Mattéo: anarchie, sexe et révolution

Par srosenfeld dans action, Aventure, contemporain, Historique , le 14 novembre 2010 18h44 | Un commentaire>

matteoÉtrange cocktail me direz-vous en lisant ce titre. Et pourtant, les ingrédients sont là avec surtout la patte d’un auteur brillant. Cette série, dont les deux premières tomes sont sortis, raconte la saga d’un jeune homme à travers la première moitié du XX ème siècle. Son créateur, Jean-Pierre  Gibrat, m’explique dans Studio BD « qu’il veut rendre hommage à travers cette histoire à ses grands-parents ouvriers, anciens communistes qui ont cru à la naissance d’un monde nouveau ».

Tout commence à Colliure dans le sud de la France en 1914. Un jeune homme dont le père, réfugié anarchiste espagnol, est mort tente de trouver sa place dans une société en mutation. Mattéo voit ses amis s’engager la « fleur au fusil » pour défendre la France alors que la Première Guerre Mondiale vient d’être déclarée. De nationalité espagnole, il n’est pas convoqué mais devient engagé volontaire par amour pour une fille, Juliette. Les tranchées lui laissent des blessures et un goût amer. En 1917, déserteur, il décide de partir en Russie avec un ancien ami de son père, Gervasio, lui aussi anarchiste. Mattéo se retrouve au cœur d’une révolution sanglante où anarchistes et communistes se divisent pour le pouvoir. L’occasion pour lui de faire la connaissance d’une femme libre, Léa, et de perdre certaines des ses illusions politiques…

Avec Mattéo, première époque (1914-1915) et deuxième époque (1917-1918), Jean-Pierre Gibrat plonge le lecteur dans un récit passionnant et attachant. Son personnage est à l’image de cette époque: exalté et naïf. Dans Studio BD, il me raconte sa passion pour cette période où la classe ouvrière croyait qu’un « autre monde était possible ». Le récit est empreint de sensibilité, mêlant harmonieusement faits de guerre douloureux, romantisme éphémère et échanges idéologiques.  Scénariste de talent, Jean-Pierre Gibrat est aussi un dessinateur aguerri. Son graphisme est magnifique et d’une finesse remarquable. Son trait délicat donne aux visages et aux corps une puissance hypnotique. Passé maitre dans la colorisation directe, ses albums sont de véritables bijoux. A ne pas rater.

Mattéo, t1 et 2 aux éditions Futuropolis.

Scénario et dessin: Jean-Pierre Gibrat.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire