Bodson (FGTB) : La Suédoise? Pas un seul point positif !

Par asolimando dans #Debrief7h50 , le 24 novembre 2014 13h23 | Ajouter un commentaire

Invité de Bel-RTL, à 7h50. Thierry Bodson, le secrétaire général de la FGTB-Wallonne. Abandonner le saut d’index et la retraite à 67 ans sont des conditions sine qua non pour remettre les syndicats autour de la table de négociation avec patrons et gouvernement.

 

 

 

 

 

 

Sur les prépensions, le syndicat socialiste annonce 500 euros par mois en moins, pour des travailleurs de 58 ans licenciés…Ces chiffres sont-ils crédibles ?

Oui, ils sont crédibles. Mais il n’y a rien de révolutionnaire dans les décisions prises par le Gouvernement Michel : elles sont dans la lignée de ce qui a été décidé lors des trois gouvernements précédents.  La philosophie générale, c’est de repousser petit à petit le départ effectif des Belges à la retraite, tout simplement parce que le système devient de plus en plus difficile à financer.

Garder les belges au travail plus longtemps, c’était d’ailleurs une des premières ambitions du gouvernement Di Rupo, et parmi les toutes premières mesures entérinées, en décembre 2011 : Relèvement de l’âge de la retraite anticipée, porté à 62 ans à l’horizon 2016, et prépensions (allocation de chômage avec complément payé par l’entreprise), portées à 55 ans.

Les chiffres de la FGTB sont crédibles. Mais il n’y a pour le moment aucun texte détaillé déposé ou rendu public, par les membres du gouvernement Michel.

 

Sur la reprise du dialogue, entre les syndicats, les patrons et le gouvernement, ça n’est pas gagné…

Le gouvernement pourrait ouvrir la porte à une forme supplémentaire de taxation du capital, pour faire un pas, une concession. Mais vous l’avez entendu : la FGTB répond déjà que si le saut d’index ou la retraite à 67 ans ne sont pas retirés, la taxation du capital ne suffira pas à relancer la concertation sociale. Deux enseignements :

1. On commence à comprendre pourquoi Kris Peeters, n’a toujours rien de concret à présenter publiquement, sur la relance du dialogue.

2. On parle ici de la position de la FGTB. Mais pas sûr que le syndicat chrétien soit aussi déterminé. Nous avions interrogé la secrétaire générale, elle n’avait pas posé de condition sine qua non à la négociation. La frange flamande du syndicat, l’ACV, serait le 1er à rentrer dans le rang s’il obtient une taxe sur les plus-values. Et sans front commun, ce serait toute la mobilisation syndicale, qui perdrait une grande partie de sa légitimité. 

 

Et puis, on va aider Thierry Bodson dans son petit jeu : « trouvons des mesures positives, dans l’accord de gouvernement… »

Thierry Bodson n’est évidemment pas là pour jeter des fleurs au gouvernement fédéral, mais il y a : les pensions des indépendants tirées vers le haut, les charges sur le travail allégées, le forfait des frais des travailleurs augmenté sur la fiche d’impôt, et les allocations sociales revalorisées. Insuffisant pour compenser les pertes, répondront les syndicats.

 

Antonio Solimando

 

Laisser un commentaire

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire