L’iPad d’Apple a-t-il sa place sur un marché saturé ?

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité , le 28 janvier 2010 05h35 | 6 commentaires

appkle1Une fois n’est pas coutume, Apple ne m’a pas surpris. Et m’a presque déçu. Simplement parce que d’habitude, j’ai envie d’acheter ses nouveaux produits. Certes, sa tablette baptisée iPad sera certainement la plus ergonomique de sa catégorie. C’est sur la pertinence du produit que je m’interroge. L’iPad, qui se situe lui-même volontiers entre l’iPhone et le Mac, occupe-t-il un segment nécessaire ? Ou Apple a-t-il sorti « son » ebook, face à une concurrence qui a une longueur d’avance ?

Autant l’iPhone a tout son sens: une mobilité parfaite et une ergonomie adaptée à son format. Le tout couplé à une fonction de téléphonie mobile classique. C’est l’outil parfait des nomades. Le Mac est aussi un exemple dans sa catégorie, et ses qualités ne sont plus à prouver.

Un marché saturé ?

Entre les deux, Apple sort un iPad. Sur un marché tout de même saturé, ou tous les appareils (TV, console, baladeur…) – ou presque – proposent un accès au web. Pour ceux qui ont l’iPhone et le Mac, je n’en vois pas vraiment l’intérêt. Bien sûr, la version Safari embarquée, le navigateur web d’Apple, sera plus à même, sur son écran de 1024×768 pixels, de proposer une navigation optimale, presqu’égale à celle d’un ordinateur portable classique. Et, pour tout ceux qui s’impatientait d’acheter un ebook, l’appareil d’Apple offrira bien plus qu’un livre électronique.

C’est sans doute là que se trouve la clé du succès de cet iPad: la réussite commerciale de l’ebook, baptisé iBooks (sa nouvelle plateforme de vente de « livres ») par la marque à la Pomme. Si l’on retire cet aspect « livre électronique », facturé tout de même entre 8 et 15 dollars (autant en euro, comme d’habitude), l’iPad me semble occuper un créneau inutile.

En effet, pour moi, ce sera un iPhone ou un Mac. Pas un iPad… Mais tous les analystes savants prédisent le contraire !

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire