Crombez (SPA), sur la fraude : La Belgique et le Luxembourg trop « copains »

Par asolimando dans #Debrief7h50 , le 19 novembre 2014 13h21 | Ajouter un commentaire

John Crombez, chef de groupe du SPA au parlement flamand, était l’invité de Bel-RTL, ce matin. Le socialiste flamand a été en charge de la lutte contre la fraude, dans l’équipe Di Rupo. Il juge sévèrement l’attitude de l’actuel gouvernement…

 

 

 

 

 

 

L’interview de John Crombez, c’est un peu la suite du feuilleton, après les déclarations du Premier Ministre Luxembourgeois Xavier Bettel sur notre antenne hier…

Hier, on a essayé de faire reconnaitre au premier ministre luxembourgeois que son pays encourageait la fraude, sans succès. Au contraire, il nous a mis dans le même sac en nous rappelant qu’on a les intérêts notionnels. Et bien aujourd’hui, l’interview confirme que la Belgique est d’une certaine façon dans le même sac que le Grand-Duché. Mais au rang des mauvais élèves, si on en croit John Crombez.

La fraude a eu lieu pendant que John Crombez était aux affaires, c’est évident. Mais d’une part, la faute est à assumer par tous les partis de l’ancienne coalition, très disparate, au niveau idéologique. Et puis, on estime à plusieurs milliards, en deux ans et demi, l’argent récolté à travers les mesures antifraude de fin 2011 à la moitié de 2014.

 

Cela dit, tout n’est pas noir, dans la politique anti-fraude de l’actuel gouvernement, selon John Crombez…

Il ne l’a pas souligné ce matin, mais il partage la volonté du gouvernement Michel de créer un point central de plainte, pour dénoncer les abus. Un service central de collecte de données et de plaintes pour lutter contre la fraude, non pas fiscal, mais sociale, ici.

 

John Crombez confirme sa candidature à la présidence de son parti…

On en a peu parlé de ce côté-ci de la frontière linguistique, mais ce qui s’est passé chez les socialistes flamands, le 25 mai, c’est une catastrophe. Le parti a reculé, mais surtout dans les semaines qui ont suivi, il a été éjecté de toutes les majorités, la Flamande et la fédérale.

C’est donc un parti à reconstruire – un peu comme Ecolo côté francophone – que John Crombez voudrait diriger.

 

Enfin, un suivi, puisque l’on avait accueilli John Crombez à 7h50, il y a deux mois, avant la formation du gouvernement…il était encore secrétaire d’Etat en affaires courantes, à l’époque..

Il avait prédit qu’il n’y aurait pas de vaste taxation du capital dans l’accord de gouvernement. Prévision vérifiée. Cela dit, on le voit, les débats au sein même de la majorité, sur ce plan, ne donnent pas l’impression d’être complètement terminés.

 

Antonio Solimando

 

Laisser un commentaire

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire