L’action coordonnée contre le terrorisme, au point mort depuis plusieurs mois?

Par asolimando dans #Debrief7h50 , le 13 janvier 2015 05h57 | Ajouter un commentaire

Invité de Bel-RTL à 7h50 : Rudi Vervoort, Ministre-Président de la région bruxelloise.  La lutte contre le radicalisme dans la capitale était au cœur de l’interview…

 

 

 

 

 

La lutte contre le radicalisme semble quelque peu désordonnée à Bruxelles…

Des communes ont pris les devants. Chacune a lancé ses petites initiatives personnelles. Ainsi, on le rappelle, plusieurs communes, dont Molenbeek, ont profité d’une subvention du fédéral pour engager un monsieur antiradicalisation. Rudi Vervoort annonce une réunion de 5 communes Bruxelloises pour coordonner leur action en matière de lutte contre le radicalisme. Dans le gouvernement précédent, la « task force Syrie » se réunissait tous les mois. L’équipe Michel a annoncé la mise en place d’un comité national de sécurité (équivalent à cette task force) dans le courant de janvier. 

Ce qui signifie que depuis au moins octobre, il n’y a plus eu de réunion coordonnée à l’échelon local ou fédéral, plus d’action coordonnée pour empêcher des jeunes de partir en Syrie, ou pour assurer le suivi de ceux qui rentrent. Le bel élan d’actions coordonnées lancé après l’attentat au musée juif semble s’être étiolé, au fur et à mesure…

 

 « Des attentats auraient été déjoués en Belgique ». Sur ce point, Rudi Vervoort relève une divergence entre les déclarations du Ministre de la Justice et celui de l’Intérieur…

Jeudi, Jan Jambon, ministre de l’intérieur disait qu’il n’y avait pas eu d’attentat déjoué ces derniers temps chez nous. Hier, Koen Geens chez nos confrères de la RTBF disait qu’il y a plus d’attentats déjoués qu’il ne s’en commet, sur notre territoire. Mais en fait, le ministre de la justice a précisé qu’il n’y avait pas eu d’attentat déjoué depuis la mise en place du nouveau gouvernement. Bref : il n’y a pas nécessairement de divergence entre les deux membres de l’équipe Michel. Tout dépend jusque quand on remonte dans le temps.

 

Sur vigipirate. La présence de militaires pour aider nos policiers à sécuriser les rues. Rudi Vervoort est contre…

La proposition a été ressuscitée la semaine dernière par la NVA. Le premier bruxellois n’est pas favorable… Sauf que par le passé, Laurette Onkelinx elle-même, la patronne des socialistes Bruxellois, se battait pour permettre aux militaires de patrouiller dans les rues… Il y a près de 4 ans.

A l’époque, ce sont des agressions d’agents de la STIB, des chauffeurs de métro et de bus, qui avaient justifié cette présence. Avec le risque d’attentats pouvant toucher des dizaines de civils, on est un cran plus loin dans la criminalité et le danger pour la population…

 

Antonio Solimando

 

Laisser un commentaire

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire