La Parenthèse: 4 ans sans mémoire

Par srosenfeld dans autobiographie, contemporain , le 13 juin 2010 17h32 | Ajouter un commentaire

parenthese« Judith, c’est aussi Elodie,  c’est moi, c’est mon deuxième prénom » avoue l’auteur de la Parenthèse. A 21 ans, cette jeune fille pleine de rêve et de vie voit son avenir s’effondrer.  Les médecins diagnostiquent une tumeur au cerveau inopérable. L’héroïne réalise que peu à peu sa mémoire disparaît. Elle souffre plus de l’oubli que de la douleur. Sa famille et son carnet à dessin deviennent ses armes pour sauver les bribes d’un passé qui inexorablement s’efface.

Elodie a mis plusieurs années avant de réaliser cet album. « Trop douloureux » m’avoue-t-elle dans Studio Bd. Ce récit autobiographique permet de suivre pas à pas l’évolution de la maladie et son traitement. Pudique et subtile, l’ensemble ne tombe pas dans le misérabilisme ou l’excès de pathos. Elodie Durand illustre son histoire avec un graphisme noir et blanc élégant et des cadrages audacieux. « Des dessins rapides » sont aussi intégrés. Il s’agit de griffonnages réalisés à l’époque de la maladie qui montrent l’état psychologique de la jeune femme. Au final, cette Parenthèse est un album réussi qui sait toucher le coeur et rappelle à tous que la vie n’est jamais un chemin tout tracé.

La Parenthèse aux éditions Delcourt.

Scénario et dessin: Elodie Durand.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire