Obélix contre méchant fisc

Par Christophe Giltay dans Divers , le 18 décembre 2012 10h01 | 2 commentaires

  En France tout le monde a un avis sur l’installation de Gérard Depardieu à Néchin. Ces avis sont tranchés, et tout ça est très politique. Derniers à se prononcer  sur la question : François Hollande, Alain Juppé  et  Didier Reynders.

 François Hollande s’est exprimé hier, sur l’affaire Depardieu,  en visite en province il a déclaré « Moi, plutôt que de blâmer tel ou tel, je veux saluer le mérite de ceux qui ont certes beaucoup, mais qui acceptent de payer leurs impôts en France, de produire en France, de faire travailler en France et de servir leur pays »

 On pourrait dire qu’il essaye de désamorcer ce qui est devenu une crise médiatique, depuis la sortie de Depardieu dans le JDD (journal du dimanche). Le premier ministre lui-même est revenu un peu sur ses propos, disant qu’il n’avait jamais dit que Depardieu était minable,  mais que c’était l’attitude des exilés fiscaux qui l’était.

 Droite contre gauche.

 Sur le sujet, le clivage gauche-droite  est très net. Et ce n’est pas un hasard si le Figaro, principal journal conservateur, publie aujourd’hui une interview de Didier Reynders, titrée « Si d’autres Français veulent venir, je n’y suis pas opposé ». Le ministre des affaires étrangères en profite pour rappeler que si la France souhait une harmonisation fiscale en Europe, il n’est pas sur qu’elle aille dans le sens du gouvernement français. Dommage, le Figaro a oublié de lui demander ce qu’il pensait des exilés fiscaux Belges au Luxembourg quand il était aux finances…mais ça n’a surement rien à voir.

 Quant aux lecteurs du même Figaro, il faut regarder leurs réactions sur le site du journal, en gros : « Depardieu a raison, cet argent il est à lui, il ne l’a pas volé, c’est un entrepreneur, il en fait ce qu’il veut etc… »

 

 Un soutien modéré.

  Pourtant l’UMP très occupée par l’affaire Fillon-Copé  n’a enfourché que modestement ce cheval de bataille. Il faut reconnaitre que Depardieu, n’est pas vraiment le modèle idéal dans lequel la bourgeoisie française rêve de s’incarner. Gégé c’est plutôt un prolo, quant à ses amitiés avec les potentats du Caucase, ça fait désordre
Aussi Alain Juppé ancien premier ministre de Jacques Chirac, a essayé de remettre l’église au milieu du village :  « ce qu’a fait Gérard Depardieu n’est pas bien », car « dans une situation aussi compliquée que celle de notre pays on ne s’en va pas». Mais « on serait bien inspiré de se demander pourquoi il s’en va ». Sous-entendu le responsable c’est le gouvernement socialiste. 

 Un exilé pas très discret.

  Ce soutien modéré de la droite, s’explique à mon avis par la publicité que l’acteur a faite de son départ. En effet les exilés fiscaux sont plutôt des gens discrets. Vous n’entendez jamais parler des deux mille autres français installés à Estampuis. Pour vivre heureux vivront caché.  N’en doutez pas Depardieu  a voulu que ça se sache. Pourquoi ? Je reste perplexe…  Peut-être tout simplement le syndrome de la vedette, le besoin en toute circonstance d’être en haut de l’affiche, ou alors  une manière de dire je vous « em… » qui lui ressemble assez.

 

 

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

  * champ obligatoire

2 réactions à “Obélix contre méchant fisc”

  1. Certes, il a gagné cet argent mais grace à la france et aux Français uniquement, car à ce que je sache il n’a jamais produit quoi que ce soit à l’étranger. Il me semble donc assez malhonnête d’avoir tant profité de nous pou maintenant emmener son argent ailleurs.

  2. Monsieur Giltay,
    Que vous soyez un journaliste adepte aux préférences de gauche et défendiez leurs valeurs est votre droit le plus strict.
    Cela étant , j’espère que cela restera aussi un droit à toute personne ne souhaitant pas participer à ce type d’idéologie.
    Entre nous, vous savez bien que l’histoire nous a donné la réponse. Dommage que nous soyons obligé de la revivre.
    Bien à vous.