science fiction

Medina: bienvenue dans un monde de frayeur

Par srosenfeld dans action, Aventure, fantastique, plus de 16 ans, science fiction , le 17 octobre 2010 15h24 | Ajouter un commentaire

medinaSi vous êtes amateur de films comme Starship Troppers ou Aliens, cette nouvelle série est faite pour vous. Medina est le dernier bastion de résistance de la race humaine. Dans un  futur post-apocalyptique, une ville fortifiée tente de survivre contre l’invasion de créatures venues de l’espace, les Drax. Le moindre contact  humain avec ces monstrueux extra-terrestres se solde par d’atroces mutations. Les survivants n’ont pas d’autre choix que d’éliminer les infectés. Mais un espoir se dessine lorsque le soldat Karlov réussit à enlever une jeune femme de 14 ans aux Drax. La prophétie veut qu’elle porte en elle la « Grande Rédemption« .

Yacine Elghorri m’explique dans studio Bd que sa collaboration avec le scénariste Jean Dufaux ( Djinn et de Murena) est née d’une passion commune pour les films de genre « à la John Carpenter » (The Thing). Très rapidement les deux compères s’entendent pour travailler sur une série qui comporte tous les ingrédients de ce type de production.

Dès la première page, ils nous plongent au coeur de l’action et annoncent leur intention de faire frémir au maximum le lecteur.  Le dessin de Yacine  Elghorri peut s’exprimer avec un maximum de liberté. Cela donne des cadrages spectaculaires très cinématographiques et des graphismes inspirés des effets spéciaux des séries B et des mangas. « Je veux que le public entre dans mon univers » m’explique-t-il. Ce premier tome constitue une introduction sans concession qui peut séduire ou repousser. A découvrir.

Medina, t1 aux éditions Le Lombard.

Scénario: Jean Dufaux.

Dessin: Yacine Elghorri.

Freak Angels: survivre dans un Londres post-apocalyptique

Par srosenfeld dans action, contemporain, fantastique, science fiction , le 31 juillet 2010 14h54 | Ajouter un commentaire

freakDans un monde post-apocalyptique, douze enfants présentent des pouvoirs surnaturels. Ils sont à l’origine du désastre. Dotés de capacités télépathiques exceptionnelles, ces êtres à part partagent leur vie avec les survivants de l’humanité. Dans un quartier de Londres, noyé sous des mètres d’eau, une communauté s’organise autour des Freak Angels. Ici, à Whitechapel tout est fait de récup’. La débrouille règne en maître.

Mais les rapports entre les Freak Angels qui semblent tous sortis du même moule sont complexes. Amour, ja­lou­sie, culpa­bi­li­té ou ven­geance, les tensions sont fortes. Surtout l’un d’eux, Mark, n’est plus là, banni après « avoir dépassé les limites ». Depuis il manipule des êtres pour provoquer l’anarchie dans la fragile communauté.

Dès les premières planches, le scénariste introduit le lecteur dans un univers post-apocalyptique très contemporain. Ses héros sont des êtres troublants. Si la ressemblance physique des personnages est un peu perturbante, elle est vite gommée par des traits de caractère propres à chacun. Loin de précipiter les évènements, le récit prend soin de développer la part de mystères de chaque Freak Angel.  

Plus l’his­toire avance, plus les questions se multiplient sur les évé­ne­ments pas­sés ou fu­turs. Le dessin privilégie la lumière aux zones d’ombre. Un choix qui oblige Paul Duffield à préciser chaque détail, chaque mouvement. Un travail d’orfèvre remarquable surtout dans les scènes de combat.  Une belle série commence. De la SF de qualité dans un format compact facile à lire. A suivre de très près.

Freak Angels,t1 aux éditions Le Lombard.

Scénario: Warren Ellis.

Dessin: Paul Duffield.

Fahrenheit 451: un acte de résistance contre la pensée unique

Par srosenfeld dans action, science fiction , le 11 juin 2010 07h45 | Ajouter un commentaire

farDans un monde qui pourrait bientôt être le nôtre, les pompiers n’éteignent plus les incendies, ils les provoquent. Lorsque la population entend les sirènes des camions rouges, elle sait qu’une maison va brûler et ses habitants « anarchistes » emprisonnés.  Ici, les hommes du feu sont un corps d’élite du pouvoir chargé de débusquer les derniers livres pour en faire des autodafés. Les livre sont interdits par la loi.  Pompier depuis 10 ans, Guy Montag rencontre une jeune fille aux goûts étranges qui va lui faire découvrir l’importance de la lecture en tant que liberté individuelle. Et soudain,tout bascule. Ses certitudes ne sont plus que des illusions…

La  pertinence des propos du roman de SF de Ray Bradbury, écrit en 1953 est plus que jamais d’actualité. En ce début de XXIème siècle, sa vision semble se rapprocher inexorablement de notre réalité. Des murs d’images comme seules références, des êtres « heureux » de ne plus penser pour « vivre  mieux« .  L’un des derniers grands maîtres de la science-fiction (encore en vie pour ceux qui en doutait…) signe  la préface de l’adaptation en BD. Une façon de revenir sur la genèse de son oeuvre.  Fahrenheit 451 qui fait référence à la température de combustion du papier est magistralement dessiné par l’artiste américain Tim Hamilton. Une composition graphique d’une densité et d’une qualité exceptionnelle. Du très grand art pour l’une des BD de la décennie.

Fahrenheit 451 aux éditions Casterman.

Scénario: Ray Bradbury.

Dessin: Tim Hamilton.

Speedway: bolides futuristes pour course mortelle

Par srosenfeld dans action, Aventure, science fiction , le 30 avril 2010 16h45 | Ajouter un commentaire

20100402speedwayt2À peine deux mois après la sortie du premier volet, suite et fin de ce récit d’anticipation qui allie sport automobile et science-fiction. Speedway met en scène une haletante course de Formule A se déroulant au XXVIIe siècle sur 13 planètes-circuits dont la planète A:Xis où disparurent, 500 ans plus tôt, des explorateurs dont nul n’a plus souvenance. Froilan, le héros, est la plus grande star du pilotage de ces bolides futuristes. Mais voilà, le héros semble avoir changé et ne plus accepter son sort de simple marionnette au services des intérêts financiers des organisateurs….Et cela n’est pas du goût de tout le monde.

Le scénariste Laurent-Frédéric Bollée est un grand spécialiste du sport automobile (il a assuré diverses chroniques à la radio et la télé). Il mélange ici drame fantastique lié à une expédition oubliée et des montées d’adrénaline provoquées par les péripéties sportives. La mise en scène est dynamique. Au dessin Siro s’amuse à créer des engins futuristes et des décors époustouflants. Les amateurs de Formule 1 et d’aventure vont aimer cette série en deux tomes avec notamment une caricature amusante de Bernie Ecclestone.

Speedway aux éditions Dargaud.

Scénario: Laurent-Frédéric Bollée

Dessin: Siro.