Milquet (CDH) : « Melchior Wathelet devrait rester…mais s’il part, c’est son choix »

Par asolimando dans #Debrief7h50 , le 29 septembre 2014 04h48 | Ajouter un commentaire

La Vice-Présidente du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Joëlle Milquet, était l’invitée de la rédaction ce vendredi matin. Mise en cause par le CDH Melchior Wathelet, qui l’accuse de l’avoir laché sur le dossier du survol aérien, elle s’est défendue de toute attaque personnelle, ce matin….

 

 

 

 

 

 

 

Le soir des élections, Joëlle Milquet, avait parlé de « l’erreur du secrétaire d’Etat sur le plan de survol », devant les militants….

Pas de mea culpa, de la part de Joelle Milquet ce vendredi matin.  Elle ne reconnait pas avoir été « celle qui a planté les couteaux dans le dos de Melchior Wathelet ». La réaction du Verviétois – « Ce n’est pas ma vision de la politique » –  est qualifiée d’émotionnelle, par Joelle Milquet. Soyons taquins : on relève tout de même un petit temps d’hésitation, quand on demande à l’ancienne présidente du CDH si Melchior Wathelet n’aurait pas dû être recasé comme ministre régional… Mais finalement elle formule son soutien et un appel à rester en politique. Officiellement, Joelle Milquet tue l’incendie entre les deux anciens collègues de parti du fédéral…

 

Sur le fond de l’interview, c’était une Joelle Milquet rassurante, sur les coupes budgétaires. On a déjà connu ça le 1er septembre…

Elle se voulait positive, sur le risque de coupes dans l’enseignement, c’était le jour de la rentrée des classes. La positive attitude de Joëlle Milquet, à nouveau ce vendredi matin :

-Oui il va falloir tailler dans le budget de la culture, mais ce sera moins que la Flandre ou la France.

-Oui, il va falloir tailler dans le budget de la fédération, mais dans des proportions plus douces qu’au fédéral.

 

Pourtant, il y a une confirmation, inquiétante, factuelle : l’assainissement budgétaire sera plus important que prévu…

On a parlé de 140 millions d’euros à trouver, pour boucler le budget. Joëlle Milquet est venue confirmer qu’il faudra revoir ce montant à la hausse. On le rappelle, toute la difficulté, c’est que la Fédération ne perçoit pas d’impot, pas de recette fiscale, mais des dotations. Pour rééquilibrer ses comptes, elle n’a pas le choix : c’est bien dans les dépenses, qu’elle doit sabrer. Le budget enseignement représente 80% des dépenses de la fédération. Sur ce plan, la Ministre n’a pas encore annoncé où les coupes se feraient. Pour son autre portefeuille, mais qui pèse nettement moins lourd dans les finances de la fédération, le secteur de la culture, là, elle avance déjà la part d’effort : il faudra fonctionner avec 3% d’argent en moins, chaque année.

 

Antonio Solimando

 

Laisser un commentaire

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire