Belgique, le gouvernement impossible

Par Christophe Giltay dans Divers , le 18 février 2020 08h20 | Ajouter un commentaire

La Belgique n’en finit pas de se chercher un gouvernement, alors que dans d’autres pays comme la France, il suffit parfois e 24 h pour connaitre le premier ministre et de deux jours pour découvrir son équipe. Comment se fait-il que ce soit impossible chez nous ?

 

Ça tient en fait à deux choses, le système politique et le mode de scrutin. Sans être comme les Etats Unis un régime présidentiel, aux Etats Unis par exemple il n’y a pas de Premier Ministre, la France est un régime où le Président constitue comme disait de Gaulle la clef de voûte des institutions. Cela n’a pas toujours été le cas, sous la quatrième République de 1946 à 1958 le régime était plus instable encore qu’en Belgique. Les gouvernements duraient parfois deux jours, le plus long a tenu 16 mois et une personnalité comme Pierre Mendes France considéré comme l’un de plus grands hommes d’Etat français n’est resté au pouvoir que 7 mois et demi. C’est pourquoi quand le général de Gaulle est arrivé au pouvoir en 1958, il a voulu une constitution solide qui permettrait une grande stabilité gouvernementale.

France : Le gouvernement procède du président.

En France le président est élu au suffrage universel, puis il désigne un Premier Ministre qui lui propose un gouvernement que le président nomme ensuite, ça prend de 48 à 72 heures. Puis seulement ont lieu les élections législatives qui en général entérinent le choix du Président. De toute façon s’il y désaccord le chef de l’Etat peut toujours dissoudre l’Assemblée Nationale, de sa propre autorité. C’est tout le contraire de la Belgique où l’on vote d’abord pour le parlement, puis ensuite de ce parlement on cherche à extraire un gouvernement…

Proportionnelle contre majoritaire.

Le deuxième point c’est le système électoral, système majoritaire en France, proportionnel en Belgique. Le système proportionnel est plus juste, car tous les partis qui ont réalisé un score minimum disons 5%, et moins parfois selon les pays, sont représentés au parlement. C’est équitable mais ça crée des chambres très dispersée où personne n’a la majorité absolue et il faut former des coalitions parfois hétéroclites. La Belgique n’est pas la seule à connaitre les difficultés dues à la proportionnelle, l’Espagne et l’Italie en ont montré l’exemple ces dernières années.

UK : First past the post.

En revanche au Royaume Uni le système majoritaire à un tour, premier arrivé premier servi, produit en des majorités stables, soit conservatrices soit travaillistes. Avec comme inconvénient que des familles politiques entières comme les écologistes ne sont quasiment jamais représentées à la chambre des Communes.

Belgique : morcellement maximum.

En Belgique l’existence de deux corps électoraux séparés linguistiquement, avec chacun leurs partis politiques, rajoute encore au morcellement dû au suffrage proportionnel.

Conclusion : La quasi impossibilité de former un gouvernement fédéral n’est pas une incongruité en Belgique, elle est comme inscrite dans les textes ! Elle résulte simplement des réformes successives de la constitution qui ont renforcé les entités fédérées au détriment du fédéral, devenu une sorte de pouvoir résiduel, une coquille vide …Il est peut-être un peu tard maintenant pour s’en plaindre.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

  * champ obligatoire

0 réaction à “Belgique, le gouvernement impossible”

  1. Aucun commentaire