Bretigny-sur-Orge : un geste volontaire ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 19 juillet 2013 08h02 | Ajouter un commentaire

 En France,  un doute terrible au sujet de l’accident de train de Bretigny sur Orge qui a fait 6 morts il y a une semaine. L’accident aurait pu être la conséquence d’une malveillance…

L’éclisse incriminée.

 

C’est une information qu’il faut prendre avec beaucoup de prudence et de circonspection. Mais le même jour que la catastrophe un accident s’est produit à Limoges avec la même cause mais heureusement pas les mêmes effets, il n’y pas eu de victimes.  

On a su très vite ce qui a provoqué le déraillement du train en gare de Brétigny. La défaillance d’une éclisse, une pièce d’une dizaine de kilo qui relie les tronçons de rails. Les éclisses sont fixées par quatre gros boulons. Vendredi à Brétigny un peu après 17H, au passage d’un train,  trois boulons d’une éclisse se sont arrachés, et le quatrième s’est tordu. L’éclisse s’est retrouvée au centre de l’aiguillage, et quand l’Intercity est arrivé ses roues ont été littéralement expulsées du rail par cet obstacle.

Un autre accident.

Depuis le débat se résumait à une seule question comment ces boutons ont-ils pu céder ?  Est ce qu’il avait un problème de fabrication ?  Est ce qu’on les avait mal resserré après des travaux…l’enquête est en cours. Mais voilà hier on a appris que vendredi le même jour qu’à Brétigny, un autre train a déraillé partiellement au nord de Limoges sur le site de la société nucléaire Areva, spécialisée dans le nucléaire. La locomotive est sortie des rails, à cause d’une éclisse partiellement déboulonnée,  Limoges l’acte volontaire ne fait aucun doute. Un militant antinucléaire a revendiqué ce geste dans un mail envoyé au journal local, le populaire du centre. La SNCF a porté plainte pour mise en danger de la vie d’autrui et Areva pour sabotage.

Une menace ?

Apprenant que l’Agence France Presse allait sortir cette information, la SNCF a a averti que tout rapprochement entre les deux accidents seraient aventureux.  Officiellement la compagnie de chemin de fer privilégie toujours à Brétigny l’hypothèse d’une défaillance mécanique.

Il est vrai qu’il y a plus de 350 km entre Limoges et Brétigny, mais le train qui a déraillé se rendait à Limoges. Personne n’a revendiqué le déraillement de Brétigny qui est probablement un accident  Mais cette histoire a quelque chose d’effrayant. Car elle nous démontre premièrement qu’il suffit de déserrer quatre boulons pour faire dérailler un train, et deuxièmement  que des activistes le savent puisqu’ils l’ont fait sur le site d’Areva !

On peut désormais espérer que la SNCF va surveiller de très près ses aiguillages.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

  * champ obligatoire

0 réaction à “Bretigny-sur-Orge : un geste volontaire ?”

  1. Aucun commentaire