Yves Leterme, la chèvre, et le chou…

Par asolimando dans #Debrief7h50 , le 7 novembre 2014 05h26 | Ajouter un commentaire

Yves Leterme, ancien premier ministre, était l’invité de Bel-RTL ce matin. Il a commenté les premières contestations sociales du nouveau gouvernement…Sans se mouiller…

 

 

 

 

 

Yves Leterme était face à un dilemme, ce jeudi matin : Partager les critiques des syndicats ou défendre le gouvernement dont fait partie sa formation politique…

Et comme son parti, le CD&V (célèbre pour sa proximité avec le syndicat chrétien), Yves Leterme est resté…entre deux chaises !  Vous me direz : lui qui élève toujours des biquettes, sait « ménager la chèvre et le chou ». Du coup, il « comprend la population », et la répartition de l’effort de désendettement. Mais en même temps il défend le gouvernement dont fait partie le CD&V. On a eu droit à un « Laissez le gouvernement faire ses réformes », qui nous a ramené quelques années en arrière. C’était le gimmick du Premier Ministre Yves Leterme, en 2009. Vous vous souvenez, son fameux : « Laissez le gouvernement faire son travail » ressorti à chaque question embarrassante.

 

A deux reprises, il défend le gouvernement actuel et particulièrement le Premier Ministre Charles Michel…

D’abord sur l’âge, notre nouveau Premier Ministre est jeune, mais « ce n’est pas l’âge physique, qu’il faut regarder, plutôt l’expérience ». Une façon de rappeler aussi qu’Yves Leterme a dirigé le gouvernement à 49 ans, et qu’à l’époque, lui aussi était considéré comme plutôt jeune pour la fonction.   Ensuite. Il défend la stabilité du gouvernement et sa cohérence. L’argument qu’il choisit n’est pas anodin : le gros avantage de Charles Michel est qu’il n’a pas de réforme institutionnelle à mener.  On croirait presque entendre : « Moi, je n’ai pas eu cette chance, alors qu’il en profite… »

Enfin. On aurait mal vu Yves Leterme critiquer l’attelage fédéral. Le CD&V et la NVA ensemble dans un gouvernement, c’était l’œuvre, le rêve d’Yves Leterme ! Il avait fabriqué ce cartel pour les élections de 2007. Avant un triple échec : l’orange bleue, l’explosion du cartel, et le début de la boulimie de voix de Bart de Wever, qui a conduit à l’amaigrissement du CD&V…

 

Antonio Solimando

 

Laisser un commentaire

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire