Divers

France : pourquoi la grève ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 5 décembre 2019 12h34 | Ajouter un commentaire

 Trains, trams, bus et métros à l’arrêt. Ecoles fermées, théâtres et musées également. 250 manifestations prévues, syndicats et gilets jaunes côte à côte.  6000 policiers mobilisés. La France s’apprête à vivre une journée de grève historique.

 

 

C’est un grand classique de la lutte sociale en France et ça tient à l’histoire de la République. Grâce à la révolution de 1789 la France a connu la liberté politique bien avant la liberté sociale. Dans la plupart des autres pays européens cette conquête s’est faite simultanément, et c’est pourquoi par exemple en Belgique on associe souvent les syndicats à des partis. En France c’est beaucoup moins clair, même si la CGT fut longtemps le bras syndical du parti communiste à l’époque où il représentait encore quelque chose.

 Des légitimités concurrentes.

En France la classe politique quelle que soit sa couleur a beau jeu de mettre en avant sa légitimité issue des élections. Légitimité d’autant plus forte que le taux de syndicalisation est très bas dans l’hexagone 11% en moyenne, soit 19,1% dans la fonction publique et seulement 8,4% dans le privé ( en Belgique 54,2 % ) c’est ce qui explique d’ailleurs que la grève d’aujourd’hui concerne essentiellement des fonctionnaires ou assimilés. Résultat le Président Macron qui a toujours dit qu’il réformerait les retraites, affirme sans détour que comme il a été élu il applique son programme et qu’il n’y a rien à discuter.

Vers la suppression des régimes spéciaux.

Sauf que les 42 professions (cheminots, marins, militaires, policiers, clercs de notaire, employés de l’Opéra de Paris, fonctionnaires de l’Etat, etc…) qui bénéficient de régimes spéciaux n’ont pas l’intention de se laisser faire, et de voir disparaitre tous leurs avantages.

C’est classique en France le gouvernement dit : « j’ai raison, ma réforme est bonne circulez y’a rien à voir ! ». Pas d’accord répondent les syndicats qui descendent dans la rue. Ca se passe alors plus ou moins bien et au final la réforme est gelée et on discute.

L’exemple de 1995.

En 1995 ça avait duré presque un moins avant que le président Chirac ne suspende la célèbre réforme Juppé qui portait déjà en partie sur les retraites.

On verra comment ça se passe cette fois ci, en 1995 c’était le bordel mais c’était plutôt bon enfant, cette fois le gouvernement craint des violences et des débordements où black blocks et gilets jaunes pourraient chercher l’affrontement gratuit.

A mi mandat, Emmanuel Macron joue gros. S’il arrive à gérer cette crise et à faire passer sa réforme, avec quelques amendements raisonnables,  il aura réellement gagné ses galons de Jupiter. Sinon il pourra craindre pour sa réélection…

A quoi sert l’OTAN ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 3 décembre 2019 09h47 | Ajouter un commentaire

Alors que s’ouvre aujourd’hui à Londres un sommet de l’OTAN, on peut se demander quelle est la finalité de cette structure, née de la guerre froide, et qui ne parait plus adaptée aux défis d’aujourd’hui.

 

 

Emmanuel Macron dans une phrase provocatrice a déclaré il y a quelques jours que l’OTAN était en état de mort cérébrale, ce qui lui a valu une conversation franche avec le secrétaire général de l’organisation Jens Stoltenberg, et une volée d’insulte d’Erdogan qui a déclaré que c’était macro qui était en état de mort cérébrale. On le voit l’ambiance est au beau fixe dans une organisation où est quand même censé se battre les uns pour les autres et non pas les uns contre les autres…

70 ans et plus de dents ?

Et c’est là que se pose la question qui fâche à quoi sert l’OTAN aujourd’hui. A sa création en 1949 c’était simple, l’OTAN s’opposait au bloc de l’Est. L’OTAN soit les Etats unis et leurs alliés d’un côté et de l’autre l’URSS et les siens sous le nom de « pacte de Varsovie ». Quand l’URSS a disparu, le pacte de Varsovie a été dissous et on s’est posé la question de la survie de l’OTAN. A l’époque George Bush père a tout fait pour maintenir l’alliance alors que François Mitterrand par exemple ( déjà la France) , aurait préféré la construction d’une défense européenne, indépendante du parapluie américain. ( Souvenez-vous brigade franco-allemande puis Eurocorps…)

Qui est l’ennemi ?

Depuis l’OTAN existe toujours mais n’a plus d’ennemi désigné. Et ce qui faisait autrefois son unité, « tous contre l’URSS », est aujourd’hui facteur de divisions. Les pays baltes et plus généralement les ex pays de l’est ( Pologne , Hongrie Tchéquie, etc…) Sont très content d’être dans l’OTAN car ils continuent de craindre la Russie, leur adversaire historique. Les vieux Etats de l’Europe occidentale ( Bénélux, Royaume Uni, Allemagne, Italie, Espagne et même France) se satisfont de l’alliance car elle permet de ne pas, prendre en charge la totalité de leur défense. Ah qu’il est bon de compter sur le parapluie américain, sauf qu’avec Trump le parapluie est en train de se replier… Enfin un pays comme la Turquie y trouve une légitime internationale, alors ses intérêts géostratégiques différent de plus en plus de ceux des autres membres. Je vous l’apprends peut- être mais Erdogan est notre allié si, si… Et les statuts de l’OTAN prévoient qu’on fasse la guerre pour défendre la Turquie si jamais elle était attaquée. Mourir pour Ankara je ne suis pas sûr que le Belges, les Français ou même les Allemands soient prêts à signer …( Article 5 du traité de l’OTAN : « Les parties conviennent qu’une attaque armée contre l’une ou plusieurs d’entre elles survenant en Europe ou en Amérique du Nord sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties »)

Un avenir à définir.

Quant aux défis d’aujourd’hui comme la lutte contre le terrorisme, ils sont le plus souvent menés par de alliances de circonstance, comme au Sahel, plutôt que par l’organisation qui n’est pas prévue pour ce genre de conflits.

Au fond c’est l’existence même de l’OTAN qu’il faudrait mettre sur la table…

Car si elle n’est pas en état de mort cérébrale, elle est au moins sous assistance respiratoire. Et comme on ne sait pas comment la remplacer et par quoi, il y a de fortes chances qu’on poursuive longtemps encore les soins palliatifs…

Anas symbole de la précarité étudiante

Par Christophe Giltay dans Divers , le 14 novembre 2019 10h41 | 3 commentaires

La fédération des étudiants francophones organise aujourd’hui à Bruxelles un rassemblement pour dénoncer la précarisation des étudiants. En France la situation est encore plus grave et les manifestations se succèdent depuis qu’un étudiant s’est immolé par le feu vendredi à Lyon. 

Le message d’adieu d’Anas peint à la bombe sur le mur du CROUS.

 

Il s’appelle Anas, il a 22 ans. Vendredi il s’est immolé par le feu devant le CROUS (centre régional des œuvres universitaires et scolaire) à Lyon. Cette année il redoublait pour la deuxième fois sa deuxième année de licence en Sciences politiques, et donc faute de résultats suffisants  il avait perdu sa bourse.

Privé de bourse et de logement.

Sur Facebook avant de commettre son geste il a écrit: « Cette année, faisant une troisième Licence 2, je n’avais pas de bourse, et quand j’en avais, 450 euros par mois, est-ce suffisant pour vivre ?» Il avait également perdu sa place en résidence universitaire. Il vivait depuis à moitié chez sa copine et chez ses parents, à 60 kilomètres de Lyon. Pas très pratique pour réussir son cursus. Très impliqué dans la vie syndicale il militait pour la création d’un salaire étudiant. Brûlé sur 90% du corps il lutte toujours pour sa vie mais le pronostic est très réservé.

Pauvre et universitaire.

Anas est devenu le symbole de la pauvreté dans le monde estudiantin. En Belgique 30 000 étudiants émargent au CPAS. En France 34% des étudiants occupent un travail à temps plein pour payer leurs études. Seuls 26% touchent une bourse, 8 étudiants sur 10 sont soutenus par leurs parents avec des disparités importantes. Enfin il n’y a en France que 150 000 places en résidence universitaire pour 2 700 000 mille étudiants inscrits dans le supérieur. En France dénoncent les syndicats il y a des étudiants qui ont faim, à tel point qu’il existe une vingtaine d’épicerie solidaires et sociales pour ceux qui ont moins de 7 euros par jour pour vivre.

Révolte en puissance.

Le geste désespéré d’Anas a servi de déclencheur, depuis tous les jours il y a des manifestations en France. A Lyon la faculté ou il étudiait est fermée.  A Paris, mardi soir, des manifestants ont arraché la grille d’entrée du ministère de l’Enseignement supérieur. A Lille, 400 personnes ont pénétré de force dans la faculté de droit où se tenait une conférence de François Hollande.

Et tout d’un coup flotte l’ombre de mai 68…

Avec cette différence : en 68 les étudiants révoltés étaient pour la plupart des fils et des filles issus de la bourgeoisie et de la classe moyenne. Ce qui les motivait c’était l’espoir de changer le monde !

Aujourd’hui ce sont les fils des gilets jaunes et ils sont mus par le désespoir…

 

Goncourt : Amélie Nothomb ostracisme ou malédiction ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 5 novembre 2019 10h14 | Un commentaire>

Amélie Nothomb n’a finalement pas décroché le prix Goncourt, décerné à Jean Paul Dubois par 6 voix contre 4 pour la romancière. C’est la troisième fois que l’écrivaine belge échoue,  alors… Ostracisme ? Ou malédiction ?

Un peu des deux peut être … Ce n’était pas la première fois qu’elle figurait dans le dernier carré. En 1999 et 2007, elle avait également été sélectionnée sans l’emporter, pour ses romans « Stupeur et tremblements » et « Ni d’Eve ni d’Adam ».

Un Goncourt notoire ou pas ?

Il serait facile de dire qu’elle a été victime de son image médiatique et de sa notoriété. C’est peut-être le cas mais la notoriété n’est pas forcément rédhibitoire. Marguerite Duras, Simone de Beauvoir, Marcel Proust, André Malraux, Henri Troyat, Michel Houellebecq et tant d’autres écrivains déjà célèbres ont obtenu le Goncourt. Et puis il y a les contres exemple bien connus de Céline avec « Le voyage au bout de la nuit », ou encore de saint Exupéry avec « Vol de nuit », qui ont raté le Goncourt…Enfin je vous passerais les dizaines d’auteurs qui l’ont eu et dont tout le monde a oublié l’existence.

Une formule magique.

Le Goncourt c’est une espèce d’alchimie, ou s’entremêlent la qualité du livre, la personnalité de l’auteur, celle des jurés, le poids des éditeurs, la tendance du marché etc…

On peut néanmoins essayer de chercher quelques éléments subjectifs : D’abord le livre d’Amélie Nothomb « soif » traite de la passion du christ, racontée par lui-même. Un sujet difficile, audacieux et clivant, car il faut être à la hauteur de l’histoire et du personnage. Quatre jurés du Goncourt ont estimé que l’objectif était atteint, six non.

Ensuite il y a la personnalité d’Amélie Nothomb, ses chapeaux,  ses interviews son style. Sa production très abondante, pas toujours de qualité égale. Parfois les jurés du Goncourt, eux-mêmes écrivains, aiment les auteurs qui peinent sur leur ouvrage, qui accouchent dans la douleur. Alors qu’Amélie Nothomb affiche une grande facilité…

Un aspect commercial.

Il y a peut-être également une question commerciale, aujourd’hui un Goncourt se vend en moyenne à 367 000 exemplaire. Amélie Nothomb a déjà vendu 140 000 exemplaires de « Soif ». Jean Paul Dubois avec « Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon » est très loin derrière, au moins 100 000 de moins, les Goncourt ont peut-être voulu lui faire un cadeau, un riche cadeau.

Le précédent Duras.

Au final rien ne dit qu’Amélie Nothomb ne décrochera jamais le Goncourt . Si je reviens à l’exemple de Marguerite Duras, tout le monde la donnait favorite  en 1950  pour « Un barrage contre le pacifique », et elle ne l’a obtenu qu’en 1984, 34 ans plus tard, avec l’« Amant »…

Comme on dit : patience et longueur de temps….

L’incandescente Marie Laforêt

Par Christophe Giltay dans Divers , le 4 novembre 2019 11h03 | Ajouter un commentaire

On a appris dimanche le décès de la chanteuse et comédienne Marie Laforêt, celle qu’on surnommait la fille aux yeux d’or. Elle traversé les décennies avec un charme indicible.

 

« La fille aux yeux d’or », le titre d’une nouvelle de Balzac, adaptée au cinéma ( avec elle dans le premier rôle) par celui qui sera son premier mari Jean-Gabriel Albicocco. La fille aux yeux d’or qui est déjà un livre remarquable, puisqu’en 1835 Balzac évoquait la relation entre deux femmes…Ambiguïté, travestissement, complexité, cosmopolitisme. Finalement le personnage collait par bien des aspects à celui de Maïtena Doumenach, fille d’industriel devenue artiste à la suite d’un concours sur Europe 1 en 1959. Son premier film « Plein soleil » avec Alain Delon et Maurice Ronet, révèlera à tous sa luminescence… son incandescence…

 35 films, des millions de disques.

Pour les gens de ma génération, nés dans les sixties, elle avait toujours été là, on avait à peine remarqué qu’elle s’était éloignée depuis le milieu des années 2000. Dernier concert en 2005, produit par Laurent Ruquier, dernière pièce de théâtre en 2000, une interprétation mémorable de la Callas qui lui valut un Molière. Elle ne chantait plus mais ses ritournelles et ses mélodies continuait à se balader sur les ondes. «  Ivan, Boris et moi »; « Viens c’est une prière » ; « Il a neigé sur Yesterday » coté Beatles, « Marie douceur Marie colère » adaptation en français de « Paint it black » côté Rolling Stones. On peine à croire le chiffres 35 millions d’albums vendus… 35 films. Une carrière internationale à une époque où les Français sortaient peu de leurs frontières. En 1969 elle a fait presque un tour du monde, elle a chanté dans quatre langues, fait un tabac en Amérique latine.

De « Plein soleil » aux « Morfaloux ».

 Côté cinéma je me suis toujours demandé si elle avait volontairement transformé le personnage envoûtant de ses débuts, en féministe dévergondée, au caractère volcanique et au verbe acide…

Elle était formidable dans ses personnages comiques, mais on avait l’impression qu’elle était passée à côté de quelque chose. Elle même disait « Ma carrière est de bric et de broc mais ma vie est remplie du début à la fin »

La fin nous a tous surpris : «  Quoi Marie Laforêt, 80 ans ? Mais je la vois encore hier ou avant-hier…enfin je la vois encore …je la vois tout le temps …je l’entends… elle était parmi nous dans le paysage. Il va falloir se convaincre qu’elle ne réapparaîtra pas un jour par surprise sur un plateau de télévision, avec une chanson, un film, un livre.

 Un cadeau ( un peu ) empoisonné.

Marie si vous me permettez, j’ai quand même un petit reproche à vous faire, la chanson « Cadeau… » Celle où une mère explique à son petit garçon qu’il ne lui doit rien

Pour neuf mois de patience et douze heures de souffrance
CADEAU
Pour tant de nuits de veille, surveillant ton sommeil
CADEAU
Pour les tours de manège, les jouets, le collège
CADEAU
Et quand on fait le tour, le total de mon amour,
C’est CADEAU…

Marie si vous saviez combien de fois ma mère me l’a faite écouter, elle m’a littéralement bassiné avec cette chanson !

Bon vent Marie !

Amazonie : Mariage des prêtres ? Ou pas ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 28 octobre 2019 08h39 | 2 commentaires

Amazonie : Mariage des prêtres ? Ou pas ?

 

 

Le Pape François a entrouvert ce weekend une toute petite porte en direction du mariage des prêtres. Cette timide ouverture ne concerne que l’Amazonie et encore sous de strictes conditions.

Cette proposition fait partie du texte final voté à la fin du synode des évêques consacré à l’Amazonie qui vient de se tenir pendant trois semaines au Vatican. 184 évêques et cardinaux, mais également de nombreux invités dont des représentants des communautés amérindiennes, on travaillé autour de l’action de l’Eglise catholique en Amazonie, c’est à dire une zone immense qui concerne plusieurs pays d’Amérique latine. Or dans les régions reculées d’Amazonie on manque cruellement de prêtres encore plus qu’ailleurs. Certaines communautés passent des années sans voir un religieux. Alors pour la messe tous le dimanche ce n’est pas évident…

Ordonner des diacres mariés.

C’est pourquoi les pères synodaux c’est ainsi qu’on les appelle ont fait cette proposition : d’ « ordonner des hommes reconnus par la communauté, qui ont un diaconat permanent fécond, pouvant avoir une famille légalement constituée et stable ». En latin on appelle ça des « viri probati » des hommes qui ont fait leurs preuves sur le plan religieux et humain. Les médias se sont un peu emballés sur cette histoire, on n’est pas en train de supprimer la règle du célibat établie depuis le XII ème siècle dans l’Eglise catholique. Les évêques ont juste proposé pourrait d’ordonner des hommes mariés qui sont déjà diacres. Les diacres ce sont des sortes d’assistants, ( diacre en grec ça veut dire serviteur) très impliqués dans la vie de l’Eglise, qui ont reçu des ordres mineurs et qui peuvent par exemple conduire la prière, distribuer l’eucharistie, ou même baptiser. S’ils sont considérés comme de clercs, ce ne sont pas des prêtres en mesure de délivrer tous les sacrements, et de conduire seuls une communauté. On leur ferait ainsi passer la dernière étape.

Chi va piano, va sano e va lontano

Donc on le voit, il ne s’agit d’autoriser des prêtres à se marier, ni de recruter des célibataires en leur disant qu’ils pourront se marier plus tard. C’est une timide ouverture, mais c’est une ouverture ! Cela dit il existe déjà des prêtres mariés dans l’Eglise, les prêtres catholiques de rite oriental, ( la moitié des prêtres Maronites du Liban sont mariés), ou encore les anciens Anglicans qui sont revenus vers le catholicisme ( « l’Anglicanorum coetibus »).

Cette timide avancée, est pourtant combattue par les conservateurs, et seuls les deux tiers des évêques du synode l’ont voté, ce qui est bien, mais ne fait pas l’unanimité. La balle est comme on dit dans le camp du pape François, soit il embraye au risque de déclencher une crise, soit il attend. Pour l’instant il reste silencieux sur le sujet, même si on sait qu’il y est plus que favorable…

 

Hollande : moi (re) Président ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 23 octobre 2019 07h47 | Ajouter un commentaire

Quand le chat n’est pas là les souris dansent. Pendant qu’Emmanuel Macron visite les terres françaises de l’océan indien, les « ex » occupent le terrain. Nicolas Sarkozy représentait la France à l’intronisation de l’empereur du Japon, et François Hollande fait la tournée des médias pour présenter son nouveau livre.

François Hollande à RTL TVI pendant sa campagne en 2011.

omme disait ma grand-mère, François Hollande « il a un goût de trop peu ». Contrairement à Nicolas Sarkozy il n’a pas été vaincu dans les urnes, il a quitté le pouvoir au bout d’un mandat, sans avoir pu défendre son bilan et affronter ses adversaires…Ce qui pour un battant est très difficile à accepter.

Battling François.

Sous ses airs bonhommes, François Hollande n’est pas le consul romain  Cincinnatus qui retourne à sa charrue après avoir sauvé la patrie. Non, c’est un politique, un vrai, un dur, un ambitieux. Dès juin 1984, il a 29 ans, il défie Jacques Chirac dans sa circonscription, en Corrèze, et n’est battu par le leader de la droite qu’avec 350 voix d’écart. Chirac avait pourtant dit de lui : « C’est qui ce candidat moins connu que le labrador de Mitterrand ? » L’élection il aime ça et la politique c’est sa vie. Alors il est tout, sauf à la retraite.

Réformer la Vème .

Il y a quelques jours François Hollande était à Liège pour un colloque sur la laïcité, et aujourd’hui il publie un nouveau livre, non plus de mémoires comme le précédent, mais un ouvrage de science politique. Son titre : «Répondre à la crise démocratique». Il y propose ni plus ni moins une réforme de la constitution française, avec un renforcement de pouvoirs du Président, la suppression du poste de Premier Ministre et l’allongement du mandat présidentiel à 6 ans, renouvelable une fois. Dans le même temps il souhaite renforcer l’autonomie du parlement, et séparer complétement l’exécutif du législatif. Le Président n’aurait plus ainsi le pouvoir de dissoudre l’Assemblée, ni de faire passer un texte en force avec le célèbre article 49 alinéa 3.

Revitaliser les partis.

François Hollande a donné de interviews pour expliquer son texte : «Les institutions réformées comme je le propose conduiraient les partis à reprendre une place importante dans le débat public», «Il faut revenir à des familles politiques qui suscitent l’espoir», pour autant il se prononce «contre la proportionnelle». (Le mode de scrutin qui est en vigueur par exemple en Belgique), car il souhaite de majorités claires.

François Hollande est un énarque, ancien chef du PS, ancien Président de la République. La science politique il sait ce que c’est, et de l’avis général c’est un livre qui tient la route.

Néanmoins en France, il y a autant de projets de réforme de la constitution que d’hommes ou de femmes politiques qui souhaitent conquérir l’Elysée. C’est à dire beaucoup ! Or ce livre ne répond pas à la vraie question : François Hollande se prépare-t-il pour l’élection de 2022 ?

Qui sait …

Mais si ce bouquin, n’est pas un programme il y ressemble.

Près de 160 policiers pour une clé USB

Par Christophe Giltay dans Divers , le 9 octobre 2019 11h06 | Ajouter un commentaire

Le chiffre est étonnant, pas moins de 160 enquêteurs ont été désignés pour analyser la clé USB de Mickael Harpon,  le tueur de la préfecture de police de Paris.

 

Mickaël Harpon

 

Cette clé découverte dans le bureau de Michael Harpon est dotée d’une grande capacité : 64 Giga octets. Mais la capacité n’est pas tout, il y aussi une grande variété de dossiers et de documents enregistrés sur cette clé, des données qui proviennent pratiquement de tous les services de la Préfecture de police. En effet Mickael Harpon était « habilité secret défense », donc il avait accès aux informations les plus confidentielles, mais il était aussi informaticien et disposait donc des codes « administrateurs ». Vous connaissez tous çà dans vos entreprises, il y a toujours un moment où l’ordi vous dit : « contactez votre administrateur ». Or Mickael Harpon c’était un administrateur, il avait accès à tout.

La clé du problème.

Voilà pourquoi le commissaire qui dirige la brigade criminelle, Michel Faury, a ordonné le partage du contenu de la clé USB entre différents services d’enquêteurs : la section antiterroriste de la préfecture de police de Paris, la sous-direction antiterroriste de la direction centrale de la PJ, la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI). Même des policiers de la brigade des stups ont été appelés en renfort. Et encore ce n’est pas tout, en plus de la clé découverte dans son bureau il y aussi d’autres clés et son ordinateur personnel saisis à son domicile.

Depuis 2003…

Maintenant rien ne dit que tous les documents sur la clé ont été enregistrés à des fins terroristes. Beaucoup de téléchargements ont pu avoir une finalité uniquement professionnelle. Mickael Harpon disposait de l’habilitation « secret défense » depuis 2003 et son entrée à la Préfecture de police. Vous imaginez la tâche colossale qui attend les enquêteurs.

Dysfonctionnement sérieux.

Reste la question principale comment n’a-t-on pas identifié la dérive de ce fonctionnaire ? Pourquoi ne s’est- on pas intéressé à sa conversion à l’islam après son mariage avec une musulmane en 2014 ? Pourquoi, n’a-t-on pas fait remonter l’information quand il lancé dit en 2015 : « c’est bien fait ! » en évoquant l’attentat de Charlie hebdo. Interrogé hier par la commission des lois de l’Assemblée nationale, Christophe Castaner le ministre français de l’intérieur a estimé que cette situation représentait un «dysfonctionnement sérieux, une faille grave».

Bernardo.

Sans oublier que d’après certains proches, celui qu’on surnommait Bernardo, en référence au valet de Zorro, vivait mal sa situation professionnelle. Persuadé d’être dénigré et privé de promotion à cause de sa surdité… Sans mauvais jeu de mot on aurait peut-être dû l’écouter un peu plus, avant qu’il ne se radicalise.

Un grand ménage s’annonce dans la police française, il pourrait s’y trouver de nombreux Mickael Harpon que personne n’a encore identifié.

Miracle : une spectatrice sauve le « Messie »

Par Christophe Giltay dans Divers , le 3 octobre 2019 07h37 | Ajouter un commentaire

 

C’est probablement ce qu’on appelle une performance… Une jeune femme venue assister en simple spectatrice à un concert de musique classique à Radio France,  a remplacé au pied levé un chanteur malade.

Adèle Charvet

 

Adèle Charvet, fille du compositeur Pierre Charvet et une jeune mezzo-soprano de 26 ans qui connait un début de carrière plutôt encourageant, sans être encore une vedette de l’art lyrique. Elle a formé un quatuor vocal avec trois autres chanteurs et chanteuses et se produit régulièrement.

Une simple spectatrice.

Mardi Adèle décide d’aller écouter un concert donné à l’Auditorium de Radio France par La Chapelle Harmonique, un ensemble de musique baroque dirigé par un de ses amis, le jeune chef Valentin Tournet 23 ans. Au programme une œuvre très connue le Messie de Haendel. Pour interpréter ce type musique du XVIII ème siècle on utilise des chanteurs à la voix très aigue, qu’on appelle des contre-ténors. A l’origine la partie du contre-ténor devait être tenue par Alex Potter, mais cetartiste tombe malade, pendant les répétitions.  On le remplace alors au pied levé, par un autre contre-ténor David DQ Lee qui se trouve à New York, qu’à cela ne tienne il ne va pas laisse tomber le Messie, David saute dans un avion pour Paris. Comble de malchance  pendant le voyage il contracte une bronchite à cause de la climatisation ! Mardi il arrive tant que bien que mal à assurer la première partie du messie, mais à l’entracte la tuile ! Il n’est plus capable de sortir la moindre note.

Y-a-t-il un chanteur dans la salle ?

Au même moment Adèle qui connait le chef d’orchestre, se rend dans les coulisses pour lui dire bonjour et voir si tout va bien. Pas du tout lui répond la régisseuse qui lui apprend la catastrophe. L’équipe est désespérée et envisage soit d’arrêter le concert, soit de supprimer les parties où David devait chanter. C’est alors que quelqu’un dans les coulisses a l’idée de proposer à Adèle de remplacer le chanteur. La voix d’une mezzo-soprano est en effet très proche de celle d’un contre-ténor . Un pari complètement fou car la jeune femme ne connait pas l’œuvre qu’elle n’a jamais interprétée en public.

« J’ai pris un programme pour voir ce qu’il restait à chanter pour la voix d’alto et je suis allée dans la loge de Valentin, le chef d’orchestre qui m’a aidée à déchiffrer la pièce« , elle répète alors rapidement avec la violoncelliste Natalia Timofeeva et le ténor David Webb.

Coup d’essai, coup de maître.  

Le concert reprend avec seulement un quart de heure de retard ! Les spectateurs sont un peu surpris de voir arriver en scène aux milieux des chanteurs tous vêtu de noir, cette jeune femme en jean et en tee shirt . Mais très vite la magie de l’oeuvre prend le dessus et malgré son stress Adèle fournit une prestation étonnante. Les spectateurs lui réserveront un standing ovation à la fin du spectacle. L’histoire retiendra que ce soir-là à radio France, le sauveur, le messie… fut une femme !

Chirac, tout oublier

Par Christophe Giltay dans Divers , le 27 septembre 2019 07h18 | Ajouter un commentaire

Revenons sur les hommages unanimes rendus à Jacques Chirac depuis l’annonce de son décès hier. Toute la soirée des centaines de Français se sont présentés à l’Elysée pour y déposer des messages de condoléance.

 

 

« Les morts sont tous braves types », chantait autrefois Georges Brassens, et on a l’impression depuis 24 heures que cette phrase a été écrite spécialement pour Jacques Chirac.

Oubliés les emplois fictifs de la Marie de Paris, oublié sa condamnation pour détournement de fonds publics, oubliés les frais de bouche somptuaire de l’hôtel de ville, oubliés les vacances dans un palace de l’île Maurice, oubliées les contradictions et les palinodies, qui l’ont fait passer du travaillisme à la française au reaganisme militant avant de s’installer dans la posture du défenseur intransigeant de la République, plus hériter de Clémenceau que de De Gaulle…

Un faux gentil.

Oublié aussi le tueur qui n’a jamais hésité à flinguer autant ses alliés que ses adversaires renvoyant dans les poubelles de la politiques, ceux qui avaient eu le tort de l’affronter, de le décevoir ou de le trahir. Lui-même d’ailleurs savait trahir quand c’était nécessaire, n’a-t-il pas abandonné lors de la présidentielle de 1974, le candidat gaulliste Jacques Caban Delmas, figure de la seconde guerre mondiale, pour soutenir Giscard, dont il devint le Premier Ministre. Quand Nicolas Sarkozy lui a fait le même coup en 1995, en rejoignant Balladur, ça a dû lui rappeler des souvenirs, mais lui a réussi à rebondir et a finalement triomphé.

Jamais résigné.

C’est peut être ça que les français admiraient en lui, le battant, jamais résigné, toujours à l’assaut.  Je crois aussi les français regrettent en lui un homme qui leur ressemblait… un peu génial, un peu cossard, un peu roublard, un peu menteur, mais aussi généreux, courageux,  un pied à paris et l’autre en Corrèze. paysan et urbain à la fois…la France de toujours !

Un faux beauf.

Chirac l’amateur d’art premier et de poésie japonaise, et qui aimait laisser croire qu’il regardait le foot en survêtement en s’enfilant des bières… Quoique, je peux en témoigner pour l’avoir suivi vu dans un estaminet à Lille un jour de campagne,  Chirac était un vrais connaisseur en matière de bière, même si sur la fin il s’était résigné à la légèreté de la Corona…Bien sûr  Chirac c’était  tout le contraire d’un Emmanuel Macron ou d’un Giscard, premiers de la classe et amateurs de nouvelle cuisine, Chirac lui adorait la tête de veau. Servie entière et non roulée cervelle et langue à art, nappée de sauve gribiche de Brive, câpres blanc d’œuf et moutarde violette.

Douce France…

Chirac incarnait la France d’avant la mondialisation et les smartphones. Quand on pouvait réparer sa 403, au bord de la route avec une clé anglaise et une clope au bec, célèbre photo de sa jeunesse qu’il a utilisé maintes fois dans ses campagnes…

On se souvient de ses formules à l’emporte-pièce : « pschittttt » ou « abracadabrantesque » mais le mot qu’il utilisait le plus dans ses interviews quand il ne savait que répondre c’était : naturellement ! Alors Chirac fut-il un grand président ? Naturellement !