Gens du voyage : Un maire évoque Hitler

Par Christophe Giltay dans Divers , le 23 juillet 2013 09h40 | Un commentaire>

Le député maire de Cholet , a provoqué de vives réactions après la publication de ses propos sur les gens du voyage, il a dit ni plus ni moins qu’’Hitler n’en avait peut-être pas tué assez ».

Gilles Bourdeleix député maire de Cholet.

 

Il s’appelle Gilles Bourdouleix et son avenir  politique n’est pas assuré car le préfet du Maine-et-Loire, l’équivalent du gouverneur,  va saisir le procureur de la République pour « apologie de crime contre l’humanité », « la justice appréciera les suites pénales à réserver à ces propos ».  Le ministre de l’intérieur Manuel Valls a demandé qu’il soit lourdement sanctionné.

Le maire nuance.

Evidement le maire dément, il accuse un journaliste du courrier de l’Ouest d’avoir déformé ses propos.  Il l’a carrément traité, vous me pardonnerez l’expression, de petit merdeux. Bien sûr ça n’a rien arrangé et le journal a publié sur son site l’enregistrement de la scène. Alors qu’il s’est rendu sur un terrain occupé illégalement par 150 caravanes, pour exiger leur départ, on entend le député-maire lancer d’abord dans un brouhaha « la loi, elle s’applique ».  Puis une fois les gens du voyage se sont un peu éloigné, il ajoute: « Comme quoi Hitler n’en a peut-être pas tué assez. » Le journal précise qu’à ce moment-là, M. Bourdouleix était « excédé par des saluts nazis » faits par des gens du voyage, et par « les accusations de racisme » qu’on lançait contre lui.  Le maire de son côté a  expliqué avoir dit que « malheureusement, Hitler, il les tuerait ici ». « Je ne dis pas qu’il aurait bien fait, je dis seulement que, quelque part, ils ont de la chance, personne ne va les tuer ». Ce qui peut être un  moins grave mais qui est de toute façon détestable, et au minimum de très mauvais goût.

Le monde politique s’est immédiatement mobilisé, la condamnation est unanime et il va être dès mercredi exclu de son partie l’UDI. La formation  centriste de Jean Louis Borloo…

Une loi difficile à appliquer.

Reste le fond du problème : depuis l’an 2000 la loi en France exige que toute commune de plus de 5.000 habitants installe des aires d’accueil pour les populations itinérantes. Mais à Cholet, l’aire de grand passage réservée était officiellement fermée en raison de travaux. Difficile alors pour le maire d’exiger des nomades qu’ils respectent la loi, alors que lui, ne le fait pas. A noter qu’il s’agit ici de nomades français, qu’on appelle dans le langage courant  gitan ou manouche comme l’était par exemple Django Reinhardt.  Souvent ils sédentarisés l’hiver et ne reprennent la route qu’au printemps. Certes ils font partie au sens large du peuple Rom, mais dans les faits ils n’ont à voir avec les Roms, arrivés récemment d’Europe de l’Est qui occupent des bidonvilles aux portes de Paris, et des grandes villes et qu’on expulse manu militari aussi bien sous Hollande que sous Sarkozy. Quelle différence me direz-vous ? Tout …car comme il s’agit de citoyens français, il est très probable que la plainte aboutisse !

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

  * champ obligatoire

1 réaction à “Gens du voyage : Un maire évoque Hitler”

  1. beaucoup de briut pour pas grand chose mais il est vrai que les r.o.m trainent derrière eux une réputation pas totalement fausse et qu’ils dérangent partout ou ils passent et peu veulent changer !