L’homme de l’année 1917: le soldat inconnu a un visage

Par srosenfeld dans action, Aventure, Historique , le 20 janvier 2013 15h27 | Ajouter un commentaire

« Un homme, une année » me répond Fred Blanchard, créateur de cette nouvelle série. Le principe est de raconter les grands évènements de l’histoire à travers  le destin d’un inconnu. Et logiquement, les auteurs, Jean-Pierre Pécau en tête (Jour J), ne peuvent que commencer par le plus célèbre d’entre eux, le Soldat Inconnu. Dans le cercueil qui repose sous l’Arc de Triomphe depuis 1920 se trouve un héros, un Poilu. Mais qui est-il? Pourquoi pas un tirailleur sénégalais?

Au coeur des tranchées , se retrouvent deux hommes, que tout séparent. Ils viennent de la Côte d’Ivoire. Boubacar N’Doré et Joseph, son maître dans les plantations, vivent ensemble l’enfer de la Grande Guerre. Ils combattent en Afrique avant de retrouver Verdun. Dans cette folie meurtrière, le tirailleur sénégalais va montrer son héroïsme jusqu’à y laisser la vie. Son compagnon d’arme, blessé, souhaite l’honorer une dernière fois. En 1920, une occasion s’offre à lui, suite à la décision d’inhumer un déshérité de la mort sous l’Arc de triomphe.

Jean-Pierre Pécau et Fred Duval construisent un récit palpitant. La Grande Guerre se vit à travers l’amitié d’un aventurier blanc et d’un ancien esclave noir.  De la terre africaine à la boue de Verdun, le destin des deux hommes illustrent le parcours de  l’arrmée d’Afrique.

Les  scénaristes trouvent en Mr FAb, un complice à la hauteur de leur ambition. Le dessinateur (qui crée des costumes pour le cinéma)  propose un graphisme élégant et précis. Ce premier one-shot sera suivi par d’autres titres cette année dont: 1815, L’homme qui hurla « Merde ! » à Waterloo.

« Mon seul regret est de ne pas avoir trouvé de femme sur les sept premiers albums » m’avoue Fred Blanchard. Il promet de rapidemment réparer ce manque.

L’homme de l’année: 1917, Le Soldat Inconnu aux éditions Delcourt.

Scénario: Jean Pierre Pécau et Fred Duval

Dessin: Mr Fab.

 

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire