Need for Speed, Lapins crétins et Epic Mickey en test

Par Mathieu Tamigniau dans Divers, Jeu vidéo , le 1 décembre 2010 17h37 | Un commentaire>

D’autres jeux à l’essai cette semaine, peu avant la Saint-Nicolas : « Lapins Crétins: retour vers le passé », « Disney: Epic Mickey », « Need for Speed : Hot Pursuit ». Pour d’autres idées, voyez mes tests précédents.

nfsokNeed for Speed: Hot Pursuit. La série Need for Speed, après un long détour par la case « tuning », revient à ses origines: la poursuite. A vous de jouer au brigand sur les routes publiques en évitant la police, ou au flic d’élite en arrêtant les chauffards. Très bien réalisé, le jeu est toujours aussi orienté « arcade », avec de larges routes, des dérapages inévitables en virage et des exigences limitées en pilotage. Sans parler de l’IA, qui ralentit lorsqu’elle est en tête pour ne pas vous distancer, mais qui ne se fait jamais lâcher. Une double carrière s’offre à vous:  atteindre le niveau 20 en tant que pilote clandestin, et le niveau 20 en tant que flic d’élite. Vous débutez avec des « petites » voitures, mais en gagnant des courses sans vous faire choper, ou en arrêtant plusieurs chauffards, vous débloquez de nouveaux modèles plus rapides, plus résistants ou mieux équipés. Fun, jamais lassant, Hot Pursuit, dix ans après « Need for Speed III: Hot Pursuit » (un grand classique…), est unique en son genre. Sur PC, PS3 et Xbox. Environ 50 euros.

epicDisney: Epic Mickey. Un nouveau jeu avec Mickey, c’est plutôt rare. Et un jeu « sombre » avec Mickey, c’est carrément une grande première. Interdit au moins de 7 ans, Epic Mickey nous plonge dans un Disney Land qui n’a rien d’enchanté, ou alors par une vilaine sorcière. La souris mythique de Walt Disney a fait une bêtise en renversant du dissolvant sur les plans d’un magicien. Des années plus tard, il doit réparer ses erreurs, dans le « Monde de la désolation ». Pour seule arme, Mickey utilise son pinceau et projette du dissolvant ou de la peinture, pour effacer ce monde imaginaire ou pour le compléter. Votre progression en dépendra. Ça reste gentil: on ne tue pas vraiment les « méchants », on les chasse. La réalisation du jeu est exemplaire, son ambiance oscille magnifiquement entre nostalgie, mélancolie et joyeuseté. Un must have pour les possesseurs de la Wii, seule console concernée. Un seul regret: une caméra qui se place rarement de la bonne manière: très agaçant à la longue. Environ 40 €.

lapinsLapins Crétins: Retour vers le passé. Les lapins les plus célèbres du monde (hé oui, Bugs Bunny se fait vieux) nous reviennent dans leur environnement original: le jeu vidéo. Les anciens « ennemis » de Rayman sont désormais capables de voyager dans le temps. L’occasion, lors de chaque utilisation de la machine à laver temporelle, de jouer à des mini-jeux, à plusieurs si possible. C’est un vrai party game: ne cherchez pas de graphismes époustouflants ou de gameplay pointu. Ici, les fans de ces créatures absurdes pourront s’amuser dans des petits jeux amusants, rangés par catégories: voler, conduire, shooter ou ramasser des haricots… il y en a pour tous les goûts (une petite trentaine de jeux). Souvent drôles, mais souvent lassants aussi. Sur Wii uniquement. Environ 40 euros.


  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire