Deleuze (Ecolo) : « Je peux comprendre la décision de prolonger des réacteurs nucléaires »

Par asolimando dans #Debrief7h50 , le 11 septembre 2014 12h19 | Ajouter un commentaire

Le co-président d’Ecolo, Olivier Deleuze, était l’invité de la rédaction, ce matin à 7h50. Il a mis en cause à plusieurs reprises le fournisseur d’énergie Electrabel, coupable selon lui, d’avoir délaissé les centrales électriques, pour tout remiser sur le nucléaire…

 

 

 

 

 

 

Le coprésident est visiblement venu ce matin avec un grand objectif : faire taire toute critique sur une éventuelle responsabilité d’Ecolo, dans le risque de pénurie d’électricité pour l’hiver…

La faute donc à Electrabel, qui n’a pensé qu’aux profits, selon lui, y compris au détriment de la sécurité. La faute aux gouvernants aussi, qui ont laissé faire le marché, et n’ont pas assez encadré les fournisseurs d’énergie. Ces fournisseurs ont fermé pour manque de rentabilité les centrales au gaz, une alternative fiable au nucléaire.

Mais donc, pas question de reconnaître une faute d’Ecolo dans ce dossier.

Pas question de reconnaître que l’éolien et le solaire ont été trop favorisés, en Belgique, à grand renforts de subventions.

Et pourtant ces technologies ne permettent pas encore de stocker l’énergie produite. Elles ne permettent donc pas de réduire le risque de pénurie d’électricité, pour l’hiver qui vient.

 

Une confession, étonnante, tout de même, pour Olivier Deleuze : il « comprend la décision du futur gouvernement fédéral de prolonger deux réacteurs… »

Compréhension inattendue, de la part du papa de la loi de sortie du nucléaire. Il peut comprendre que l’on décide de prolonger la durée de vie de deux réacteurs nucléaires. Cela dit, il enchaine très vite en réclamant un encadrement ultrapoussé des réacteurs, et un plan concerté entre toutes les niveaux de pouvoir en Belgique.

Il souligne aussi, et il a raison d’un point de vue technique : cette prolongation ne va rien changer pour l’éventuelle pénurie de cet hiver.

Finalement, après 5 interviews consacrées à l’énergie depuis quatre semaines, à 7h50 sur Bel-RTL, personne, aucun politique interrogé, n’a pu fournir une vraie réponse concrète à la question : « que fait-on à court terme, dans l’immédiat, pour éviter le risque de coupures de courant »…

C’est probablement, que la solution en question n’existe pas !

 

Antonio Solimando

 

Laisser un commentaire

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire