Archives du juin, 2015

Napoléon Bonaparte: tout ce que vous avez toujours voulu savoir…

Par srosenfeld dans biographie, Historique, Napoléon , le 30 juin 2015 16h42 | Ajouter un commentaire

MA_fb_NAPOLEON-BONAPARTE-T4-MARTIN_BD« L’Angleterre trafique de tout, que se met-elle à trafiquer la liberté » lance lyrique Pascal Davoz. Le scénariste de la série Napoléon Bonaparte aime citer son personnage emblématique dès qu’il le peut. Dans mon studio Bd, il l’avoue, le personnage le fascine.

Un engouement qui date de l’enfance. « A l’âge de 9 ans j’ai découvert un livre sur lui très bien fait et de là est née ma passion » dit-il. Depuis, l’auteur a lu beaucoup, fait des recherches sur les écrits de l’époque, tenter de trouver la vérité historique derrière les légendes et les fantasmes.

La bd en 4 tomes propose une lecture de la vie du « petit caporal » comme le surnomme sa garde. Une biographie qui débute lorsque Napolione di Buonaparte n’a que 10 ans et où il intègre l’école de Brienne, en Champagne. Ensuite vient l’école militaire de Paris en 1784 et son ascension jusqu’à la plus haute marche du pouvoir, le consulat. Et enfin le titre suprême: Empereur des Français.

Pascal Davoz multiplie les références avec des astérisques pour montrer que sa saga est au plus proche de ce que qui s’est passé. Un soucis d’exactitude qui ne peut que plaire au vétéran du dessin, Jean Torton.

Comme à son habitude, celui-ci développe un graphisme  dessin détaillé qui se veut une retranscription réaliste de l’époque. Son découpage un peu trop sage manque un peu de fougue mais qu’importe, le résultat est à la hauteur des ambitions.

De pages en pages, le lecteur découvre des anecdotes sur la vie de Napoléon. Le scénariste s’attache à l’homme plutôt qu’au général d’armée ce qui donne à son personnage un côté charnel et attachant.

 » Napoléon dit: tout ce que je fais, c’est pour que le fils d’un paysan puisse devenir un jour Maréchal d’Empire ou sénateur, c’est à dire qu’un pauvre puisse devenir riche et puissant s’il a du talent, voilà pourquoi il se bat et je trouve ça admirable » avoue Pascal Davoz.

De toutes les bd sorties récemment sur le sujet, son Napoléon Bonaparte sort du lot. Les amateurs d’histoire seront conquis.

Napoléon Bonaparte, t1,2,3 et 4 aux éditions Casterman

Scénario: Pascal Davoz

Dessin: Jean Torton

Paquet de merde: l’éditeur dit tout et plus

Par srosenfeld dans autobiographie, contemporain, érotisme, graphisme , le 23 juin 2015 17h12 | Ajouter un commentaire

9782888904755_1_75« J’avais des choses à dire » me dit Pierre Paquet dans mon studio BD. Et c’est tant mieux car l’homme est tout sauf inodore et incolore. Sa maison d’édition née en 1996 est devenu au fil des années un succès d’estime puis financier. Un exploit qui a souvent alimenté les rumeurs les plus folles (gigolo, riche héritier etc…).

Pourtant, il ne faut pas aller chercher très loin. Le garçon  a l’âme des aventuriers de ses bd d’enfance et le goût du risque. Pour aider un pote qui vient de se faire jeter de chez Casterman, il crée a 21 ans sa propre maison. « J’avais lancé une usine de tampons à Genève qui au bout d’un an était très rentable, du coup je pensais que l’édition ne serait pas plus difficile, j’étais naïf » m’avoue-t-il.

Dans cet album, Pierre Paquet raconte ses désillusions et son entêtement. « J’ai perdu mon meilleur ami, avant j’avais perdu mon père très jeune […] donc j’ai une vision de la vie de tous les jours différente de celle de quelqu’un qui n’a pas subit cette tristesse là jeune » dit-il. L’homme veut croire en son étoile, à tous les possibles. Pour se réconforter, l’auteur évoque son chien qui l’accompagne dans ses hauts et ses bas.

A travers de courts récits, PDM, raconte la vie de l’éditeur avec ses procès et ses soucis financiers et le jeune homme amoureux des filles qu’il « consomme grâce à internet ». L’auteur se veut sincère et honnête.

Le graphisme de Jesus Alonso, tout en mouvement, donne du dynamisme et de la modernité  à une bd de plus de 200 pages.

Un album attachant qui montre que derrière les éditions Paquet se cache une personne avec des convictions et qui croit plus que jamais que le 9ème art a encore de belles pages devant lui.

PDM, Paquet de merde aux éditions Paquet.

Scénario: Pierre Paquet                Dessin: jésus Alonso