Laurette Onkelinx veut-elle (vraiment) se marier au MR à Bruxelles?

Par asolimando dans #Debrief7h50 , le 10 décembre 2014 13h30 | Ajouter un commentaire

Invitée de Bel-RTL à 7h50 : Laurette Onkelinx, chef de groupe PS à la chambre et chef de file des socialistes à Bruxelles. C’est à ce titre, qu’elle vient de lancer officiellement, une invitation au MR, pour que les deux partis se rapprochent, pour défendre les intérêts de la capitale…

 

 

 

 

 

 

La création de ce « lobby politique Bruxellois », c’est d’abord un grand coup de pub…

Un effet d’annonce, avant tout, même si Didier Reynders, l’homologue libéral de Laurette Onkelinx à Bruxelles, ne ferme pas la porte. L’initiative fait un peu penser aux tentatives avortées de Benoit Lutgen et Joëlle Milquet, fin octobre, de relancer des réunions du front francophone. Dans ce cas-ci, l’objectif de Laurette Onkelinx, c’est de défendre Bruxelles face aux assauts de la NVA. Et on voit mal comment le MR pourrait s’inscrire dans cette logique. Potentiellement, il y a un risque diviser la majorité fédérale. Si le MR dit non, la socialiste peut toujours ré-exploiter ce refus, en disant que les réformateurs ne veulent pas défendre la capitale… C’est une proposition qui est peut-être sincère, de la part de Laurette Onkelinx. Mais elle est surtout habile, tactiquement.

Enfin, quand la cheffe PS rappelle qu’elle a tenu ses engagements de campagne électorale -avoir un gouvernement le plus progressiste possible, c’est aussi pour mettre en évidence ce que Charles Michel n’a pas fait, en se lançant dans l’aventure fédérale avec la NVA malgré ses promesses.

 

A épingler, dans l’interview : la défense passionnée d’Yvan Mayeur…

Le bourgmestre de Bruxelles chahuté par les polémiques, depuis plusieurs semaines. Le piétonnier, le feu d’artifice, la gestion des terroristes de retour de Syrie,… Laurette Onkelinx parle de lui comme d’un grand bourgmestre. Et tente même une métaphore poétique : « on lance des cailloux sur un arbre qui porte des fruits ». On rappelle que c’est Laurette Onkelinx, en tant que présidente de la fédération Bruxelloise du PS, qui a tranché en faveur de la nomination d’Yvan Mayeur à ce poste. Ce qu’elle défend bec et ongle, c’est en premier lieu son propre choix.

 

Laurette Onkelinx rappelle enfin à ses adversaires et aux médias que le choix des mots est important…

Elle n’a pas apprécié qu’on qualifie ses sorties bruyantes à la chambre d’ « hystérie ». Il est vrai que le terme est connoté, depuis l’antiquité, il est à tort exclusivement associé aux femmes, pour qualifier une sorte d’énervement injustifié. Il vient d’ailleurs d’un mot grec qui signifie « uterus ». Voilà pour le petit cours d’histoire de la psychanalyse.

 

Antonio Solimando

 

Laisser un commentaire

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire