24 % : pâle anniversaire pour François Hollande

Par Christophe Giltay dans Divers , le 3 mai 2013 09h53 | 2 commentaires

  Pas un jour sans un sondage défavorable pour François Hollande, qui a décidément du mal à passer le cap du premier anniversaire de son mandat. Il a encore perdu trois points dans le baromètre du Figaro Magazine, il ne reste même plus un français sur quatre pour lui accorder sa confiance.

 

24% après un an de présidence on n’a jamais connu ça sous la Vème République…a titre de comparaison… François Mitterrand était à 61% en 1982… Jacques Chirac à 44 %en 1996 et  Nicolas Sarkozy à  34%, en 2008, je m’inquiète pour le prochain…

 C’est une baisse constante, qui s’explique tout simplement parce que les français attendent de plus en plus de leurs dirigeants et que ceux-ci peuvent de moins en moins.

 En 1982 pour Mitterrand c’était génial,  il avait été élu avec moins de 52% des voix et un an plus tard il était  à 61% ! Il  faut dire qu’entre temps, il avait augmenté les salaires et les minimas sociaux, embauché des milliers de fonctionnaires, autorisé les radios libres, aboli la épine d’emport, réduit le temps de travail de 40 à 39 heures, baissé l’âge de la retraite de 65 à 60 ans. Comme disait Michel Fugain « c’est la fête ! c’est la fête ! »… Dés 1983 ce fut le tournant de la rigueur, et bien sûr les sondages plongèrent.

 Hollande trop sage ?

Or François Hollande a autant de pouvoir que Mitterrand en 1981, une majorité aussi solide,  même plus puisqu’il contrôle aussi le sénat qui était resté à droite à l’époque. Il pourrait  lui aussi distribuer à tire larigot. Mélenchon ne viderait plus lui ch… dans les bottes,  les syndicats seraient contents et ses électeurs ne seraient pas déçus.  Car s’il est bas dans les sondages ce n’est pas la faute de la droite, la droite par essence ne vote pas pour lui, ce sont ses électeurs qui se sont barrés ! Et pourquoi ?  Parce que comme disait Henri Salvador

« C’est pas là la joie c’est pas la joie… »

Dons le président paierait en quelque sorte son sens des responsabilités.

Oui, mais ! (dit la droite )  il ne fait pas les réformes nécessaires et notamment la réduction des dépenses publiques exigée par Angela Merkel !

Du Margaux au Bourgueil et alors ?

Au fait qu’est-ce que ça veut dire la réduction de dépense publique ?  La diminution du train de vie de l’Etat ? Calembredaines…on est à l’os… Par exemple, l’Elysée va vendre  une partie de sa cave aux enchères les 30 et 31 mai prochains à l’Hôtel Drouot et peut être remplacer le Petrus 1990 par un petit Bourgueil… Ca va rapporter combien ? Rien ! Au niveau du budget de l’Etat  rien ! Diminuer les dépenses publiques ça veut dire baisser les retraites ou augmenter la durée des cotisations, baisser les remboursements de médicaments, et moins prendre en charge les soins et les examens,  et si possible geler les salaires.  Et ça Hollande  ne le fait pas non plus. Du moins pas autant que le souhaiterait les tenants du libéralisme pur et dur.

Courage !

On dit qu’il manque de courage… moi je n’en suis pas si sûr…  il essaye à la fois de réduire les déficits sans étrangler les plus faibles…est-ce vraiment déshonorant ? Il est vrai que cette position, lui aliène à la fois la droite, le centre droit, une partie du PS,  et la gauche de la gauche, sans pour autant satisfaire les classes populaires qui ne voient pas leur situation s’améliorer.  Finalement dans une telle épure,  24% de satisfaits c’est presque une aubaine !  

Quant à contenter les français durablement … Quel que soit le gouvernement la mission est impossible. Comme disait le  général De Gaulle en 1962 : « Comment peut-on gouverner une nation qui a deux cents quarante-six différentes sortes de fromages? »

 

 

 

Tout sur le fonctionnement de la constitution française et les Présidents de la République , dans “La France choisit son roi” de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

  * champ obligatoire

2 réactions à “24 % : pâle anniversaire pour François Hollande”

  1. Il est normal que des hommes comme François Hollande ou Barack Obama qui ont suscité tellement d’espoir déçoivent après leur première année. Le changement ne se fait jamais facilement quand il consiste à retirer un peu de pouvoir à ceux qui l’ont pour le remettre à d’autres qui en ont tellement besoins, mais ne savent pas encore comment le gérer. Si François Hollande est le président le plus impopulaire de la Ve République, il est pourtant déjà en chemin pour une réélection. Son ami américain Barack Obama lui a montré comment. Un creux après la première année de pouvoir est tout à fait normal et même souhaitable pour un politique qui veut se faire réélire. Plus la droite française s’acharne sur lui, mieux ce sera aux prochaines élections. Le président n’a besoin d’aucunes recette ni de suive d’autres plans que ceux de son parti pour rebondir.

  2. 2Jorssen Germain le 3 mai 2013 à 19:29

    Monsieur Giltay,
    Je suis certain ququi quand il est arrivée si les Français avait voté Sarkozy on en serait pas là.
    Les socialistes fidèles à eux-mêmes vident les caisses de l’Etat et ne font rien.
    Mitterand en 81 est arrivé avec des caisses en bénéfice l’année suivante commençait le calvaire des Français.
    Hollande MENT et a MENTI aux Français (voir Mittal).Bref un an pour la France de perdu et on ne voit pas le bout du tunnel.
    C’est dommage car le chômage augmente et rien ne se passe…
    Cordialement.
    Germain Jorssen.