Présidence des FDF : ça cogne !

Par asolimando dans #Debrief7h50 , le 9 février 2015 13h43 | Commentaires fermés sur Présidence des FDF : ça cogne !

Bernard Clerfayt, bourgmestre de Schaerbeek était l’invité de Bel-RTL à 7h50. Lui qui est aussi député bruxellois et candidat à la présidence des FDF a mis en avant ses qualités, pour le poste, mais décoché de fameuses flèches en direction d’Olivier Maingain.

 

 

 

 

 

On dit souvent qu’une élection trop disputée, à la tête d’un parti, laisse des traces. On est déjà en plein dedans…

Derrière les physiques de gentlemen des deux principaux candidats, les attaques sont rudes : ce matin, Bernard Clerfayt accuse en fait Olivier Maingain de confiscation de pouvoir, de provocation, et d’élitisme. Sur ce dernier point : le côté populaire de Schaerbeek mis en avant, comme une opposition au côté trop « sélect » de Woluwé-St-Lambert, la commune dirigée par Maingain. Bref, une réponse du berger à la bergère. Il y a une semaine, le président Maingain avait douté publiquement de la capacité de Clerfayt à porter le renouvellement du parti.

On ne parle pas ici de divergences de vues sur les moyens pour la reprise économique, de comment renflouer la justice…on parle de la personnalité des hommes politiques, de l’ « ad hominem », de leur comportement, de leurs travers.

 

Pourquoi Bernard Clerfayt insiste tellement sur le changement de « ton », qu’il veut insuffler au parti ?

Parce que c’est le point faible d’Olivier Maingain. Celui d’avoir souvent été critiqué pour ses interviews acerbes. Des prises de position parfois vécues en Flandre comme provocatrices. Parfois comparé au Bart de Wever d’avant 2014.

C’était déjà la justification du départ de Damien Thiery, il y a un peu plus d’an. Le bourgmestre FDF non nommé de Linkebeek avait quitté le parti pour rejoindre le MR, officiellement lassé par les excès de langage de son président. Des excès qui ont parfois conduit le parti à l’isolement.

 

L’autre critique : « Olivier Maingain a confisqué le parti à son profit ».

Un homme, un parti. Les FDF sont trop identifiés à Olivier Maingain, ce qui a étouffé les vocations, les jeunes,…c’est la thèse du bourgmestre de Schaerbeek. Bernard Clerfayt tape beaucoup sur le clou du renouvellement, répété plusieurs fois.  Et pourtant, cette carte-là est à la fois le meilleur atout pour Bernard Clerfayt, mais aussi son fardeau.

C’est un atout, mais la présence d’une 3ème candidature (celle de Christophe Magdalijns), dans la bagarre, va partager les voix des militants qui souhaitent une alternative à Olivier Maingain. Sur le fond, Clerfayt est de la même génération qu’Olivier Maingain, il est toujours apparu à ses côtés, ce qui réduit la portée de son argument de renouvellement. Cela fait de lui un challenger, plutôt qu’un favori, dans cette course à la présidence.

 

Antonio Solimando.

 

Laisser un commentaire