Provisoire, l’armée en rue? Gare à l’effet Vigipirate !

Par asolimando dans #Debrief7h50 , le 20 janvier 2015 12h56 | Ajouter un commentaire

Invité de Bel-RTL à 7h50 : Steven Vandeput, Ministre de la défense. Avec la présence de militaires dans les rues, la Belgique ne risque-t-elle pas de devenir un Etat sécuritaire ? Martin Buxant lui a posé la question… 

 

 

 

 

 

 

 

C’est l’engagement du Ministre de la Défense : promis, juré, craché, la Belgique ne devient pas un Etat sécuritaire.

C’est trop tôt pour juger de la sincérité du Ministre. Il faudra évaluer dans plusieurs semaines, dans plusieurs mois.

On rappelle ce qu’est un Etat sécuritaire. C’est un pays où l’on a tendance à sacrifier les libertés individuelles au profit de la sécurité. Le contrôle des données privées dans un but antiterroriste en serait une manifestation. Mais la présence de l’armée dans les rues, en est une autre, parce que ça implique un contrôle des allées et venues, des fouilles plus importantes à l’entrée des bâtiments,…

Pas de procès d’intention donc, mais il y a tout de même un point d’inquiétude. Pour sa défense, le Ministre indique que l’armée ne sera présente dans les rues qu’au niveau 3 et 4 de l’alerte terroriste en Belgique. Or, dans le plan antiterrorisme du gouvernement Michel, l’une des 12 mesures, c’est que désormais c’est le Conseil national de sécurité, dirigé par le Premier Ministre, qui va évaluer le niveau d’alerte. La décision devient donc plus politique. Or il y a toujours un risque d’exploitation de la peur à des fins politiques. Deux exemples, à l’étranger : après le 11 septembre, l’administration de George W. Bush a maintenu le niveau d’alerte en permanence entre  « maximal » et « élevé », créant une sorte de climat de psychose. Les détracteurs diront que c’était pour mieux faire passer le « Patriot Act ».

Plus près de nous, en France, et son modèle  « vigipirate ». La présence de militaire était là-aussi, au départ, une mesure présentée comme provisoire. Puis après les attentats de Londres en 2005, le niveau n’est plus jamais redescendu en dessous du rouge (passant à écarlate, après les tueries commises par Merah).

 

Dans la lutte antiterroriste, « Tous les moyens financiers seront mis en œuvre », c’est l’une des dernières phrases de l’interview. Une fameuse promesse…

On tape sur ce clou depuis plusieurs jours dans le debrief de 7h50, le gouvernement aura fort à faire pour respecter cette parole. D’autant plus, depuis que le chiffre du dépassement budgétaire est connu. Aujourd’hui, on sait que la Belgique repasse au-dessus de la limite de 3% de déficit maximal autorisé par l’Europe. Dans quelques semaines, lors de l’ajustement budgétaire, l’heure sera davantage aux économies qu’aux dépenses…

 

Antonio Solimando

 

Laisser un commentaire

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire