Le nucléaire, Jean-Marc Nollet et l’ « exemple » allemand…

Par asolimando dans #Debrief7h50 , le 4 décembre 2014 14h36 | Ajouter un commentaire

Invité de Bel-RTL à 7h50 : Jean-Marc Nollet, chef de groupe Ecolo à la chambre. Il est revenu sur un sondage commandé et rendu public par son parti, sur l’énergie…On y apprend notamment qu’en majorité, les Belges veulent la prolongation du nucléaire…

 

 

 

 

 

 

La majorité des Belges veut prolonger le nucléaire. Pas une bonne nouvelle pour Ecolo…

On peut s’étonner qu’un parti écologiste sorte lui-même un sondage qui lui tire une balle dans le pied. Qui a porté la loi de sortie du nucléaire ? L’actuel coprésident d’Ecolo, il y a 10 ans, Olivier Deleuze. Qui continue à réclamer l’arrêt des réacteurs au plus vite : Ecolo. Et pourtant, avec la publication de cette enquête, Ecolo étale au grand jour que la majorité de la population ne partage pas son point de vue, sur l’une des questions énergétiques les plus capitales du pays…Et les plus actuelles aussi : les ministres du gouvernement Michel discutent ce vendredi de la prolongation de deux réacteurs.

Bien sûr, les Belges se retrouvent dans certaines propositions des verts, on en a la preuve dans d’autres questions de l’étude. Jean-Marc Nollet tente bien de faire diversion sur les autres constats de l’étude, plus favorables à Ecolo. Mais sur la question-clé, il y a divergence. La plupart du temps, ce genre d’étude est commandé pour être traité en interne. Pour que le parti sache qu’il doit encore convaincre, voire parfaire ses arguments.

 

Tout au long de l’interview, Jean-Marc Nollet essaie justement de multiplier les arguments pour convaincre, de la dangerosité de l’énergie nucléaire…

Comme il le fait à chaque passage dans ce studio. Le nucléaire, c’est: « Dangereux », « vulnérable », « pas fiable », « sujet à sabotages »,… Pour prouver qu’on peut se passer du nucléaire, Jean-Marc Nollet cite l’exemple de l’Allemagne, il n’aurait pas dû… C’est vrai, notre géant voisin a bien fait sa transition énergétique, fermé ses centrales. Mais le député Ecolo se garde de rappeler les problèmes que cette sortie a engendrés :

-En terme de couts.

-Et en terme d’émission de gaz à effet de serre : il a fallu rouvrir l’exploitation du charbon, qui produit – tenez-vous bien – 300 millions de tonnes de CO2 par an. Le gouvernement allemand vient justement de se fixer de nouveaux objectifs, pour réduire ces émissions polluantes.

 

Antonio Solimando.

 

Laisser un commentaire

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire