Archives du mars, 2010

Devenir « Google » avec Android: le test

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité , le 4 mars 2010 13h05 | 10 commentaires

lgDepuis longtemps, j’évoque les luttes entre Google, Apple et Microsoft (entre autres ennemis) pour imposer leur modèle globalisant de loisirs et de communication numériques aux utilisateurs. Il était temps de plonger au cœur de chacun de ceux-ci pour en ressortir les qualités et les défauts. Je commencerai par Google Android.

Il y a quelques mois, j’ai noyé mon iPhone alors que je gérais tout avec lui et mon Mac (contact, calendrier, musique, photos). J’ai donc ressorti mon vieux Nokia, avant de me plonger dans le monde de Google, un acteur incontournable – et que l’on pas envie de contourner. Après le HTC Magic sorti il y a quelques mois par Proximus (qui ne m’a pas convaincu), LG m’a proposé son dernier GW620, tournant également sous Android.

Pas la dernière version d’Android

Hélas, il ne s’agit pas de la dernière version de l’OS pour téléphone mobile de Google, qui équipe le fameux Nexus One (le pseudo Google Phone). Mais qu’importe: l’écran est grand, l’appareil est rapide et il y a un clavier coulissant pour faciliter les saisies de textes plus importantes (l’un des points faibles de l’iPhone). Tout ce qu’il faut, donc, pour se plonger entièrement dans l’univers de Google.

Car en effet, pour tester un des « mondes numériques » que proposent Google, Apple et consorts, il faut s’y investir. Surtout lorsqu’on utilise un téléphone exploitant la suite d’applications existant sur votre ordinateur (pour Apple) ou sur le web (Google). Si vous voulez en tirer le meilleur parti, il faut jouer le jeu. Un jeu parfois fastidieux…

Il s’agit par exemple, pour Google, d’utiliser ses contacts Gmail pour téléphoner (et donc mettre à jour les données de ses contacts, avec les numéros de téléphone), Google Calendar pour tenir à jour son agenda, Picasa pour organiser ses photos, Google Document pour ses fichiers, etc… C’est ce que j’ai fait.

La corvée des contacts

Le plus gênant, ce sont les contacts: il faut mettre de l’ordre dans Gmail, qui a pour habitude d’enregistrer toutes les adresses mail qu’il voit passer. Comptez quelques heures (!) pour fusionner vos contacts téléphoniques avec ceux de Gmail. Vous ne le regretterez pas, car un bon carnet d’adresse s’exporte facilement vers tous les autres systèmes. Voilà, vous pouvez maintenant communiquer comme vous le désirez avec vos contacts: mail, sms ou appel téléphonique – bientôt l’appel via Skype.

Pour le calendrier, ce n’est pas trop compliqué. Vous exportez celui que vous utilisez actuellement, vous l’importez dans Calendar. Puis, de votre logiciel de calendrier maison (comme iCal), vous vous abonnez à votre calendrier Google. C’est l’histoire de 10 minutes. Vous avez le principal. Le reste, Android ne le réclame pas pour fonctionner correctement. Pour vos photos, par exemple, Google n’a pas (encore) prévu Picasa pour gérer les photos que vous prenez avec votre téléphone, ni celles que vous voudriez consulter à partir de celui-ci. Idem pour Google Documents.

androAndroid, un bon soldat pour Google

Une fois que tout est réglé, « enjoy! ». Il faut le dire, Google a bien fait ça. Mais on le sait depuis quelques années – surtout depuis Gmail (en 2004), qui a révolutionné la messagerie web. C’est pratique, c’est logique et surtout, c’est centralisé. Toutes vos infos sont stockées chez Google et donc, peu importe votre support (téléphone ou ordinateur, pour autant qu’il soit connecté à internet), l’accès à vos données est garanti et protégé (si on vole votre matériel par exemple). Gmail fonctionne aussi bien sous Android que sous Firefox. Calendar fait le nécessaire (mais pas plus) côté agenda, et il suffit de synchroniser le tout pour que tout soit accessible en ligne et surtout, que ce soit sauvegardé.

Et surtout, c’est gratuit ! Car le même genre de service chez Apple (Mobile Me, plus complet et plus sophistiqué), est facturé 79 euros par an pour 20 Go d’espace. Chez Google, on tourne autour des 10 Go.

Et le matériel ?

Bien entendu, c’est super d’avoir des applications intéressantes mais il faut l’appareil pour les utiliser au mieux. Le LG GW620 coûte environ 379 euros. Avec ça, vous vous offrez Google Android et tous les avantages mentionnés ci-dessous. Chez Apple, l’iPhone est plus cher (à partir de 575 euros), mais, je dois l’avouer, encore meilleur que la concurrence, malgré son âge. Son écran demeure au dessus du lot (plus précis et plus réactif, il ne faut pas le taper mais l’effleurer), son interface reste la plus intuitive et son design le plus sobre. Il est moins musclé que la concurrence, mais il reste le meilleur à mon point de vue.

C’est un peu le nerf de la guerre entre Google et Apple. Apple offre de meilleures services mais à un prix nettement supérieur. Google est plus démocratique (gratuit et financé par la pub), donc plus accessible, mais parfois un peu moins performant. Un exemple simple: les mises à jour des OS sont gérées par le téléphone. Mon LG n’a pas la dernière version d’Android mais tant pis pour moi. Or, Apple détecte automatiquement une mise à jour du logiciel de l’iPhone quand vous le branchez, et c’est réglé en un clic.

Au niveau des applications web, en revanche, Google reste le maître du monde. J’ai évoqué Gmail, Calendar, Picasa et Documents. Mais il y a aussi Google Maps (cartographie, images satellites et itinéraire), Traduction, Blogger et Google Actu. Sans oublier la base de Google: un excellent moteur de recherche.

Bug des PS3: la panne est réparée

Par Mathieu Tamigniau dans Jeu vidéo , le 2 mars 2010 07h03 | 2 commentaires

bugSuite et fin du problème qui touchait la PS3:  Sony a rassuré les millions d’utilisateurs des anciens modèles de sa PlayStation 3 en annonçant que la panne constatée dimanche dans plusieurs pays avait été « réparée« .

La société « s’est assurée que les symptômes ont maintenant disparu et que les utilisateurs sont en mesure de se servir de leur PS3 normalement« , a déclaré en substance le directeur de la communication de Sony, Patrick Seybold, sur le blog de PlayStation.

La panne était bien due, selon la société, à un défaut de l’horloge interne de la console.  A la fin de l’article, on peut tout de même lire : « We apologize for any inconvenience this may have caused ». (« Nous nous excusons des désagréments que cette panne a pu causer »). Rien sur une éventuelle compensation…

Bug mondial pour la PS3: des milliers de consoles injouables !

Par Mathieu Tamigniau dans Jeu vidéo , le 1 mars 2010 12h32 | 39 commentaires

sanyC’est un vrai drame pour certains accros de la PlayStation 3, la console de salon de Sony. Suite à un problème « inconnu », une grande partie des joueurs ont été (ou sont encore) dans l’impossibilité d’utiliser leur console depuis dimanche, que ce soit pour jouer à certains jeux (sur Blu-Ray ou téléchargés) ou juste pour accéder à leur profil.

Pour la plupart, il s’agit du message d’erreur « 8001050F ». Sur le Twitter officiel de PlayStation, on peut lire, dans les grandes lignes, que Sony travaille sur le problème et que certains utilisateurs ont déjà retrouvé leurs accès (notamment ceux qui possèdent les derniers modèles dits « slim »).

Sur le web, on trouve d’autres infos: si dans un premier temps, on pensait que c’était un problème venant du réseau de Sony (le PlayStation Network, ou PSN), d’autres théories sont avancées. Comme un bug de l’horloge interne de la console (certains ont ainsi vu leurs données date/heure réinitialisées).

Sony muet

Sony ne dit rien. J’ai appelé le directeur marketing de Sony Benelux, et il a visiblement reçu l’ordre de… ne rien dire. Officiellement, Sony « travaille sur un problème » qui a lieu « dimanche« . Le constructeur prépare un communiqué officiel et entre temps, c’est « silence radio« . Pas une très belle manière de communiquer, surtout que vous êtes nombreux à être dans le cas…

Mes confrères français ont eu plus de chance. Ils ont reçu un communiqué de presse laconique. Sony y signale qu’il est « impossible de dire quand et comment ce bug sera résolu ». Le constructeur a également demandé aussi que « les utilisateurs concernés ne contactent pas le service client« .