La fin de l’Eldorado québécois.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 18 juin 2019 08h02 | 4 commentaires

Le rêve de milliers de Belges ou de Français qui souhaitaient s’installer au Québec, vient de voler en éclat. L’Assemblée nationale de la belle province  a adopté dimanche un projet de loi sur l’immigration, qui entraînera notamment l’abandon de 18.100 dossiers d’immigration, 3500 de ces annulations concernent des gens déjà installés sur place.

 

Assemblée Nationale du Québec.

 

Ne me dites pas que vous n’avez jamais croisé quelqu’un qui vous faisait part de son envie de s’installer un jour au Québec. C’est notamment le cas de tous ceux qui ont eu la chance de visiter ce pays magnifique, et dont la, population est ( était ?) particulièrement accueillante. Pour les francophones c’était un peu l’Eldorado.

Un test en ligne.

Il suffisait d’aller sur le site de la Province, ou de l’une de ses délégations, et de remplir un questionnaire qui vous donnait un pourcentage sur vos chances de recevoir un visa de travail. Pour l’avoir fait il y a 10 ans, je peux vous dire que si vous aviez un diplôme et que vous parliez français la réponse était toujours favorable, même à plus de quarante ans. Evidemment un jeune couple diplômé avec enfants obtenait, lui, la note maximale. C’est ainsi que chaque année des milliers d’immigrants franchissaient l’Atlantique, prêt à affronter le froid et les derniers tubes de « Céline ».  Ce n’était pas toujours un conte de fée, le Québec c’est l‘Amérique, on vous laisse le temps de vous faire une place, de trouver un  boulot, ou de  créer votre entreprise, mais si vous n’y arrivez pas, c’est retour à la case départ.

Un programme nationaliste.

Le problème c’est qu’à Québec comme dans certains pays d’Europe,  une vague nationaliste, et anti immigrée  s‘est développée récemment. A tel point que l’actuel premier ministre de la province François Legault, a été élu sur la promesse de réduire de 20% le nombre d’immigrés et de réfugiés. La loi votée dimanche a été vivement discutée à l’Assemblée Nationale du Québec, l’opposition vent debout a tout fait pour la bloquer mais  elle a finalement été adoptée au petit matin. Le texte prévoit une réforme du processus de sélection des candidats, qui sera désormais basée sur l’adéquation des compétences professionnelles avec les besoins de main-d’œuvre. Elle  va entraîner l’annulation de 18.100 dossiers de candidatures, ce qui, si on compte les familles, touche au total quelque 50.000 personnes. Ces dossiers avaient été déposés sous l’ancien système, basé sur le principe du premier arrivé premier servi.

Québec contre Canada.

Les candidats à l’immigration vont devoir déposer une nouvelle demande. Or  3500 familles étaient déjà installées sur place. En visite à Paris au début de l’année François Legault s’était voulu rassurant en disant que cette loi ne visait pas les francophones européens. Mais dans les faits le système sera le même pour tous, si vous ne correspondez pas  aux métiers en pénurie vous n’obtiendrez pas votre visa.

Le plus fou dans cette affaire c’est que le Québec s’oppose ainsi à la politique très ouverte du gouvernement fédéral du québécois Justin Trudeau. Mais celui-ci est libéral et donc d’une couleur politique différente de François Legault du parti  » coalition avenir Québec », un mouvement de centre droit qu’il a fondé .

Il n’y a pas qu’en Belgique que les asymétries gouvernementales aboutissent à des résultats surprenants…

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

  * champ obligatoire

4 réactions à “La fin de l’Eldorado québécois.”

  1. Aberrant la façon dont ils sont arrivés pour changer toutes les règles au détriment d un investissement de temps et d argent de la part de milliers de personnes qui ont tout lâché parce qu’on leur presentaient un rêve.
    Et pourtant l Eldorado est bien là, peut être pas financièrement mais beaucoup de regions souffrent d une pénurie de main d’oeuvre et cela dans tous les domaines. Exemple, je vis a Thetford Mines, je dans une boulangerie ou nous étions 18 il y a 5 ans, nous sommes 10 aujourd’hui et cela comprend 6 étudiants, pour la même charge de travail. Ce Weekend, un fast food a fermé fautes d employés. Dans beaucoup d endroits on vous engage sans CV, sans expériences, sans qualifications.
    Alors cette nouvelle loi en plus de gommer les 18000 dossiers va être beaucoup plus selectives, il vous faudra absolument un diplôme universitaire ou de hautes études pour avoir une chance d etre accepté. Une immigration sélective ne va pas aider le Québec.

  2. J’ai fait les démarches il y a 20 ans et, déjà à l’époque, il y avait une liste des métiers en pénurie. Donc, apparement, rien n’a changé. Pour avoir plus de points, il était bon d’avoir de la famille ou des connaissances déjà installée là-bas. Malheureusement, un problème familial m’a fait renoncé à cet Eldorado.

  3. Erreratum

    M.Giltay, François Legault est nationaliste et non souverainiste comme les membres du PQ (parti québécois).
    Le parti de François Legault est la CAQ (coalition avenir québec).

    Il n’est pas nécessaire de publier mon post

    Bàv,

    Kah Tuka

  4. Il est tout à fait normal pour un pays d’exiger l’adéquation professionnelle d’un candidat immigré aux besoins de main d’oeuvre locaux.
    C’est l’anarchie qui s’appliquait en la matière jusqu’ici qui est un non-sens.