Giscard-Chirac 40 ans de rivalité.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 3 décembre 2020 09h23 | Ajouter un commentaire

 

Le principal adversaire politique de Valéry Giscard d’Estaing fut François Mitterrand qu’il a battu à la présidentielle de 1974, avant d’être lui-même vaincu lors de la revanche en 1981. Mais son plus grand rival était un autre homme de droite qui fut lui aussi président : Jacques Chirac.

 

C’était quelques chose la relation Giscard Chirac,  un mélange de haine et de complicité au sens criminel du terme. Tout avait commencé par un mauvais coup. En 1974 à la mort du président Pompidou, toute la France s’attend à ce qu’un gaulliste succède à celui qui avait lui-même succédé au Général de Gaulle. Candidat désigné par le parti gaulliste Jacques Chaban Delmas, ancien premier ministre, ancien plus jeune général de France qui avait participé la libération de Paris. Mais pendant ta campagne électorale un groupe de 43 députés gaullistes emmené par Jacques Chirac décide de trahir Chaban et de soutenir Giscard. Chaban sera éliminé au premier tour et Giscard l’emportera de justesse face à Mitterrand au second tour. Récompense pour Chirac le poste de Premier Ministre.

Une alliance contre nature.

Les choses vont vite se gâter car VGE est bien décidé à gouverner comme il l’entend de façon moderne et européenne. Il abaisse la majorité à 18 ans, il légalise l’avortement, autorise le divorce par consentement mutuel, et surtout il est très pro européen, très proche du chancelier Helmut Schmidt. Il est lui-même né en Allemagne à Coblence et parle allemand couramment, alors que les gaullistes sont plutôt nationalistes. En 1976 Chirac démissionne, fonde le RPR et se fait élire l’année suivante maire de Paris contre le candidat de Giscard, Jean d’Ornano. La suite ne sera plus qu’une longue rivalité pour le leadership de la droite. En 1981 jacques Chirac se présente contre Giscard, éliminé au premier tour, il fait secrètement voter pour Mitterrand au second tour. Giscard lui-même qui a eu vent de cette manœuvre téléphone à une section locale du RPR et demande s’il faut bien voter pour Giscard d‘Estaing, et on lui répond : « non non surtout pas il faut voter Mitterrand ! »  On connait la suite Giscard sera battu et ne pardonnera jasmin à Chirac cette nouvelle trahison.

Deux hommes deux styles.

Giscard ne s’est jamais vraiment relevé de sa défaite, bien sûr il essayera de remonte la pente en se faisant réélire député, puis président de la région Auvergne puis président de la commission pour la constitution européenne, puis membre de l’Académie Française, mais il aura toujours ce regret du pouvoir.

La différence avec Chirac c’est que malgré son accordéon et ses dîners chez les français, il n’était pas proche des gens. Il avait gardé ce port altier et cet accent aristocratique qu’imitait si bien Thierry Le Luron. Chirac racontait d’ailleurs qu’un jour invité au fort de Brégançon la résidence d’été des présidents, Bernadette et lui s’était retrouvé assis sur des chaises, alors que Giscard et son épouse Anne Aymone trônaient sur des fauteuils. Chirac trouvait Giscard arrogant, et VGE pensait que Chirac était un imbécile. Politiquement c’est finalement Chirac qui l’a emporté puisqu’il a réussi à assurer deux mandats de président contre un seul à VGE.  Mais au final c’est Giscard qui triompha dans le tourbillon de la vie, il a notamment gardé toute sa tête et sa brillante intelligence quand Chirac sombrait.  Ultime revanche, sa dernière apparition publique il y a un an ce fut, ironie du sort, aux obsèques de Chirac, il lui a alors dit définitivement : Au revoir….

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

  * champ obligatoire

0 réaction à “Giscard-Chirac 40 ans de rivalité.”

  1. Aucun commentaire