Le Scorpion: un dénouement en forme d’apothéose

Par srosenfeld dans action, Aventure, Historique , le 4 janvier 2013 14h02 | Ajouter un commentaire

Voilà enfin l’épilogue de cette série d’aventure à l’écriture et au graphisme remarquable. Mais attention si Le Scorpion va enfin savoir qui est son père et qui se cache derrière ses ennemis, il ne fait que fermer une page pour reprendre son envol. « Il faut désormais qu’il crève l’abcès » m’explique Stephen Desberg « pour vivre sa destinée sans contrainte ».

Depuis son retour à Rome, Le Scorpion s’accroche au pape Trebaldi comme une véritable sangsue. Il est bien décidé à le faire payer le prix fort pour sa responsabilité dans l’exécution de sa mère. Mais, le héros tatoué, à la lame virevoltante, apprend que son ennemi n’est pas celui qu’il croyait. Tout se complique avec l’arrivée de Tiberio, un assassin à la solde d’un mystérieux commanditaire, qui cherche notre Scorpion depuis plus de 20 ans. Notre héros se retrouve dans un richissime palais, celui de la famille Latal alors que de son côté, le pape, qui manque de soldats, recrute chez les lépreux. Tous les protagonistes se donnent rendez-vous pour un final époustouflant et tragique dans la Basilique Saint-Pierre.

« Il fallait terminer par un feu d’artifice » me dit en souriant Stephen Desberg. Le scénariste du Scorpion nous plonge dans une sarabande mortelle. D’une grande densité, le récit de ce 10 ème album multiplie les rebondissements et les flash-back tout en gardant sa lisibilité. Et comme toujours, la maestria du dessinateur Enrico Marini constitue le plus grand atout de cette série. Même s’il m’avoue « avoir eu du mal avec la Basilique Saint-Pierre » qui demande « beaucoup de travail à cause de sa richesse ornemental », il « s’en est sorti ».

Les combats sont un véritable monument graphique. Le panache des grands films de capes et d’épées trouve ici son accomplissement. « Fini les robes, place aux pantalons » m’explique Enrico Marini qui promet de nouvelles aventures loin de Rome. Bon vent, Scorpion !

Le Scorpion, t10 aux éditions Dargaud.

Scénario: Stephen Desberg.

Dessin: Enrico Marini.

 

 

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire