Chambres noires: un univers attachant à la Tim Burton

Par srosenfeld dans conte, fantastique, Historique, Humour , le 31 juillet 2010 11h14 | Ajouter un commentaire

chambresParis, 1877. Dans le studio de « photographie fluidique » de la famille Pénouquet, des bourgeois s’entretiennent avec leurs parents défunts puis posent en leur compagnie. Ce n’est bien sûr qu’un trucage : Louise et Tristan, les jumeaux adoptifs de la maison, se griment en spectres pour tromper les clients.

Mais un jour, le visage d’un vrai fantôme apparaît sur les clichés. Au même moment, les jumeaux sont enlevés par une obscure confrérie royaliste, la Salamandre. Quel lien établir entre cette disparition et l’intrus surnaturel sur les photos ? La famille Pénouquet mène l’enquête !

Ceux qui apprécient l’univers du réalisateur Tim Burton vont être comblés. Ce premier album des « Chambres noires » se distingue des autres productions avec son ton particulièrement décalé. Le scénario multiplie les rebondissements rocambolesques tout en rendant les personnages attachants.  Il y a un petit côté  « famile Adams »  chez les Pénouquet.

Loin des codes graphiques classiques, le dessin propose  des « gueules » comme les caricatures du XIXème et des décors très détaillés. Cette bd ne se dévore pas mais se déguste progressivement. Il faut rentrer dedans en douceur. Et comme dit le proverbe, l’appétit vient en mangeant.

Chambres Noires, t1 aux éditions Vents d’Ouest.

Scénario: Olivier Bleys.

Dessin: Yomgui Dumont.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire