai, on voit que ça n’a pas beaucoup changé :

  • Les files indiennes sont toujours là. L’IA reste pataude et peu réactive (elle ne tentera jamais de vous bloquer: les autres voitures font leur course, point).
  • On peut toujours se cogner aux autres voitures pour les dépasser dans les virages.
  • On peut toujours taper un mur pour rebondir et continuer sa course.
  • On attendait des dégâts, mais seules les voitures premium sont concernées, soit 200 modèles sur les 1000. Les dégâts peuvent influencer la course (obligation d’un passage au stand), mais seulement pour les parties en ligne, après l’installation de la mise à jour vers 1.03.
  • On attendait un éditeur de circuit, mais c’est plus un générateur de circuit: vous donnez quelques infos et le jeu se charge du reste.

C’est un choix, selon Polyphony Digital, qui veut rester fidèle à sa longue tradition.

Ceci dit…

GT5 reste un jeu exceptionnel: les voitures sont magnifiquement modélisées, et les 200 premium ont une belle vue intérieure, qui donne une impression de vitesse. Le nombre et la variété de voitures reste unique en son genre : on peut conduire une VW Lupo d’occasion et une Ferrari F1 de 2007. Il y a 1.000 voitures, dont des old timers.

Les courses sont nombreuses et variées, avec des changements météo intéressants. La progression dans le jeu est lente: il faut jouer de nombreuses heures avant d’accéder aux belles voitures et aux courses plus difficiles, comme l’endurance, la F1, etc. C’est assez long: vous ne pourrez pas acheter votre Lamborghini avant d’avoir atteint le niveau 15, et avant d’avoir assez d’argent. Car il ne tombe pas du ciel: il faudra le mériter.

Et surtout, il y a la 3D. Pour ceux qui ont la chance d’être équipé, c’est vraiment terrible. L’immersion se renforce, l’effet de vitesse aussi, c’est fort, et la PS3 est la seule à pouvoir le faire.

Conclusion

Oui, il faut l’acheter. Parce qu’il est unique en son genre, parce qu’il est complet et beau, parce qu’il est en 3D, parce que pour 60 euros, vous avez un jeu qui a pris 6 ans à être développé par des dizaines de personnes passionnées. Son gameplay est archaïque, c’est vrai, mais la magie opère toujours. L’ambiance « Gran Turismo » est là, ça sent le bitume et le pneu chaud.

Je conclurai par quelques chiffres: 60.000 millions de jeux Gran Tursimo vendus depuis la sortie du premier opus, il y a presque 13 ans déjà, sur une certaine PlayStation. Et en une semaine, GT5 a été vendu à 5,5 millions d’exemplaires dans le monde. L’engouement des fans reste intact, preuve que Sony a peut-être bien fait de ne pas trop changer le gameplay.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire