Le Troisième Testament: à la découverte du prophète oublié

Par srosenfeld dans action, Aventure, ésotérisme, fantastique, Historique , le 29 novembre 2010 10h14 | Ajouter un commentaire
juliusAprès les ténèbres du Moyen Âge, les auteurs du « Troisième Testament » vous emmènent là où tout a commencé… au début de la chrétienté.   Le Troisième Testament est resté dans les mémoires tant cette série avait su avec intelligence mélanger la tradition de la bd historique avec des concepts plus ésotériques. Un avant-gout à la déferlante qui arrivera peu après avec le succès du « Da Vinci Code » et consorts.
Mais cette fois-ci, Alice et Dorisson s’associent avec un « petit nouveau », le dessinateur Robin Recht. Si le graphisme reste dans l’esprit des tomes précédents, il y a néanmoins une rupture, façon de montrer aussi que ce « Julius livre1 » est un nouveau cycle indépendant du premier.
Sept ans après ce succès public  les scénaristes remontent aux sources de la légende, sur les traces de leur prophète oublié : Julius de Samarie.

Cet homme aurait reçu la parole de Dieu, et l’aurait cachée aux yeux des hommes. Voilà ce que racontent d’obscures légendes médiévales… La réalité est plus fantastique encore. Nous sommes trente ans après la mort du Christ. Julius s’appelle encore Julius Publius Vindex. Il est général, légat de Rome, persécuteur de juifs et de chrétiens. Comment cet homme, qu’on nomme « le Boucher d’Alexandrie », va-t-il devenir le prophète de la légende ? Au moment où la Judée s’apprête à se soulever contre Rome dans une guerre qui va changer le monde à jamais, quel sera le rôle de Julius dans l’avènement du messie qu’annoncent les écritures depuis le commencement des temps ?

Dès l’introduction, le récit plonge le lecteur dans la Rome des meilleurs péplums. Julius dont le physique s’inspire « de Marlon Brando », comme me l’avoue Robin Recht dans Studio BD, est un homme aussi puissant physiquement que sûr de sa destinée: dominer les plus faibles. Face à lui, les premiers chrétiens et un être mystérieux aussi doux et calme que Julius est rugueux et colérique. Les coups de théâtre sont légion. Le rythme est intense et le dessin généreux. Il y a un peu de l’esprit de films comme « Gladiateur » et surtout « Ben Hur ». Robin Recht m’explique dans Studio BD qu’il a crée « une Rome qui mélange véracité historique et imaginaire collectif ». « Julius livre 1 » va trouver une belle place devant le sapin.

Troisième Testament, Julius Livre 1, aux éditions Glénat.

Scénario: Alex Alice et Xavier Dorisson.

Dessin: Robin Recht.


  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire