Enfants

Elie Semoun dans « l’élève Ducobu »

Par srosenfeld dans action, Aventure, Enfants, générationnel , le 6 février 2011 11h28 | Ajouter un commentaire

l-eleve-ducobu-film-photo-elie-semoun-01Largo Winch II, Tintin, Titeuf… et l’élève Ducobu. Les sorties cinéma adapatées de BD n’ont jamais été aussi nombreuses qu’en 2011. Une évolution logique tant les deux arts se mélangent et s’influencent depuis plusieurs décennies. Reste à trouver le bon acteur pour incarner le personnage inventé sur le papier.

Elie Semoun se lance dans l’aventure en devenant le professeur Latouche qui passe son temps à donner des zéros pointés à Ducobu, le cancre le plus célèbre du 9ème art.

Godi, le dessinateur de la série m’avoue: « Elie Semoun est tellement crédible dans son rôle que désormais son image se juxtapose à celle du dessin de Latouche lorsque je travaille ». Le comique dit s’être amusé et passionné pour ce professeur qui lui rappelle de lointains souvenirs. Je l’ai rencontré au festival d’Angoulême ainsi que Jean Van Hamme qui évoque les adaptations de ses séries « Largo Winch, XII ou Rani ». Un sujet vu dans le JT d’RTL TVi.

 

Spirou: le célèbre groom affronte des monstres sans cervelles

Par srosenfeld dans action, Aventure, Enfants, fantastique, générationnel, Humour , le 28 septembre 2010 17h27 | Ajouter un commentaire

spirouLe personnage emblématique des éditions Dupuis, Spirou renaît de ses cendres avec un nouveau duo. Vehlmann-Yoann doivent inscrire leurs pas dans ceux de leurs illustres prédécessseurs Rob-Vel et Franquin, entre autres. Si les deux compères reconnaissent dans Studio bd « s’être un peu mis la pression », ils ont surtout souhaiter garder l’esprit de la série tout en la modernisant.

Ce 51ème s’intitule « Alerte aux Zorkons » et plonge le lecteur dans une aventure semi-fantastique. Spirou qui,pour le coup, a retrouvé son costume de groom (cfr interview de Fabien Vehlmann à ce sujet dans le studio bd ci-dessous) doit affronter avec son ami Fantasio un village de Champignac envahi par une végétation énorme et des créatures bizarres. Zorglub est sur le coup, c’est sûr, mais qu’a-t-il bien pu se passer ? L’armée a bouclé le secteur.

Pari réussi pour cette résurrection. Fabien Vehlman construit un scénario très  malin qui permet de retrouver tous les personnages emblématiques de la série. L’action se passe à Champignac. « Pour éviter le côté plan plan du village bucolique » explique le scénariste « il fallait de l’exotisme d’où l’idée d’une jungle mutante ». Une aubaine pour le dessinateur Yoann qui tout en prenant comme référence Franquin trouve ici l’occasion de montrer tous ses talents. Son trait nerveux et son imagination apportent à l’album une dimension supplémentaire. « Les zorkons »dit-il « c’est un mélange entre un singe et mon chien ».

Alerte aux Zorkons, t51 aux éditions Dupuis.

Scénario: Fabien Velhman.

Dessin: Yoann.

Le Petit Poilu: les 400 coups à la ferme

Par srosenfeld dans Aventure, conte, Enfants, générationnel, Humour , le 27 juin 2010 16h13 | Ajouter un commentaire

poiluRetour du Petit Poilu, le héros des enfants de 3 ans! Je vous en ai déjà parlé. Il s’agit d’une bd géniale destinée aux enfants. Pas de dialogue, seulement des cases magnifiquement dessinées et un scénario toujours aussi malin.  

Le Petit Poilu est un bonhomme avec un nez rouge qui s’inspire d’un écolier. Comme chaque matin, il part avec son cartable. Mais sur le chemin de l’école, il se retrouve happé par un nouvelle aventure. En l’occurence une moissonneuse batteuse… Il rencontre kramik ( d’où le titre de cet album), le chat de la ferme qui l’emmène faire les 400 coups.

Avec intelligence,  Céline Fraipont et Pierre Bailly, signent à nouveau un épisode qui  fait mouche. Tendre, prévenant, honnête et curieux, leur personnage du Petit Poilu est toujours aussi attachant.

Cette histoire qui se passe dans l’univers agricole est à emporter sur la route des vacances. Loin d’être « gnan gnan », ce récit joue sur l’opposition entre un Petit Poilu un peu naïf et un chat antipathique qui cache pourtant une grande solitude. Les connaisseurs ne vont pas être déçus. Pour les autres, il est plus que temps de faire cette découverte.

Le Petit Poilu, Kramik la canaille aux éditions Dupuis.

Scénario: Céline Fraipont.

Dessin: Pierre Bailly.

Grrreeny: les pets sont-ils bons pour la planète?

Par srosenfeld dans contemporain, Enfants, Humour , le 19 mai 2010 17h28 | Ajouter un commentaire

images« Grrreeny » est un bébé tigre qui devient tout vert après un plongeon dans une eau polluée.  Alors il se pose des questions sur la planète avec ses copains. Accompagné de drôles de zigs, il découvre des définitions comme la biodiversité et  apprend les bases qui régissent la vie et l’influence des hommes sur la nature. Une aventure au pays de l’écologie mais avec des rebondissements, de l’humour, des découvertes et des déconvenues. Et à l’arrivée, grâce à « Grrreeny », les enfants trouvent des réponses à des questions incroyables. Saviez-vous que le kangourou fait des pets écologiques ? Qu’il existe un lézard capable de courir sur l’eau ? Qu’en Norvège certains bus roulent au caca ?

Midam, créateur de Kid Paddle, prend sa liberté et vient de créer sa propre maison d’édition pour développer son univers. Grrreeny est la première création de Mad Fabrik. Un objet « hybride » explique très justement Araceli Cancino qui est la scénariste de cette étrange bd. Mélange de dessin et de définitions bien documentées sur l’écologie, ce petit livre est idéal à emporter dans un petit cartable d’écolier. L’objectif est de réfléchir sur notre avenir à l’heure du réchauffement climatique mais sans tomber dans « la leçon de morale ». Comme le précise Araceli (la compagne de Midam qui ici réalise sa première expérience d’auteur) Grrreeny n’a pas un « humour gnangnan ». Vendu moins de 10 euros, ce bouquin de 80 pages pensé pour les enfants réussi son pari. C’est drôle et intelligent.

Les carnets de Grrreeny aux éditions Mad Fabrik.

Scénario: Araceli Cancino.

Dessin: Midam.

Le chat qui courait sur les toits: le Chat-Botté revisité

Par srosenfeld dans conte, Enfants, fantastique, Historique , le 19 mai 2010 07h03 | Ajouter un commentaire

couverture_bd_9782803625789La collection Signé du Lombard offre très régulièrement de petites pépites. Le chat qui courait sur les toits en fait partie. Cette libre interprétation du Chat-Botté de Charles Perrault est passionnante. Les auteurs reviennent sur la genèse du rusé minou. Tout commence par une malédiction. Le prince héritier d’un royaume où règne paix et prospérité est touché dès sa naissance par un mal étrange. Dès qu’il voit un animal, sa tête, par mimétisme, en prend l’apparence.  A sa première transformation, sa nounou décède de frayeur.  Le prince se retrouve alors isolé dans une tour loin des regards. Un jour, après des années de réclusion, il décide d’aller découvrir le monde pour peut-être trouver l’origine de sa différence.

Dès les premières pages, la magie opère. Le Chat qui courait sur les toits nous entraîne dans une fable de pure fantaisie. Les ingrédients classiques des contes de Perrault sont intelligement insérés dans un récit qui, sans le trahir,  renouvelle le genre. Les mots de notre enfance « il était une fois » trouvent ici l’un de leur meilleur point de départ. Les auteurs nous attirent dans leur univers à la fois terrible et facétieux. Les graphiques de René Hausman appuyés par une subtile colorisation sont des bijoux. L’imprécision de certains visages tranchent volontairement avec la justesse des décors pour donner une atmosphère extraordinaire. Les visages « animaliers » sont magnifiques. Cette excellence dans l’illustration serait vaine sans un récit parfaitement construit et orchestré par Michel Rodrigue. Ce conte merveilleux est un véritable coup de coeur.

Le chat qui courait sur les toits aux éditions Le Lombard.

Scénario: Michel Rodrigue.

Dessin: René Hausman.

Panique en Atlantique: Spirou rejoue le naufrage du Titanic

Par srosenfeld dans Aventure, Enfants, Humour , le 3 mai 2010 10h49 | Ajouter un commentaire

spirouSpirou, le plus célèbre groom de la planète bd, reprend du service sous la houlette de Fabrice Parme et Lewis Trondheim. L’occasion d’une nouvelle aventure incroyable et délirante pour les fans de ce personnage mythique et de son éternel acolyte Fantasio. Cette fois-ci, les deux héros quittent la terre ferme pour le grand large!

Suite à une restructuration économique, Spirou accepte de changer d’environnement de travail. Fini, le  Moustic Hôtel, le voici  groom sur un transatlantique. Mais ce premier voyage s’annonce mouvementé. Il y a Spip l’écureuil qui fait des siennes et Fantasio qui chasse le scoop. Pas facile de garder son sang froid avec ces deux là surtout lorsque l’on doit calmer une clientèle de milliardaires prompts à paniquer au moindre naufrage.

« Panique en Atlantique » joue la carte du décalage et reprend à sa sauce la catastrophe du Titanic dans une ambiance sixties logiquement très colorée. Lewis Trondheim construit une histoire pleine de rebondissements. Le scénariste multiplie les situations burlesques tout en décrivant avec précision les caractères de chaque personnage. Ce soin apporté aux détails compense un dessin un peu trop simpliste par moment. Le choix d’un trait « à l’ancienne » de Fabrice Parme peut décevoir. Néanmoins, ce récit drolatique et bien rythmé constitue un bon cru pour ce « one shot »  qui reste dans la grande tradition Dupuis.

Panique en Atlantique, Spirou aux éditions Dupuis.

Scénario: Lewis Trondheim.

Dessin: Fabrice Parme.

Léonard: le génie berné par son disciple

Par srosenfeld dans Aventure, Enfants, Humour , le 25 avril 2010 09h19 | Un commentaire>

leonard140 ème tome pour le Génie Léonard. Une longévité qui fait figure d’exception dans le milieu de la bd. Depuis des générations, petits et grands se passionnent pour les inventions de Léonard et ses aventures avec son fidèle Disciple, Basile. Et justement. Cela  fait précisément 35 ans qu’on se demande pourquoi Basile, le Disciple, reste aux côtés de Léonard. Grâce à ces nouvelles aventures, on connaît enfin la raison.

Pour se faire un peu d’argent de poche, il revend les inventions du Génie à des brocanteurs. Ce malentendu résolu à grands coups de tromblon, il est temps pour lui de se faire pardonner en se lançant dans une chasse au trésor.

Bob De Groot et Turk ne perdent pas la main et s’amusent une fois de plus avec leurs personnages hauts en couleur. L’humour décapant de cette série, principalement basée sur des jeux de mots et des anachronismes, a su fidéliser de nombreux lecteurs au fil des ans. Cerise sur le gâteau, les auteurs leur donnent rendez-vous dans un lieu incongru, une forge…

Léonard, t40 aux éditions Le Lombard.

Scénario: Bob De Groot.

Dessin: Turk.

Nelson: le diablotin qui vous rend la vie infernale

Par srosenfeld dans contemporain, Enfants, Humour , le 21 mars 2010 18h46 | Un commentaire>

nelsonNelson est l’une des stars des cours de récréation depuis plusieurs années. Ce diablotin orange adore faire des blagues et rendre la vie autour de lui, infernale. Depuis quelques temps, il se sent bien chez Julie. Une jeune femme qui aspire à la paix et à la tranquilité et qui doit déjà gérer une soeur au look gothique. Mais voilà, Nelson affectionne Julie et surtout son frigo. Il a même trouvé un souffre-douleur idéal: Floyd, le labrador. Et  lorsque Nelson arrête de se moquer de Floyd, c’est pour se concentrer sur Stupidon, un  ange de l’amour un peu naïf, qui tente de rompre le célibat de Julie.

Bertschy signe son 9ème tome des aventures de son diablotin orange Nelson. Comme il l’explique dans Studio Bd, « il n’a toujours pas de panne d’inspiration« . L’auteur maîtrise l’art difficile du strip très court, de trois à quatre cases. « Il faut tout comprendre en 10 secondes »précise-t-il. Décors très succincts, tout ici est basé sur l’efficacité.  L’auteur demeure l’une des références dans le domaine. Les aventures de Julie et les pitreries de Nelson se retrouvent au départ dans le quotidien helvète Le Matin. Faire rire au milieu d’une actualité pas toujours réjouissante, le pari est souvent gagné. « Je m’éclate tous les jours » avoue le Suisse. Et nous aussi.

Nelson, t9, aux éditions Dupuis.

Scénario et dessin: Bertschy.

Les enfants d’ailleurs: aventures extraordinaires de quatre pré-ados

Par srosenfeld dans Aventure, contemporain, Enfants, Heroïc Fantasy , le 18 mars 2010 13h24 | Ajouter un commentaire

couv_103220Imaginez quatre enfants happés dans un univers hostile où seule la lumière est leur alliée. Rebecca, Maxime, Noé et Théo sont des pré-ados pleins de vie qui ne se connaissent pas très bien. Mais un jour, pour se faire peur, ils décident de pénétrer dans une maison, réputée « hantée », celle du grand-père de Rebecca, « le père Gab ». Ces enfants qui rêvent d’aventures et de sensations fortes ne vont pas être déçus. Ils découvrent un projecteur qui les plonge dans un monde parallèle. Prisonniers, ils apprennent à survivre au milieu de créatures médiévales comme des dragons mais aussi des ombres maléfiques. Leurs lampes de poche, leur débrouillardise et leur courage vont les aider à surmonter les obstacles. Ils vont aussi rencontrer des habitants un peu particuliers.

Le cycle des Enfants d’ailleurs se termine sur le retour des enfants dans leur vie réelle. Une intégrale vient de sortir qui reprend les 3 albums. Un nouveau récit débute avec le tome 4 « l’appel« . Rebecca, malade doit retourner dans le monde parallèle guidé par une ombre. Ses amis vont devoir la sauver. L’aventure continue…

Cette série, comme l’explique les auteurs dans Studio Bd, s’inscrit dans l’esprit des grands romans d’aventure de la jeunesse. Les héros n’ont pas de « super pouvoirs » comme  le dit le scénariste Nykko mais sont des enfants « que je croise à la sortie de l’école ». Chaque personnage a son passé comme Rebecca, fille adoptée après le massacre au Rwanda  1994 ou Maxime dont la mère a démissionné. Les enfants d’ailleurs est une BD familiale qui permet de s’évader mais aussi d’évoquer des questions plus personnelles. Les dessins de Bannister donnent à l’ensemble une simplicité et une efficacité redoutable.

Les enfants d’ailleurs, t4, aux éditions Dupuis

Les enfants d’ailleurs, intégral du premier cycle, aux éditions Dupuis.

Scénario: Nykko

Dessin: Nicolas Bannister.

Un coin de ciel bleu: « ton cochon nain à un problème d’hypophyse »

Par srosenfeld dans Enfants, Humour , le 18 janvier 2010 13h06 | Ajouter un commentaire

97827560183931Une famille de  » parigots » décide d’aller vivre à la campagne. Pas toujours facile de quitter les habitudes de la ville pour s’installer dans un village paumé avec les regards suspicieux de ses habitants. Le principe du retour à la terre dans une BD n’est pas nouveau et il faut le reconnaître cela n’aboutit pas toujours à une réussite. Mais avec ce premier tome d' »Un coin de ciel bleu », l’horizon est bien dégagé. Les auteurs racontent sous forme de petites saynètes les aléas d’un changement de vie à travers des personnages attachants et drôles sans être caricaturaux.

Le père, Eric, est une force de la nature, physique de bucheron et souvenir de biker plein la tête, il est à l’origine de ce déménagement. Sa femme, Lou, bien que  moins enthousiaste, se met aussi au vert et s’amuse avec son humour pince-sans-rire de la situation. Enfin, il y a Annaëlle,  leur petite fille qui découvre la nature et les animaux. Son cochon nain devient très vite énorme mais qu’importe, elle tente de le tenir en laisse. Les voisin profitent de la naïveté des nouveaux pour leur donner gratuitement des animaux encombrants…

Chaque page raconte une petite histoire simple, bien dessinnée et très juste. Il y a aussi beaucoup de tendresse dans ce télescopage entre la ville et la campagne. Au delà des sujets évidents (installation, découverte des habitants),  Nicolas Jarry et Paolo Deplano évoquent la solitude des anciens, la plaisir des choses simples.  Une BD rafraîchissante pour toute la famille.

Un coin de ciel bleu, t1 l’odeur du foin… aux éditions Delcourt.

Scénario: Nicolas Jarry.  Dessin Paolo Delplano.