Nokia C7 et HTC Desire HD: quel smartphone choisir ?

Par Mathieu Tamigniau dans Comparatif, Test , le 5 novembre 2010 14h16 | 6 commentaires
Dans le monde hyperconcurrentiel des smartphones, deux petits nouveaux font parler d’eux. Deux grosses sorties, même si le Nokia N8, grand frère du C7 testé ci-dessous, est la star de l’automne du côté du constructeur finlandais. Le HTC Desire HD est aussi concurrencé, au niveau marketing, par les premiers téléphones du taïwanais tournant sous Windows Phone 7.

htc

HTC Desire HD (600 euros)

Cette semaine, un match de smartphone. Ou plutôt un match d’OS pour smartphone. Puisque nous avons le tout neuf Symbian 3, annoncé par Nokia comme « un grand changement » il y a quelques mois. Et la dernière version sur le marché d’Android, l’OS de Google (2.2 ou FroYo pour Frozen Yogourt).

Commençons par le HTC Desire HD, le dernier monstre du fabriquant taïwanais. On peut parler de monstre vu la taille de l’écran: 4,3 pouces, ou 11 cm ! C’est gigantesque, le plus grand écran pour smartphone que j’ai pu essayer. Peut-être même trop grand… On doit l’utiliser à deux mains car même un grand pouce ne peut atteindre l’extrémité de l’écran. L’atout principal de cet écran géant: il permet un surf optimal. Android 2.2 a amélioré le navigateur, désormais très rapide. Et en plus, son toucher est parfait, comme l’iPhone.

Parmi les autres nouveautés, il y a la possibilité de diffuser du contenu directement sur un téléviseur DLNA, dont on parlait la semaine passée. Ou d’utiliser la connexion 3G de son HTC sur un portable, sans installer d’autre logiciel. Sans oublier Google Maps Navigation, un GPS embarqué qui marche très bien.

Bref, c’est du lourd. Surtout que le capteur est de 8 MP, de quoi faire de belles photos et vidéos avec le flash LED. Tout ça à un défaut: l’encombrement et l’autonomie: un jour d’utilisation et il est plat. Et le prix aussi… comptez minimum 600 euros.

nokNokia C7 (400 euros)

Face à cette Rolls du smartphone, Nokia sort le C7 et le N8. Il communique plus sur le N8, avec lequel il a filmé un court métrage spectaculaire. Le C7 est moins performant mais il est plus élégant. Nokia est doué pour le design, c’est sur.

Passons de suite à ce qui nous intéresse: Symbian 3. Une révolution ? Pas du tout. Chez le constructeur finlandais, on préfère parler d’évolution. D’après les dires d’un product manager de Nokia Belgium que j’ai un peu questionné sur le « nouveau Symbian », Nokia cherche la continuité. « Pour ne pas perturber les habitués ». Il m’a aussi expliqué que Nokia était là depuis longtemps sur la téléphonie mobile, et que les smartphones ne sont que 20% du marché belge. Bref, les ambitions sont timides, je trouve.

Surtout que l’appareil à plus de 400 euros souffre la concurrence. Symbian simplifie son interface. « 200 pop up d’avertissement » assez pénibles ont été retirés. C’est déjà ça. Mais ça reste une interface lourde, avec encore trop de messages inutiles. Pourtant, les idées sont bonnes: plein de widgets/personnalisation des écrans d’accueil. Et une nouvelle fonction GPS : Ovi Cartes. Il permet la localisation, le partage de position, etc. Alors qu’on voudrait s’en servir comme GPS, ce n’est pas le plus simple à mettre en route…

Les idées sont bonnes, mais leur mise en application manque de simplicité. Deux exemples concrets de « la vie de tous les jours » :

Facebook: une petite boite en hp qui s’actualise toute seule. Vous cliquez dessus en pensant arriver sur l’appli facebook, comme sur tout bon smartphones. Mais non, vous ouvrez une application Ovi/Nokia, qui vous demande si vous voulez allez sur Facebook. Con.

Comptes mails : Symbian permet de configurer des boites mails, comme tout smartphone. Pour Gmail aussi, donc, mais sous forme d’une boite mail classique, sans fil de discussion. Ce qui n’arrangera pas tout le monde.

Mais il a un avantage: il est beau et a une belle autonomie. Et il est rapide une fois que l’application est lancée. APN: 8 mégapixels mais des photos moins bonnes que le HTC.

Conclusion

Ces deux smartphones ne courent pas dans la même catégorie, à plusieurs niveaux.

Le prix d’abord: le HTC est 200 euros plus cher que le Nokia.

Le design: Nokia soigne le look et sort un beau téléphone. Le HTC, pour être un smartphone si complet, doit faire l’impasse. Sa « dalle » est une « brique » et ressemble presque à une tablette.

L’OS: Nokia a comblé une partie de son retard, même s’il prétend ne pas vouloir devenir un « iPhone killer » ou un « Android killer ». Reste que c’est un smartphone à 400 euros, et qu’il n’est pas assez intuitif, ergonomique ni « user friendly ».

Mon choix: le HTC, parce que ma priorité reste un OS bien foutu, un grand écran précis et réactif. En revanche, si vous êtes fidèles à Nokia, si vous voulez un téléphone plus classe et plus discret, prenez le Nokia.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire